La Vie devant ses yeux – Vadim PERELMAN – 2007
Un beau drame sensible, très bien réalisé. Beaux cadres, beau montage, belle lumière, belle musique, actrices convaincantes ( elle devient quoi la Evan Rachel Wood ? ). Un peu de mal à se dire que la femme fragile et fermée est la même que l'adolescente forte et libérée, mais elle le dit elle-même : elle a cru qu'en changeant, en devenant prof, en se mariant et en élevant leur fille, elle pourrait réparer son passé. Concernant le final, je me disais qu'elle avait pu tuer le jeune tueur. Le vrai dénouement est intelligent, puisque je ne l'avais pas vu venir, mais son irréalité annule tout le film, ce qui est un peu dommage. De toute façon on voyait bien que le jeune en pinçait pour elle et qu'il voulait la tuer avec avant de se suicider, et non son amie. La notion de sacrifice est donc superflue, il n'y avait pas de sauvetage possible.
10/20

Le Collectionneur – Gary FEDER – 1997
Vu seulement la fin. J'avais dû le voir il y a longtemps. Thriller typique de l'époque. J'ignorais que Freeman et Judd avaient tourné un premier thriller de ce genre ensemble, avant « Crimes et pouvoir ».
?/20

*Speed – Jan DE BONT – 199
Toujours sympa de revoir ce bon petit film, avec le joli minois de Sandra Bullock. Malgré les défauts, les invraisemblances, les outrances, c'est de l'action-movie efficace et pleinement divertissant, qui vieillit très bien.
10/20

Qui sème l'amour... – Téléfilm de Lorenzo GABRIELE – 2016
Un petit téléfilm agréable, porté par une Julie De Bona rayonnante. Des bons sentiments, une histoire mignonnette et simpliste, j'ai bien conscience que tout cela est très secondaire, mais un moment très appréciable.
8/20

Les Chemins de la dignité – George TILLMAN Jr – 2000
Oui bon, l'éternelle lutte contre les injustices ségrégationnistes par l'évocation d'un jeune noir, Cuba Gooding Jr, qui veut devenir officier scaphandrier, formé par De Niro. Du patriotisme américain pur-jus, mais ça passe puisqu'on sait qu'on l'oubliera aussitôt.
7/20

Roxy : The Movie – Frank ZAPPA – 2015
Un concert mythique de Zappa & The Mothers au Roxy, Hollywood, fin 1973. Très sympa de mettre des images sur un concert que j'ai écouté des centaines de fois. Et surtout de découvrir les véritables versions, et d'autres titres ( même si je les connaissais dans d'autres concerts ), parce que les images ne reprennent que très peu de ce qu'il avait rassemblé dans l'album, quatre ou cinq titres seulement. Bon, un concert de Zappa de cette époque, c'est toujours un grand moment de musique et de drôlerie. Le petit Ralph Humphrey à la batterie était vraiment un très bon.
10/20

Julie & Julia – Nora EPHRON – 2009
De la guimauve un peu tarte
6/20

Les Chevaliers du Texas (The South of St. Louis) – Ray ENRIGHT – 1949
Mm, un vieux petit western à l'ancienne bien ennuyeux.
5/20

Les Tuche – Olivier BAROUX – 201
Je crois que si on me lit et qu'on connait un peu ma vision du cinéma on devinera aisément ce que je pense de ce genre de merde.
2/20

Docteur Jekyll & Mister Hyde – Rouben MAMOULIAN – 1931
Beaucoup d'audace dans la réalisation de Mamoulian, même si cela reste assez anecdotique et non sans défauts. Mais le récit est réussi, et l'ambiance bien rendue, on est dans l'histoire. Le parallèle avec la sexualité est intelligent ( même si aujourd'hui quelques symboles sont devenus clichés : la marmite qui bout et déborde ). Une histoire qui me parle beaucoup, comme l'épisode de la Sorcière dans « Merlin ». En ce moment j'écris une chanson sur ce thème : la dualité, le combat intérieur contre son mauvais démon.
8/20

Le Secret d'Elise – Mini-série d'Alexandre LAURENT en six épisodes – 2015
Armelle Deutsch, Hélène de Fougerolles ( comment elle est devenue canon la Fougerolles... ), Julie de Bona, franchement je n'allais pas passer à côté.
Elle joue bien la petite Valentine avec son amie imaginaire. D'ailleurs dans l'ensemble tout le monde joue bien, la réalisation est de qualité et les intrigues/destins croisés sont bien écrits ( même si elle met 30 ans à comprendre alors que tout était évident depuis les aveux de son beau-père : elle les avait surpris et l'amant l'avait tuée, je vois pas où chercher davantage ).
9/20
Un peu agaçant le rappel des dates à chaque fois : même bien profondément idiot je pense qu'on comprend assez vite. Un peu étrange aussi l'écart de 30 ans entre 1986 et 2015, le mari de Julie fait plutôt trentenaire. Et pareil que dans bien des téléfilms, si tu nous colles un acteur connu comme Jacques Perrin dans un rôle supposé secondaire c'est un peu crétin car on se doute qu'il sera le coupable in fine.

La Loi d'Alexandre : l'Amour ne suffit pas – Téléfilm de Claude-Michel ROME – 2015
Un bon petit téléfilm, bien écrit, bien interprété. Tiens, le héros s'appelle comme le réalisateur de la mini-série ci-dessus...
8/20

Le Journal de Georgia Nicolson – Gurinder CHADHA – 2008
Très secondaire. Pas non plus de charme adolescent, c'est vu mille fois. Et bien sûr le bellâtre va s'amouracher de la fille la plus quelconque. Seul intérêt, comme dans son « Joue-la comme Beckham » six ans plus tôt : découvrir une jeune actrice blonde craquante qui aura peut-être la même chance que Keira Knightley, Eleanor Tomlinson.
6/20

La Voie du Guerrier – Sngmoo LEE – 2010
Tout le traitement façon BD ou dessin-animé me broute quelque peu. Je ne lis pas une BD, je regarde un film. Du coup, j'ai zappé assez facilement, malgré le joli minois de Kate Bosworth, que j'ai néanmoins regardé avec le son coupé pendant que je jouais de la guitare.
5/20

The Descendants – Alexander PAYNE – 2011
Hawaï, archipel parabole dela famille qui se fissure. Clooney bien, la fille ado joue bien, réal sympa et un peu d'humour mais résultat bien moins charmant que « Sideways »
8/20

In the Air – Jason REITMAN – 2009
Mm, il a fait ses premiers films en attendant de pouvoir monter celui-là, mais c'est de loin celui que j'aime le moins.
6/20

La Loi d'Alexandre : Le Portrait de sa mère – Téléfilm de Claude-Michel ROME – 2016
Encore un très bon épisode. Si on a droit à cette qualité à chaque fois, ça va devenir intéressant. Belle prestation de la petite Hande Kodja.
9/20

Merci d'avoir été ma femme – Alan J. PAKULA – 1979
Un Burt Reynolds penaud et pataud, divorcé de Candice Bergen, qui tombe amoureux d'une femme moins belle et plus sensible. Une comédie romantique d'un autre temps, à la Pollack, trop gentillette, trop simpliste et au charme bien insuffisant.
6/20

Des Gens intelligents – Pièce de Marc FAYET – 2015
Pas beaucoup d'intérêt dans tout cela. Molière de la meilleure comédie peut-être, mais j'ai plutôt trouvé ça ni drôle, ni intelligent, ni original, mais bien navrant et ennuyeux. Franchement décevant.
6/20

Seul sur Mars – Ridley SCOTT – 2015
Déçu par ce film de SF gentil, amusant, original, mais sur la fin bien ronronnant. Pff, dire qu'il voulait adapter "La Guerre éternelle" et qu'à la place il fait ça...
8/20

D'une vie à l'autre – Téléfilm de Rachel FELDMAN – 2001
Oh le bon gros navet intégral sorti des années 90, un must du genre
3/20

La Chevauchée des Sept Mercenaires – George McCOWAN – 1972
Bof.
6/20

Broken City – Allen HUGHES – 2013
Pas bien suivi mais pas eu l'impression que c'était autre chose qu'un petit thriller politique de base. J'aime bien le fait qu'au final le héros se rachète en acceptant de plonger pour le meurtre commis il y a longtemps et avec lequel le maire de NY le tient ( il a une K7 vidéo des faits ) pour l'empêcher de dévoiler ses magouilles.
7/20

Sans filtre – Pièce de Laurent BAFFIE – 2015
Plus hystérique que drôle.
6/20

Mains armées – Pierre JOLIVET – 2012
Ecrit avec Simon Michaël. Pas mal, mais on reste quand même un peu trop à la surface de l'enquête et de la relation père/fille.
8/20

Guy Moquet – Court-métrage de Demis HERENGER – 2014
Du Rohmer en banlieue.
6/20

*Le Nom de la Rose – Jean-Jacques ANNAUD – 1986
Revu avec plaisir, c'est un film qui fonctionne toujours, et qui a très bien veilli ( sauf la musique aux synthés )
12/20

Umberto Eco : Derrière les portes – Documentaire de Teri WEHN-DAMISCH – 2012
Intéressant.
8/20