La Loi de Barbara : Parole contre parole – Téléfilm de Didider Le PECHEUR – 2014
Très bien, encore une fois. Jolie actrice, Carole Brana.
9/20

Meurtre à Avignon – Téléfilm de Stéphane KAPPES – 201
On ne dit pas « en Avignon » ? Bon, un gros mix bidon de théologie-ésotérisme à deux balles et d'intrigues familiales religieuses encore une fois liées à la flic, qui ici se retrouve avec sa nièce, Laetitia Milot. Entre « Le Nom de la Rose » et le « Da Vinci Code », mais version stage d'écriture au collège.
5/20

The Revenant – Alejandro Gonzalez INARRITU – 2015
Un film subjuguant sur le plan formel, donc en gros la critique s'arrête ici. 
Les plans, le cadre, la lumière, les mouvements, le montage, le son, l'atmosphère, bref la réalisation est magistrale et arrive même à innover, à la façon d'un « Children of Men » ou « Gravity », à incarner le film plus que ses personnages, à s'y mouler comme le héros dans sa peau de bête ou le cheval mort. La médiocrité habituelle a nivelé la norme tellement bas, et la qualité de celle-ci peut en perturber quelques-uns, mais perso je n'ai pas boudé mon plaisir. Non, là on savoure pleinement un moment de cinéma avec une vraie valeur ajoutée, ce qui est extrêmement rare. Peut-être ce qu'on pouvait ressentir en effet à la sortie de "Fitzcaraldo" ou "Apocalypse Now", l'impression de défricher une terre nouvelle.
Mais on n'est pas pour autant en présence du chef d'oeuvre annoncé. Le script est trop classique, le sujet trop basique. D'un côté c'est ce canevas très simple qui permet à la réalisation de s'exprimer pleinement et librement, avec une plus grande intensité : on est vraiment plongé au plus près des combats, du héros et son calvaire. C'est un film physique. Inédit par exemple : la buée de sa respiration sur l'objectif. Mais d'un autre côté, il lui manque indéniablement ( si on y décèle à raison une familiarité avec la poésie et le panthéisme de Tarkovski ) une substance au-delà du physique. Ce que je retiens d'un film, c'est ce qu'il m'apprend ou me donne à penser, pas qu'à voir et à ressentir sur le moment. Le contrat n'est donc qu'à moitié rempli.
12/20

*Fusion : The Core – John AMIEL – 2003
Divertissant.
6/20

L'Homme qui voulait vivre sa vie – Eric LARTIGAU – 2010
J'aime bien le ton, la réalisation soignée, enfin un film de Lartigau personnel, loin de ses comédies ( d'ailleurs je m'attendais à une comédie, d'où ma surprise positive ). Sauf qu'après une heure et demi le film ne sait toujours pas où il va nous emmener, et qu'à la fin on ne sait pas ce qu'on a vu. N'est pas Antonionni qui veut. Je comprends bien que le héros est perdu et que le réalisateur veut nous faire ressentir cette vie brisée, mais même si l'idée est intéressante, c'est trop inégal pour être abouti. ( Et il est crétin ce héros, il fait tout pour se faire reconnaître avec son exposition de photo, et il crie sur le bateau au lieu de rester discret, bref, un peu con )
8/20

Chiens de paille – Rod LURIE – 2011
Encore une bande d'arriérés américains à gros bras qui n'ont jamais vu de films de survie et qui ignorent que s'ils s'en prennent à un petit couple inoffensif ils se feront tous buter. Bon, rien de neuf sous le soleil : elle les chauffe, ils violent la fille, et la petite drague le Lenny sorti des « Souris et des Hommes » qui l'étouffe accidentellement, puis tout le monde s'entretue dans une séquence sans intérêt. Un peu d'intelligence ou de vengeance du mari auraient été plus à mon goût. Envie de mater l'original du coup.
6/20

*Sept ans au Tibet – Jean-Jacques ANNAUD – 1997
J'avais bien aimé la première fois, mais bof.
7/20

Mohamed Dubois – Ernesto ONA – 2012
C'est un peu amusant, et il y a la jolie Sabrina Ouazani.
7/20

*L'Homme des Vallées perdues (Shane) – George STEVENS – 1953
Réalisation très classique mais propre, puis ça met trois plombes à arriver à la confrontation finale un peu attendue et expédiée. Le point de vue du petit garçon est sympa, mais la relation avec la mère, bof. Ca rappelle un peu « Pale Rider », le cavalier solitaire qui vient en aide à une communauté.
8/20

The Revenant / A World Unseen – Documentaire de Eliot RAUSCH – 2016
Pas vraiment un making-of sur le tournage du film, plutôt un reportage ( très bien filmé ) sur le sort des indiens – les acteurs indiens du film – et la nature.
7/20

Le Mari de la ministre – Mini-série de Paula MILNE – 2013
Un « Borgen » version britannique. Bof. Aucune surprise donc.
7/20

Blood Ties – Guillaume CANET – 2013
Le peu que j'ai suivi n'était pas très captivant. Ce sera donc le même avis que pour l'original « Les Liens du Sang », certes une bonne reconstitution des années 70, mais un film raté, poussif et ennuyeux.
6/20

Détective Dee, le Mystère de la Flamme fantôme – TSUI HARK – 2010
Le mouvement dans le cinéma asiatique me fait toujours l'effet d'une profonde débilité – à vertu comique volontaire ou non – qui m'exaspère au plus haut point. Cela dit, réalisation ambitieuse et soignée.
6/20

Le Skylab – Julie DELPY – 2011
Chronique sympathique et gentillette.
8/20

*La Nuit des Généraux – Anatole LITVAK – 1967
J'aime bien ce film. Prestation épatante de Peter O'Toole en psychopathe. J'aime bien les dialogues et le rôle de Donald Pleasance, ainsi que la romance avec la fille du général, Joanna Pettet.
10/20

Deux flics sur les docks : longue distance – Téléfilm de Edwin BAILY – 2015
Rien suivi, ça me broute cette série, je regarde à chaque fois en me disant qu'ils vont bien arriver à nous pondre un épisode réussi, mais non, je n'accroche jamais.
?/20

Sept hommes à abattre – Budd BOETTICHER – 1956
Encore un très bon petit western de Boetticher, le premier des sept avec Randolph Scott. J'aime bien la prestation cynique de Lee Marvin. Par contre, pas terrible la romance avec la femme, et son mari pas top non plus son courage suicidaire à deux balles. Et puis certes il se venge, mais j'aurais bien aimé voir la tuerie dont il est question, où sa femme est tuée, pour vraiment ressentir avec lui la soif de vengeance, là on suit l'intrigue sans être jamais concerné. Alors ça offre une ouverture originale, et c'est évoqué après coup, ça permet d'introduire intelligemment la romance naissante, mais je pense que ça aurait été plus efficace.
8/20

L'Ombre du Mal – James McTEIGUE – 2012
Pas mal du tout. Edgar Alan Poe en héros, un scénario qui mélange intelligemment mystères, énigmes, enquête, et romance, le tout saupoudré d'ambiances noires et victoriennes, c'était original, et divertissant.
9/20

Possessions – Eric GUIRADO – 2012
L'engrenage d'un couple de débiles – nourris de télévision et de musique techno – jusqu'à la folie meurtrière, à base de sentiment d'humiliation, de frustration et de classe sociale désargentée qui se heurte à la réalité dans une station de sports d'hiver. Belles prestations de Rénier et Julie Depardieu. L'habillage stylistique est réussi également, avec ce cadre coupé en deux, net et flou. Titre bien trouvé.
8/20

Contrebande – Baltasar KORMAKUR - 2012
Elle ne tourne plus trop de bons films la Beckinsale. Ca se laisse regarder, c'est pas totalement mauvais, mais c'est du gros bras et du gros dur, pas vraiment ce que je préfère. Et puis cette réalisation volontairement bousculée, heurtée, avec petits zooms brusques - bref du sous Tony Scott - bof.
7/20

Jonah Hex – Jimmy HAYWARD – 2010
Steu bonnasse de Megan Fox dans un western sauce moderne bien pourri, sans doute adapté d'un comics, tellement c'est gros. Trop fort le mec il peut communiquer avec les morts... wouaw... et la musique c'est une espèce de rock couillu. Et là le héros eh ben on lui demande ni plus ni moins que de sauver les Etats Unis d'Amérique. C'est pas pour les mauviettes quoi. C'est bien tout pourri.
6/20

*La Chaîne – Stanley KRAMER – 1958
J'avais bien aimé le remake ( un téléfilm je crois, et le début des « Spécialistes » ). Bonne idée l'emploi du N&B. Pas terrible le jeu des acteurs dans la séquence de la rivière lorsqu'ils font semblant d'être emportés par le courant, ça sonne très faux. N'empêche que ça reste un très bon film, le fond et les dialogues, l'histoire d'amitié entre les deux fuyards et celle avec la jeune mère sont intéressantes. Oscar du meilleur scénario d'ailleurs.
10/20

And Soon the Darkness – Marcos EFRON – 2010
Non mais elles cherchent à se faire violer ou quoi ? Deux belles filles en vacances toutes seules comme ça, c'est n'importe quoi. La bombasse, Odette Annable, elle cherche indubitablement les ennuis, faut pas qu'elles s'étonnent de ce qui leur arrive. Bon donc rien de neuf, tout est plus que prévisible. Et le mec qui cherche sa copine mais qui ne pige rien à ce qui se trame dans le village et se fait tuer par le flic, c'est le plus ridicule celui-là.
6/20

Nuit blanche – Frédéric JARDIN – 2011
De l'action, des rebondissements à gogo, c'est plutôt bien ficelé, jusqu'au bout. Je ne vois pas trop comment la fliquette survit à la fin avec une balle dans le coeur, mais soit. Boisselier et Riaboukine encore une fois parfaits en salauds. Non, rien à dire, ça fait le taff.
8/20

The Fighting Temptations – Jonathan LYNN – 2002
Elle n'est pas très douée pour le playback, c'est à mourir de rire. Si elle a déjà chanté pour de vrai une fois dans sa vie, elle a dû remarquer que cette discipline se pratique en ouvrant la bouche. Tout le monde devait bien se foutre de sa gueule sur le tournage. Bon c'est naze total. Rien suivi.
?/20

L'Epée du Vaillant – Stephen WEEKS – 1984
Mauvais. Le mot est faible. Tout est mauvais. C'est un sketch c'est pas possible autrement. Probablement le pire film de 1984, on croirait plutôt un navet de 1978.
1/20

Le Stratège – Bennett MILLER – 2011
Je ne connais pas les règles du base-ball, je n'aime pas ce sport, ce n'est pas mon histoire, et les films de base-ball ça me broute, donc bof. Apparition de Joe Satriani qui reprend l'hymne américain à la Hendrix dans un stade.
5/20

Ville sous le joug – Edward LUDWIG – 1953
J'aime bien l'idée de base avec le héros qui revient libérer son village d'un tyran, mais en se faisant introduire dans le clan des méchants, pour mieux le combattre de l'intérieur.
6/20
« Tu vis dans le passé, ce n'est pas bon – Le passé est la seule chose douce qu'il me reste »

La Loi de Barbara : le Coupable idéal – Téléfilm de Didier Le PECHEUR – 2014
Effets de manche, révélations bien distillées, vraiment de bonnes intrigues cette série. Hâte d'en voir davantage. Brève apparition de la charmante Vanessa Guide.
9/20

*Mon Meilleur ami – Patrice LECONTE – 2006
Un tout petit Leconte façon Veber
6/20

Mongeville 9 : Comme un battement d'ailes – Téléfilm de Sylvie AYME – 2016
Tiens c'est pas trop mal ça, on ava en voir d'autres. En plus il y a les petits minois de Gaëlle Bona et Chloé Stefani
8/20

Au Nom des Fils – Téléfilm de Christian FAURE – 2015
Des scouts noyés, un curé accusé, un téléfilm gris et triste comme la foi aveugle et meurtrière, mais au final une bonne dénonciation dans laquelle l'amour d'une mère lui fait ouvrir les yeux sur la bêtise des hommes et de la religion
8/20

J'ai deux mots à vous dire – Spectacle de Jacqueline MAILLAN – 1989
La reine du ton pince sans rire à son apogée, un humour décalé, un moment très amusant.
8/20

Birdsong, les Chemins du feu – Téléfilm de Philip MARTIN – 2012
Un peu pauvre en romance et en rebondissements, si ce n'est les diverses résurrections du héros. Un peu long pour le peu que ça raconte, un seul petit téléfilm aurait amplement suffit. Toute l'histoire de l'orphelin qui ne veut pas d'enfant et elle le quitte quand elle est enceinte, pfff, steu guimauve de trois sous. Elle préférait vivre dans un manoir que sans le sou ouais...
Clémence Poésy est mignonnette mais aussi assez transparente. L'acteur me broute quant à lui assez sérieusement.
7/20

*Warlock – Edward DMYTRYK – 1959
Revu ce très bon western, parfaitement écrit et réalisé.
12/20

Something Borrowed – Luke GREENFIELD – 2011
Mouais, comme d'hab, de la petite romance appréciable, mais maquillée de bonne grosse guimauve et de comédie potache et grasse inutile.
7/20

Prêt-à-porter – Robert ALTMAN – 1994
Vu quelques bribes, ça a l'air d'être une grosse purge infâme.
Entre 1 et 2/20