Troie, la cité du trésor perdu – Téléfilm de Dror ZAHAVI - 2007
Je m'attendais à un pauvre téléfilm d'aventures débile, peut-être teinté de fantastique bas de gamme, mais en fait c'était pas si mal.
Et puis il y avait la belle Mélanie Doutey.
7/20

Insoupçonnable – Téléfilm de Benoît d'AUBERT – 2011
Ouais, sauf l'intrigue. Tellement insoupçonnable que je n'ai rien suivi.
3/20

Erreur de la banque en votre faveur – Gérard BITTON & Michel MUNTZ - 2009
Une bonne petite comédie, avec les ravissantes Barbara Schulz et Jennifer Decker.
8/20
« Le krach boursier, y paraît qu'à New York les mecs se jètent par la fenêtre – Et alors qu'est-ce t'en as à foutre toi t'habites au rez-de-chaussée »
« C'est quoi ta vie aujourd'hui, ton petit boulot, ton petit appartement, ta petite télé ? Heureusement que t'as ton patron pour t'enculer »

L'Enfant des Lumières – Téléfilm de Daniel VIGNE - 2002
Quivrin jouait bien. Tout comme David Bennent, l'enfant du « Tambour », dans un rôle qui semble écrit pour lui. La musique de Michel Portal est totalement incongrue. Niveau scénario, c'est un peu dommage qu'après toute une introduction visant à nous faire une vengeance à la Monte Cristo il ne se passe absolument rien.
5/20
« Dans l'obscurité les noirceurs du monde se voient moins »
« Je suis le roi des compromis – Attention à bien faire la différence entre compromis et compromission »

Haute fidélité – Stephen FREARS – 2000
Un film apparemment plus que surestimé, classé 446ème sur les 500 meilleurs films de tous les temps selon un magazine, et 14ème des 25 meilleures comédies romantiques selon un autre. On croit rêver... c'est tout juste sympathique.
6/20

Louis XI, le pouvoir fracassé – Téléfilm de Henri Helman - 2011
Beaucoup trop austère pour retenir mon attention. Malgré Gaëlle Bona, toujours aussi bien.
2/20

Jugez-moi coupable – Sidney LUMET – 2006
Un tout petit Lumet, avec Vin Diesel, bien loin « Douze hommes en colère »
6/20

Le Sourire de Mona Lisa – Mike NEWELL - 2003
Où l'on aperçoit Tori Amos lors d'un bal. Le film reste au niveau de cette anecdote, anecdotique. Malgré la présence de ma coloc.
7/20

Bad Teacher - Jake KASDAN - 2011
Un tout petit divertissement. Le décalage fonctionne, puis lasse. Mais on le savait avant la première minute.
5/20

L'Ombre et la Proie – Stephen HOPKINS - 1996
Une chasse au lion. Un film moultement ennuyeux et inutile.
2/20

Haute trahison – George Pan COSMATOS – 1997
Pléthore de plans à deux focales : un des trucs que j'exècre le plus au cinéma. Sinon, un thriller politique moyen
7/20

Rani – Téléfilm d'Arnaud SELIGNAC – 2011
Adapté d'une série BD en cours de Van Hamme, un téléfilm qui n'a aucun intérêt, si ce n'est de regrouper tous les stéréotypes et défauts du genre. D'un ridicule à toute épreuve. D'autan que le scénario n'est qu'un catalogue d'emprunts à tous les classiques imaginables : Robin des Bois, Monte-Cristo, Le Bossu, Angélique marquise des anges, etc. Je ne regarderai hélas plus les épisodes suivants, ni les BD de Van Hamme du même oeil.
0,5/20

Les Trois Singes – Nuri Bilge CEYLAN - 2008
Un drame familial singulier, et plutôt bien mené. Un film qui prend son temps, et parle à ce qu'il nous reste d'humanité. J'étais d'ailleurs étonné de ne pas voir Cameron Diaz dans ce film.
9/20

Le Pain du Diable – Téléfilm de Bernard ARTHUYS – 2010
Un film original, tiré d'une histoire vraie, qui s'est déroulée à Pont-Saint-Esprit en 1951. Une bien jolie ville ( que j'ai aperçue de nuit dix jours plus tard ), un film honorablement réalisé.
8/20

American Pie 6 : campus en folie – Téléfilm de Andrew WALLER – 2007
Voir au-dessus : Les Trois Singes.
2/20

En bonne compagnie – Paul WEITZ – 2004
Je m'attendais à beaucoup mieux de la part de l'équipe de « Pour un garçon », mais en fait c'est très médiocre. A aucun moment l'histoire professionnelle du père ou l'histoire d'amour entre le jeune patron et sa fille ne nous captivent. Un film qui se laisse aller à ne strictement rien raconter. Dommage pour Dennis Quaid et Scarlett Johansson.
6/20

Drôle de Noël ! – Téléfilm de Nicolas PICARD-DREYFUSS – 2008
Un film choral, qui fait beaucoup penser à « La Bûche ». Mis à part le titre, j'ai à peu près tout apprécié : la galerie de personnages avec leurs histoires personnelles, les rencontres, les retrouvailles, l'atmosphère joyeuse de Noël qui se mêle aux démêlés de chacun, le côté intimiste, les itinéraires croisés, autour de cette gare de banlieue. Bien écrit, bien joué, bien réalisé, un téléfilm qui aurait sans doute gagné à sortir en salle ( et c'est rare que je pense cela d'un téléfilm familial )
9/20

Amours sous thérapie – Téléfilm de Richard BENJAMIN – 2001
Comme le film où Auteuil remplaçait son psy. Et puis l'amour guérit de tous les maux, d'accord, mais traité avec un peu de nuance et d'intelligence ça passerait mieux. Là, c'est ridicule de niaiserie.
3/20

Posse, la revanche de Jesse Lee – Mario VAN PEEBLES – 1994
Un western de seconde zone, et narcissique. Il est beau et musclé le Mario. Mais je ne suis pas sûr qu'il sache faire de bons films. Ce n'est quand même pas compliqué de trouver une intrigue un brin attractive. Et puis la musique moderne, c'est pas très adapté au style. Je croyais que c'était son "Danse avec les loups", mais pas du tout.
5/20

L'Affaire Dominici – Téléfilm de Pierre BOUTRON – 2003
Un très beau téléfilm, bien plus réussi que le film avec Gabin, d'autant que depuis on connait le pourquoi du comment, et ce film s'en fait largement l'écho. Tous les comédiens sont excellents ( même si le rôle de l'éblouissante Armelle Deutsch est trop court ) , mais Michel Serrault est tout bonnement exceptionnel. Pour moi son plus beau rôle, et de très loin. Et Michel Blanc aussi est parfait en commissaire buté et odieux. Je peux vous dire que j'ai versé ma grosse larmichette.
11/20

Frenchboy – Court-métrage de Christophe BEC – 2011
C'est mal joué, et le scénario est épais comme une feuille à cigarette, mais bon, c'est un premier essai assumé comme tel. Etonnant de la part de Bec de faire aussi mièvre cependant. La BD lui permet au moins de faire de vraies histoires, sans effets spéciaux et productions hollywoodiennes.
3/20

Castle – Divers épisodes épars
9/20

V les Visiteurs – Saison 2 - Episodes 1 2
Le côté religieux commence à me les briser menues. Je regarderai la suite plus tard.
6/20

Quelques débuts et extraits de dessins animés lors du séjour dans le Gard avec mes neveux et nièce.

Snatch – Guy RITCHIE - 2000
Enfin vu ce film que de nombreux amis me conseillaient depuis des lustres ( et justement en compagnie de l'un d'eux, parce que je savais à peu près à quoi m'attendre, et ne l'aurais jamais regardé tout seul sans y être "forcé" ). C'est toujours le même type de film qu'il nous fait depuis des années le sieur Madonna. C'est loufoque, crétin, un peu amusant, mais surtout terriblement creux.
8/20

La nouvelle Blanche-neige – Téléfilm de Laurent BENEGUI – 2011
Je n'ai pas vraiment regardé, mais ça avait l'air insupportable.
2/20

* * *

Tom Horn, sa véritable histoire – William WIART – 1979
Bon petit western, bonne musique d'Ernest Gold
9/20

Un Trou dans la tête – Frank CAPRA - 1959
Un tout petit Capra pas très intéressant de fin de carrière.
5/20

Un seul amour – George SIDNEY – 1957
Un beau rôle pour Kim Novak, la biographie d'une actrice des années 1910-20.
8/20

Le Jour le plus long – Darryl ZANUCK – 1962
Une bonne tripotée de stars ( Wayne, Mitchum, Fonda, Ryan, Ferrer, Connery, Burton, Jurgens, Bourvil ), une poignée de réalisateurs sous la coupe du producteur Zanuck, pour un film de guerre à grand spectacle. Quelques plans-séquences ( sur le port d'Ouistreham, repris par Spielberg je crois ). Bon, pendant une heure et demi ça prépare, j'aime bien, puis pendant l'autre heure et demi, ça canarde dans tous les sens et je m'ennuie profondément. Le film de Spielberg avait au moins l'intelligence de s'écarter de la seule Histoire pour proposer autre chose : une petite histoire, plus humaine. On voit donc uniquement une reconstitution.
6/20

*L'Homme de la Rue ( Meet John Doe ) - Frank CAPRA – 1941
Pas le meilleur des Capra, mais encore une belle petite démonstration de son talent. La deuxième partie m'échappe un peu : le scénario peine à maintenir son cap, et l'histoire d'amour n'est qu'esquissée. Tourné vers les hommes, et contre les injustices, le cinéma de Capra fait du bien, mais ce film me semble un brin inférieur à tous ses chefs d'oeuvre de la même époque.
7/20