Ma vie avec moi...

08 mai 2017

PROTOTYPE en concert

IMG_8090_14_013

Posté par laurent_007 à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 mai 2017

Jam #4

Posté par laurent_007 à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2017

Jam #3

Posté par laurent_007 à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2017

Jam #2

Posté par laurent_007 à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2017

Jam #1

Avec les copains de PROTOTYPE, de temps en temps on se fait de petites sessions d'impro, où on s'échange les instruments.

Posté par laurent_007 à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 décembre 2016

ΡRΘTΘTφPΣ

Après quatre années sous le nom de Shadow Dream, mon groupe a changé de nom, avec l'arrivée d'un nouveau bassiste, et avec une orientation plus métal.

Un petit aperçu de notre premier concert, samedi dernier.

L'album sortira en début d'année prochaine.

Nous avons également créé depuis quelques mois un tribute de Pink Floyd avec mon frère, j'espère que nous pourrons jouer en 2017.

Posté par laurent_007 à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2016

"Regret #9" (Guthrie Govan guitar solo cover)

Un petit cover d'un solo du sieur Guthrie Govan que j'aime particulièrment, dans le dernier album de Steven Wilson.

Un ami m'avait prêté sa Vigier Excalivur donc je l'ai tentée vite fait juste avant de la lui rendre, mais du coup je ne l'ai pas vraiment travaillée et il y a des passages pas top.

Pas grave, dès qu'il me la reprêtera je la referai. Et j'essaierai aussi celui de "Drive Home"

Posté par laurent_007 à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2016

Mes films d'Août

Shine – Scott HICKS – 1996
Un film dont la BO m'accompagne depuis des années, mais que je n'avais jamais vu. D'ailleurs, comme je le pressentais, c'est pas follement passionnant et je suis resté bien imperméable. Je me suis même bien fait chier comme il faut. Le héros fragile, caché derrière ses lunettes cassées et scotchées, habillé comme un plouc, c'est pas possible. On rajoute un père autoritaire et brutal et le tableau est complet.  Un récital de clichés de l'acteur qui joue la folie, mm... rien de neuf. En fait de folie, c'est de l'autisme, un refuge en enfance, sans souffrance apparente, en réaction j'imagine aux souffrances endurées dans sa jeunesse avec son père. Par contre il joue très bien du piano le Rush, après le Chabrol ça fait plaisir à voir. Bref, pas trouvé ça terrible. J'en resterai à la BO.
6/20

*Il était une fois dans l'Ouest – Sergio LEONE – 1968
J'apprécie davantage ce film à présent, je ne l'aimais pas trop auparavant. Je ne comprenais pas bien tous les méandres du scénario, qui sans être complexe est un peu inutilement confus néanmoins. Trop de personnages pour un même usage dans l'histoire. A la place, avec la si jolie bouille de Claudia Cardinale, lui donner plus de place et une vraie histoire d'amour n'eût pas été de trop. Là, c'est ébauché et aussitôt abandonné dans les cinq dernières minutes, c'est idiot. Mais sur le plan formel, très peu de choses à redire : une réussite.
12/20

*Le Maître de Jeu – Gary FLEDER – 2003
Une double escroquerie : dans le film et le film. Rien de plausible, et surtout très attendu en fin de compte. Mais il y a Rachel Weisz ( et Hackman toujours aussi bon en salaud ), donc ça se revoit sans déplaisir.
7/20

Le Pacte du Sang – Renny HARLIN – 2006
Une pâle resucée de « Twilight » chez les sorciers de Salem, pour les adolescents en mal de téléfilms basiques. Ca m'a toujours fait marrer les super héros et compagnie : ils sont tellement forts qu'ils sont obligés de s'entretuer à grand renfort de planches de bois et de couvercles de poubelles qui se trouvent sous leurs mains. L'est mignonnette Laura Ramsey.
6/20

Les Grandes ondes (à l'ouest) - Lionel BAIER – 2013
Vuillermoz et Donzelli au Portugal pendant la Révolution des Oeillets. J'ai été agréablement surpris, c'est décalé, amusant, bien écrit, et Vuillermoz est comme d'habitude excellent.
8/20

Une passion 3 étoiles - Téléfilm de Ron OLIVER - 2014
Une petite com rom sucrée de dimanche après-midi pluvieux.
6/20

Documentaires sur le christianisme :
- Le Visage de Jésus : Mouais, le lot habituel sur le Suaire et compagnie.
- Le Mystère de Jésus : Intéressant l'idée que l'éventuel Jésus aurait été plongé dans un coma artificiel, ce qui me paraît bien plus plausible que la fable bi-millénaire.
- L'Evangile de la femme de Jésus : j'aime bien l'axe adopté dans ce docu, on ne prend pas pour vérité ce qui est la base du christianisme, les évangiles synoptiques, on remet en question en reprenant la base et en essayant de comprendre le pourquoi des choses, sur les textes, le rôle de la femme, de la famille, etc.
Des documentaires certes réalisés pompeusement, c'est très souvent le cas dans ce genre, je ne sais pas pourquoi, tous ces effets de musique et de lumière façon block-buster, cette narration théâtrale bidon, ces répétitions pour débiles, tout ce bric-à-brac post « Da Vinci Code », mais avec des éléments intéressants.
8/20

Posté par laurent_007 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2016

Mes films de Juillet

Wacken : Metal & Peaceful – Documentaire de ??? – 2013
Un chouette documentaire bien réalisé ( très chouette séquence de pogo dans la boue ). Bon, j'ai beau aimer et adorer le métal, ce n'est pas celui qui est joué dans ce genre de manifestations qui me plait, c'est le genre qui recense le plus de musiques pourries je pense. Par contre, on voit encore une fois que ce sont les métalleux les gens les plus adorables du monde.
8/20

Le Crocodile du Botswanga – Lionel STEKETEE et Fabrice EBOUE – 2012
Nettement préféré à leur premier film « Case départ ». Là j'ai rigolé à plusieurs reprises, car comme dans leurs spectacles, on sent bien l'influence de Dieudonné ( en particulier le sketch du dictateur africain ). Bon, il y a aussi la blague des cendres à la Big Lebowski.
8/20

La Croisière – Pascale POUZADOUX – 2011
Avec la jolie Nora Arnezeder. Une comédie familiale estivale à la 70's et surfant sur la vague « Camping », ça reste bon enfant et regardable si on laisse son cerveau sur le quai.
6/20

Agathe Koltès – Série de Christian BONNET – 2015
J'espère qu'il y aura une suite, cette première enquête était bien écrite, les personnages bien campés. Une actrice prometteuse, Hortense Gélinet.
9/20

L'Homme qui venait d'ailleurs – Téléfilm de François LUCIANI – 2004
Avec Barbara Schulz. Un médecin noir dans un petit village. Bof.
6/20

Jeu de Dames – Mini-série de Jean-Luc AZOULAY – 2012
Avec Claire Borotra, Léa Bosco et Catherine Demaiffe. Ca partait pas top du tout, et au final c'est pas si mal, ça s'améliore à mesure que les ramifications de l'intrigue se démêlent.
8/20

Renaud Lavillenie – Documentaire de Cédric KLAPISCH – 2015
Mm, ok.
7/20

Héritage criminel – Téléfilm de Harvey KAHN – 2006
Avec une jolie blonde, Brooke Burns. Je n'ai retenu que cela.
6/20

Undercover Bridesmaid (Le Bodyguard de l'amour) – Téléfilm de Matthew Diamond – 2012
Du coup j'ai retrouvé ce téléfilm dans mes archives avec cette même Brooke Burns. Une petite com rom semi-policière de dimanche pluvieux.
6/20

Fastlife – Thomas N'GIJOL – 2014
Un rôle de looser magnifiquement pathétique, excellente prestation de N'Gijol.
8/20

New York Melody – John CARNEY – 2014
Beau film romantique sur fond de musique. Encore une belle surprise du réalisateur de « Once » que j'avais beaucoup aimé. Le sujet musical, l'idée d'enregistrer dans les rues, la présence envoûtante de Keira Knightley, l'ambiance générale, la vision de l'industrie et de l'art, avec le petit ami devenu star. Bon, j'aurais aimé davantage d'amour, c'est peut-être le seul défaut du film, en fait ce n'est pas une com rom, mais c'est plus que cela.
12/20

Mon pire cauchemar – Anne FONTAINE – 2011
Une petite comédie amusante, puis qui s'enlise un peu sur la seconde moitié.
8/20

Mélodies d'enfer – Téléfilm de Timothy BOND – 2009
Naze de naze, pas suivi jusqu'au bout. Ce comédien, Billy Zane, avec ce look, ce jeu, c'est vraiment le degré zéro, c'est une blague.
2/20

Amour sur place ou à emporter – Amelle CHAHBI – 2014
Une bonne petite comédie des plus attendue, mais plaisante.
8/20

Paris à tout prix – Reem KHERICI – 2012
Petite comédie passable.
7/20

Joséphine – Agnès OBADIA – 2013
D'après la BD de Bagieu, Marylou Berri dans le rôle à sa mesure ( pas étonnant qu'elle ait réalisé la suite ), un rôle attachant et une comédie bien mignonne.
10/20

The Hit Girls (Pitch Perfect) – Jason MOORE – 2012
Des chanteuses a capella. Anna Kendrick tient un rôle intéressant d'adolescente marginale, mais étrangement pas assez « rebelle », suiveuse là où on l'imaginerait leader.
8/20

La Planète des Singes : l'Affrontement – Matt REEVES – 2014
Très chouette suite, discours intelligent ( ce n'est pas un affrontement entre les singes et les hommes, mais bien entre les bons et les méchants ), scènes de « dialogues » entre singes très bien faites, pas trop d'affrontement mais bien de la psychologie et de la réflexion sur notre humanité et notre bestialité. Un très bon divertissement.
12/20

Les Enfants Loups Yuki et Ame – Dessin animé de Mamoru HOSODA – 2012
Vu avec Fantine. Mignon.
8/20

La Route – John HILLCOAT – 2009
Sympa mais ça ne va pas très loin finalement, je m'attendais à beaucoup plus de tension, de rebondissements, voire de violences ou d'horreurs, et ça se résume à assez peu de choses en somme.
8/20

400 Days – Matt OSTERMAN – 2015
Zarby, et au final plutôt mauvais, d'autant qu'au final on ne comprend pas grand chose, c'est génial le mec ne nous emmène nulle part pendant son film et à la fin il nous joue le truc génial qu'il faut avoir compris. Mais que c'est vain. L'idée de départ n'était pourtant pas mauvaise, mais il n'en sortira rien. C'est poussif, lent, et presque risible dans sa dernière partie. Pour masquer les brumes d'un scénario qui ne sait plus quoi raconter, on se perd dans des scènes de suspense inutiles et ratées.
3/20

Le Père Noël – Alexandre COFFRE – 2014
Un petit film mignonnet.
8/20

L'Amour vache – Téléfilm de Christophe DOUCHAND – 2009
Une petite com rom champêtre avec le joli minois de Delphine Chanéac et Neuvic.
8/20

Turf – Fabien ONTONIENTE – 2013
Un ton de comédie sympathique avec Baer, mais aussi beaucoup plus puant et vulgaire en fait.
5/20

*Le Bon, la brute et le Truand – Sergio LEONE – 1966
Parler de « western spaghetti » pour les Leone, ça m'a toujours paru bizarre : hormis ses films, tout le reste est au ras du caniveau, ça n'a vraiment rien de comparable. Ici, la réalisation est superbe, la moindre scène est parfaite, le scénario se tient, la construction narrative est solide, la musique bon bah on connait, bref, c'est du bon grand film qui en plus d'être jouissif même après la dixième vision n'a pas pris une ride ( d'ailleurs quand un western est réussi, c'est le genre le plus intemporel qui soit ), et il me semblera toujours malvenu de classer ses films parmi le pire des genres qui soit.
13/20

Week-end chez les Toquées 3 : L'Art de la Fuite – Téléfilm d'Emmanuel JEAUGEY – 2012
Avec Catherine Demaiffre décidément une des plus belles comédiennes actuelles, et une petite comédienne qu'on reverra, j'en suis sûr, Charlie Joirkin.  
7/20

Week-end chez les Toquées 1 : Week-end en famille – Téléfilm de Laurence KATRIAN – 2011
Oh du bon vieil humour à mamie, super. Je me rends compte que Mélanie Doutey ressemble énormément à sa mère, Arielle Séménoff, et là elle aurait pu participer à la réunion de famille, à la place d'Hortense Gélinet (vue dont deux fois ce mois)
6/20

Week-end chez les Toquées 2 : Mon Coeur est à papa – Téléfilm d'Emmanuel JEAUGEY – 2011
Je regarde cette série franchouillarde et idiote pour passer le temps et combler l'ennui, je n'en attends évidemment rien, mais parfois j'ai besoin de comédies idiotes. Une jolie comédienne blonde déjà croisée, Jeanne Bournaud.
6/20

La Croisière – Série de Jeanne Le GUILLOU – 2013
C'est pas méchant, ça détend.
8/20

Bébé à bord – Téléfilm de Nicolas HERDT – 2008
Avec Jennifer Lauret et la fille de Navarro j'écoute.
6/20

The Karate Kid – Harald ZWART – 2010
Plaisant et divertissant
8/20

*Merci pour le chocolat – Claude CHABROL – 2000
Revu et nettement moins apprécié, le scénario est d'un convenu, la réalisation plate et les mouvements de caméra abrupts, le jeu de Dutronc et de son fils très mauvais, les leçons de piano une vaste blague, et que dire des incohérences, de la fin ratée ( pourquoi sert-elle du chocolat drogué au fils au début, pourquoi le faire tomber volontairement, pourquoi lui renverser de l'eau bouillante, pourquoi continue-t-elle à conduire alors qu'elle sait qu'elle a été droguée, pourquoi dit-il « mon dieu » au téléphone alors qu'il craignait qu'ils soient morts et qu'on lui dit qu'ils sont sains et saufs, pourquoi ses soupçons s'expriment-ils au dernier moment s'il les mûrissait depuis des années ? ), bref, je n'en retiens que la belle Anna Mouglalis, le seul intérêt à ce Chabrol dont j'avais un bon souvenir et qui est en fait plutôt à classer parmi les mauvais, à cause de petits détails idiots.
7/20

Posté par laurent_007 à 20:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 juillet 2016

Einojuani Rautavaara

Un de mes compositeurs préférés vient de s'éteindre.

Je vais en profiter pour réécouter son oeuvre symphonique et concertante.

rautavaara 1971

Posté par laurent_007 à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2016

"Until the Dawn..."

Deuxième album de Shadow Dream enregistré la semaine dernière.

Plus qu'à arranger et mixer, mais ça sent déjà pas mal bon

 

IMG_6907

IMG_6921

IMG_6919

IMG_6937

IMG_6943

IMG_6912

IMG_6915

IMG_6954

IMG_6957

Posté par laurent_007 à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2016

Mes films de Juin

Marjorie – Série de Ivan CALBERAC – 2015
Anne Charrier psychologue, mouais bof, c'est mignon sans plus. Vu les deux premiers épisodes.
6/20

Monsieur Paul – Téléfilm d'Olivier SCHATZKY – 2016
Mal filmé, mal joué, formellement c'est assez pénible.
4/20

Cassandre : L'Ecole est finie – Série de Bruno LECIGNE & Mathieu MASMONDET – 2016
Mouais bof, ça se traine un peu jusqu'à ce que l'intrigue soit enfin révélée, et au final c'est un peu émouvant, mais fallait vraiment attendre la deuxième moitié pour avoir un peu de chair dans tout ça.
6/20

Save the last dance 2 – David PETRARCA – 2006
Mignonne petite actrice blonde Izabella Miko ( je veux bien manger de cette glace-là ) mais aussi la brune Maria brooks ( qui a un faux air de Jessica Paré ). Bon par contre on a toujours la même et sempiternelle embrouille sentimentale de merde pour des broutilles de pacotille avec ensuite la réconciliation bien bavarde en face à face inhérente aux scénarios de base de ce genre de com rom.
7/20

Baron noir – Série de Eric BENZEKRI & Jean-Baptiste DELAFON, saison 1 – 2015
Grosse erreur de casting selon moi concernant Kad Merad, qui joue bien mais je ne le vois pas du tout dans ce rôle, ça m'a gêné tout du long. Sinon, super casting ( mignonne petite secrétaire ), excellente prestation de Mouglalis et Arestrup. Sur l'histoire, une belle immersion en milieu politique, avec toutes ses manigances, traitrises, mais aussi ses arrangements par amitié ou inimitié, bref, tout ce qui en fait la réalité en coulisse. Il est sûr que je n'aimerais pas être à leur place. Bien aimé.
10/20

Gérald Dahan tombe les masques – Spectacle de Gérald DAHAN – 2015
J'avais préféré son précédent, consacré au quinquennat Sarkozy. Il en reprend des bouts d'ailleurs, super les spectacles avec les fonds de tiroirs.
5/20

La Pire semaine de ma vie – Téléfilm de Frédéric AUBURTIN – 2011
Avec Elodie Frenck et Salomone. Bien niais
5/20

Gunfighter's Moon – Larry FERGUSON – 1995
Kay Lenz dans un western façon téléfilm avec une lumière des années 90 qui rend comme dans les pires films du genre des années 70, mais il y a quelques bons moments de psychologie dans les dialogues, et surtout dans le rapport entre le héros et sa fille qui ignore qui il est.
6/20

The Program – Stephen FREARS – 2015
Intéressant. Bonne interprétation.
8/20

L'Assaut – Julien LECLERQ – 2010
J'aime bien le rendu en filtres gris et noir et blanc, ça colle bien à l'histoire. Sinon ça se traine un peu, on assiste à l'évènement de l'intérieur, certes, mais il ne se passe pas grand chose qu'on ne sache déjà. C'est dingue d'ailleurs le temps qu'ils mettent à négocier, et du coup le nombre d'otages qui se font tuer inutilement.
6/20

24 heures chrono – Série de Joel SURNOW & Robert COCHRAN – Saison 8 – 2010
Le dernier tiers avec la vengeance de Jack et les atermoiements de la présidente avec le complot russe et le retour du « mauvais président » est bien moins prenant que le début, avec la recherche de la bombe et des espions russes. Trop inégal donc, on n'atteint toujours pas la réussite de la saison 5, mais ça reste addictif.
8/20

Belmondo par Belmondo – Documentaire de Paul BELMONDO – 2014
Un beau retour sur le parcours d'un acteur qui a marqué mon enfance.
8/20

Les Petits princes – Vianney LEBASQUE – 2013
Un jeune prodige du foot, et sa romance avec une jeune fille atypique, sympathique.
8/20

Au Seuil de l'enfer (The Doorway to Hell) – Archie MAYO – 1930
Le premier film de gangsters. Pas trop mal.
8/20

Bac + 70 – Téléfilm de Laurent LEVY – 2006
Avec Lizzie Brocheré dans le rôle de la petite gamine insupportable à baffer et Nora Arnezeder dans le rôle de la garce caricaturale. Un petit téléfilm très caricatural, très basique, très niais.
5/20

Posté par laurent_007 à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2016

Mes films de Mai

*Contact – Robert ZEMECKIS – 1997
J'avais bien aimé, mais j'avais oublié tout le côté conflit entre science et religion, qui est intéressant en soi mais aussi un peu lourd, surtout à répétition. Du coup, ça dure une éternité, ça met une heure et demie à décoller. Il n'y a donc de SF qu'une dernière heure. En fait c'est un film qui se refuse par tous les moyens à commencer.
LFMDH : Elle finit sur une plage où elle retrouve l'image de son père, messagère des extra-terrestres. Le voyage a juste eu lieu le temps que sa sphère tombe du haut de la nacelle jusque dans l'eau. A la fin, tout le monde est persuadé qu'il s'agissait d'un canular du milliardaire farfelu qui a financé le projet.
/20
« J'ai besoin de preuves pour croire à l'existence de dieu – Tu aimais ton père ? Prouve-le »

Sept Psychopathes – Martin McDONAGH – 2012
C'est marrant, c'est loufoque, c'est absurde, ça va loin dans l'humour noir, j'ai bien aimé. L'imbrication des différentes scènes, des personnages, les dialogues, les personnages tous plus déjantés les uns que les autres, mais dans le potache, c'était vraiment une bonne idée. Après « In Bruges », le McDonagh ne démérite pas, c'est un peu le même délire, mais au lieu des brumes nocturnes de la cité magique, on a les rues sans fin et les déserts californiens. La deuxième moitié par contre est nettement moins inventive et traine en longueur, ça n'apporte plus rien et ça tourne en boucle sur l'écriture hypothétique du film, bref, il manque une idée pour faire rebondir tout ça, or là on suit parce que c'est rigolo et bien écrit, mais pas plus, déçus car on sait que ça ne va pas s'arranger avant le générique.
8/20

Du Goût et des couleurs – Téléfilm de Michaëla WATTEAUX – 2006
Légitimus et Broustal. Bof.
6/20

Star Wars VII : Le Réveil de la Force – J.J. ABRAMS – 2015
Pour un vieux fan lambda comme moi ( pas un acharné ), ce remake passe sans trop de difficultés, malgré les nombreux défauts du scénar, les innombrables hasards, incohérences et invraisemblances, et son petit méchant en carton-pâte. Je n'en attendais rien de précis, je me suis donc laissé embarquer et c'était un petit plaisir de nostalgie référentielle plus qu'une grande découverte.
10/20

Les Miller, une famille en herbe – Rawson Marshall THURBER – 2013
Amusant
8/20

*Prometheus – Ridley SCOTT – 2012
J'aime bien, mais j'aurais vraiment aimé qu'il fasse la suite, qui s'avérait grandiose.
9/20

Cluedo – Jonathan LYNN – 1985
Pas tenu très longtemps.
?/20

The Secret (The Tall Man) – Pascal LAUGIER – 2012
Mouais, guère intriguant.
6/20

Un Chemin avec Edmond Baudoin – Documentaire de Jacques SAMSON & Christophe CAMOIRANO – 2013
Un bout de chemin avec Baudoin, c'est forcément passionnant. Et ça donne furieusement envie de se remettre au dessin.
12/20

L'Inconnu de Brocéliande – Téléfilm de Vincent GIOVANNI – 2016
Là on retombe dans le plus mauvais de cette série. J'aime beaucoup Claire Keim, mais décidément elle n'a pas de chance. Un scénario des plus pénibles, aucune crédibilité, aucun respect du spectateur. Gros foutage de gueule.
4/20

Mort prématurée – Téléfilm de José PINHEIRO – 2007
Est-il décemment possible de faire plus mauvais, j'en doute. Un véritable cas d'école. Le Pinheiro il n'a jamais su réaliser, comment fait-il pour continuer ?
1/20 ( et je suis gentil )

L'Île aux Femmes – Téléfilm de Eric DURET – 2016
Ca se passe à Ouessant, donc j'aime bien l'ambiance, normal, et l'actrice (Agogué très bien en plus d'être toujours aussi jolie), mais pour ce qui est du scénar on a encore droit à une énième histoire improbable liée à l'héroïne, ce qui n'apporte rien et me navre toujours plus à chaque fois.
7/20

Evasion – Mikael HAFSTRÖM – 2013
Avec Stallone et Schwarzenegger. J'ai trouvé ça plutôt pas trop mal, dans le genre.
8/20

La Cité des dangers – Robert ALDRICH – 1975
Ce film a-t-il le moindre intérêt ? J'en doute fort. Un film américain de base qui ne ferait même pas un épisode de série actuelle, avec des clins d'oeil au cinéma français ( Deneuve en potiche inutile ) pour bien appuyer le côté totalement raté de l'entreprise.
3/20

Terre damnée (Cooper Canyon) – John FARROW – 1950
Western avec Milland et Lamarr. Aucun souvenir.
?/20

Trente minutes de sursis (The Splendor Thread) – Sydney POLLACK – 1965
Je découvre Anne Bancroft, très bien.
8/20

Meurtre sur le lac Léman – Téléfilm de Jean-Marc RUDNICKI – 2016
Voilà, c'est mieux. Pas d'intrigues familiales avec les enquêteurs, une bonne petite enquête, de bons dialogues entre les deux flics, j'ai bien aimé.
8/20

Le plus beau jour – Pièce de David FOENKINOS – 2016
Une banale petite histoire de couples qui finissent par s'intervertir, comme on s'y attend dès la première minute. Le petit Davy Sardou joue hyper mal, les autres sont bien. C'est plaisant sans plus. Une jolie Dounia Coesens, au sourire ravageur, en infirmière de rêve.
8/20

Projet X – Nima NOURIZADEH – 2012
Okay... encore une fois il pourrait y avoir une jolie romance entre le héros et son amie de toujours, mais il faut surtout en faire des tonnes en obscénité et action pour en faire un film pour jeunes américains, avec le plus de seins et de débiles possibles.
2/20

Sur la Piste des Apaches – R.G. SPRINGSTEEN – 1966
Western tout naze
4/20

The Call – Brad ANDERSON – 2013
Bah oui bien sûr, une fille qui se cache et appelle la police parce qu'un individu est rentré chez elle, la ligne est coupée et tu rappelles, t'es pas conne déjà. Bon sinon c'était divertissant.
8/20
LFMDH : Elles finissent par séquestrer le tueur dans sa propre cachette

Monuments Men – George CLOONEY – 2014
Un peu léger sur le sujet, et sans renouvellement, sans rebondissements pour apporter un peu de piquant, de suspens, ça ronflotte pas mal en fait.
8/20

La Face – Téléfilm de Marc RIVIERE – 2015
Avec Solo et Girardot. Ca fait sérieusement penser au « Le Septième juré », c'était pas mal.
8/20

Posté par laurent_007 à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2016

Mes films d'Avril

*La Mort dans la peau – Paul GREENGRASS – 2004
Pourquoi c'est noté nulle part ça ? Evidemment que je l'ai vu. Une continuité par rapport au premier ( où il ne tuait pas le dictateur parce qu'il y avait sa fille ), là à la fin il va avouer à la fille devenue grande que sa mère n'a pas tué son père avant de se suicider, mais qu'il les a tués.
9/20

*La Mémoire dans la Peau – Doug LIMAN – 2002
Un bon film d'espionnage moderne, que j'apprécie à chaque vision, bien réalisé, bien rythmé, bien dosé en action et en petite romance.
12/20

La Naissance de Charlot – Documentaire de Serge BROMBERG & Eric LANGE – 2013
Mm
6/20

L'Angleterre et son hymne secret – Documentaire de Axel FUHRMANN – 2016
Un docu sur Edward Elgar en fait, et en particulier ses « Pump and Circumstance »
6/20

Cyrano, c'est nous – Documentaire de Anne-Sophie PLAINE – 2015
Très beau documentaire
10/20

Mongeville 10 : légende vivante – Téléfilm de René MANZOR – 2016
Bof
6/20

*Comme un chef – Daniel COHEN – 2011
De l'égoïsme féminin pur (ou instinct maternel aveuglant) pour prétexte à scénario : le gars travaille chez un grand chef et sa carrière va décoller, sa passion, il va devenir lui aussi un grand chef plutôt que de faire des petits boulots de merde où il est juste un pion mal payé et où il n'est pas heureux ni à sa place, mais non, elle le prend mal et s'en va, le quitte, parce qu'il va vivre son rêve et pendant un temps ne pas être payé, ben voyons tout cela est fort crédible. Grande preuve d'amour de la femme, alors qu'elle devrait se réjouir pour lui et l'encourager, non elle fait son caprice de femme enceinte blessée et soi-disant sérieuse et responsable alors qu'elle est juste susceptible et irresponsable, le gars peut louper l'occasion de sa vie ça ne lui ferait rien. Ensuite, bien sûr, son chef très strict et maître de son art accepte de se mettre à la cuisine moléculaire, qu'il n'a jamais pratiquée, pour séduire les membres d'un guide, c'est très crédible, et ça nous vaut de belles séquences bien ratées niveau humour.
Bon, sinon, outre ces détails, j'aime bien l'ambiance culinaire, et la présence magnétique de la belle Raphaëlle Agogué, donc je le mets souvent pour m'endormir.
8/20

The Prince – Téléfilm de Brian A. MILLER – 2014
C'est écrit par Besson ou quoi ? Une adolescente paumée qui se drogue et disparaît, enlevée par un caïd noir, sa mère est morte lorsqu'elle était jeune, elle aime son père, petit garagiste de fin fond de la campagne qui s'avère être en réalité le plus grand tueur d'élite reconverti. Et donc ça va canarder, et y a même Bruce Willis en special guest, l'ennemi juré puisque l'autre a tué sa fille et sa femme en piégeant sa voiture il y a vingt ans. On a donc droit à un duel terrible : les gars se tirent dessus et le méchant meurt. Ah oui, y a aussi l'amie de l'ado, une sorte de bombasse brune avec des yeux bleus à la Megan Fox qui aime bien brûler la vie par les deux bouts, un peu pétasse aguicheuse, limite elle se ferait bien le père. Bref, niveau zéro de scénar.
5/20

Diabolique – Téléfilm de Gabriel AGHION – 2016
Excellent téléfilm. Aghion aura au moins réussi un film dans sa carrière.
9/20

Caïn – Téléfilm de Bertrand ARTHUYS et Alexis Le SEC – Saison 4 – 2015
Episode 1 2 3
1 – Cool, Hélène Seuzaret intègre la série.
2 – Godard prof de philo avec filles suicidées et frère vengeur.
3 – La narration par le biais de la fille ( qui prend soudainement une place énorme dans cette saison, ça y est en plus il sont amoureux et se le disent, houlala ) dans le coma, avec un mélange de souvenirs et de faits futurs, donc une masse d'informations énoncées de manière totalement factice, c'est original, mais bon, cette facilité de raccourcis, ça m'a un peu gêné. Quant au subterfuge final ( ils font semblant de tuer le gars pour qu'il puisse refaire sa vie ), mouais, moi je l'ai vu venir à des kilomètres, donc un vrai gangster pourrait le voir aussi je pense.
7/20

Man of Steel – Zack SNYDER – 2013
Ce qui est saoulant dans les comics, c'est le schéma hyper classique : d'abord l'exposition ( la seule partie qui me plaise en fait ), avec la découverte du héros, son pouvoir, son initiation, puis arrivée du méchant, histoire d'amour, parents ou proches tués (la scène de la mort du père emporté par une tornade, un must du genre niveau ridicule), petites confrontations, complications genre fille enlevée, puis bataille finale et libération. Le tout avec discours moralo-philosophique de caniveau. Aucune surprise, aucune invention, c'est toujours pareil. Ca me broute moultement mais heureusement je n'ai aucune attente pour ce genre de films.
6/20

Isabelle Adjani, 2 ou 3 choses qu'on ne sait pas d'elle – Documentaire de Franck DALMAT & Julien COLLET VLANECK – 2012
Mm
?/20

Star Trek – J.J. ABRAMS – 2009
Jamais été fan de la série, jamais trop regardé, mais là c'était un prequel sympa et divertissant.
8/20

Petits meurtres à l'anglaise – Jonathan LYNN – 2010
Un remake de « Cible émouvante » avec Emily Blunt. Alors autant c'est une joie de la voir – et le rôle lui va à la perfection - autant c'est un peu pénible de voir un remake copié/collé d'un film qui n'appelle pas à une deuxième vision, même si c'est absurde et loufoque, et donc un peu amusant.
6/20

Mongeville 3 : le Dossier Phébus - Téléfilm de Jacques SANTAMARIA – 2014
Mouais, bof. Je préfère les plus récents avec Gaëlle Bona. Là l'intrigue ne m'a jamais captivé, c'était très lent, il y avait juste de belles petites ambiances nocturnes.
6/20

Piégés – Téléfilm de David HACKL – 2015
Piper Perabo et une autre jolie brune, Michaela McManus, dans un bon gros navet mal réalisé. Le jour qui se lève en deux minutes, la brume qui disparaît en deux secondes, non c'est mauvais.
5/20

Un Enfant en danger – Téléfilm de Jérôme CORNUAU – 2016
Avec Atika, Borotra et Arié Elmaleh. Mais je ne m'en souviens plus trop.
7/20

Le Silence des églises – Téléfilm de Edwin BAILY – 2013
Renucci comme toujours excellent, avec son visage plein de bonté, surtout dans le rôle d'un salaud.
8/20

Houdini, l'illusionniste – Téléfilm de Uli EDEL – 2014
Une jolie petite rousse, Kristen Connolly
7/20

Cartouche, le brigand magnifique – Téléfilm de Henri HELMAN – 2009
Elle est mignonnette la petite Juliette Lamboley. Elle ira loin cette petite, et pas uniquement en tant qu'actrice. Sinon ça se laisse regarder d'un oeil, le scénario brode pas mal autour de l'intrigue originale, mais au final c'est du Robin des Bois au rabais, les scènes de combats c'est à mourir de rire, et ça n'a pas la force du film de Broca, notamment son final émouvant.
6/20

Mongeville 4 : Mortelle mélodie – Téléfilm de Bruno GARCIA – 2014
L'arrivée de Gaëlle Bona dans cet épisode apporte véritablement un vent de fraicheur et un sourire, une attitude volontaire et positive, qui manquaient dans la première saison, trop sérieuse. Episode correct sans plus. Bon et puis le coup inutilement stupide du chef qui à chaque fois s'énerve contre la présence de Mongeville puis qui le félicite à chaque fin d'épisode pour la résolution de l'enquête, ça va finir par se voir non ?
7/20

*La Vie à une – Téléfilm de Frédéric AUBURTIN – 2007
Ma petite Claire Keim est encore allée se fourvoyer dans une guimauve sucrée inutile de plus, avec malentendus et quiproquos pour faire accroire qu'il y a un semblant de scénario. Mais quel charme elle a, nom d'une pipe !
6/20

Shakespeare mis à nu – Documentaire de Claus BREDENBROCK – 2013
Mm, un peu intéressant. Mais des spécialistes apportant des informations contradictoires, c'est pas le top pour avoir le fin mot de l'histoire. Les oeuvres existent, éternelles, c'est l'essentiel.
6/20

La Loi d'Alexandre 1 : Comme des frères – Téléfilm de Claude-Michel ROME – 2015
On a vu mieux des épisodes mieux réalisés par la suite. Quand à l'enquête et au procès, c'est certes habile mais les effets de manche – surtout le dernier avec le CD contenant soi-disant les discussions avec le meurtrier – sont trop grossiers et attendus. Et le gars se trahit lui-même, bêtement. Non, fort heureusement il y aura des épisodes bien mieux écrits que celui-ci.
7/20

L'Invité – Pièce de David PHARAO mise en scène par Jean-Luc MOREAU – 2016
Certes c'est amusant, mais rien d'extraordinaire. On sait très bien que l'invité n'est pas le fleuriste, et qu'il va aller dans le sens du chômeur concernant ses goûts, et pas ceux, élitistes, du voisin conseiller ( je ne sais pas si Gamelon joue mieux que les autres ou si c'est parce que c'est le seul rôle à ne pas être totalement débile ). Bref, rien que de très attendu et sans surprise, juste amusant. Besson a acheté les droits pour une adaptation, pas étonnant tiens, c'est sûr que cette histoire il peut la comprendre il ne se passe rien.
6/20

Accusé – Saison 2 – 2015
1 – Vu la fin, avec Michèle Bernier qui est une gendarme qui libère un détenu par amour
2 – L'histoire d'Arnaud – Réal Julien Despeaux Frémont toujours excellent Azabal cadrages intéressants, qui isolent bien les personnages, comme de leur propre vie, parce que noyés sous le poids de la fatalité
/20

Shakespeare est-il mort ? - Documentaire de Claus BREDENBROCK – 2015
Le même documentaire à la virgule près que le précédent. Apparemment le réalisateur fait une petite fixette sur le sujet.
6/20

Présidentielle 1988 : l'élection des illusions perdues – Documentaire de Bertrand DELAIS – 2014
Mm
6/20

The Team – Série de Mai BOSTROM, saison 1, 8 épisodes – 2015
Une série sympa, réalisation réussie, écriture fine et psychologie bien tracées, mais au bout de trois épisodes ça commence à s'essouffler assez sérieusement. J'ai même fini par me ficher totalement du dénouement. L'est jolie l'actrice blonde.
8/20

Nothing compares to Prince – Documentaire de Lyndy SAVILLE – 2016
Mm
6/20

La Mort en héritage – Téléfilm de Nikolaus LEYTNER – 2015
Réalisation sympa, belle petite ambiance enneigée. Petite enquête tranquille, un peu à la Véra, ça passe.
7/20

Eyjafjallajökull – Alexandre COFFRE – 2013
Oh je sens qu'on va bien pas rigoler et que ça va être bien calamiteux...
4/20

Meurtre à l'île de Ré – Téléfilm de François BASSET & Jules MAILLARD – 2016
Ah, c'est déjà un poil mieux. Là, il y a deux enquêtes croisées, et - ô joie incommensurable - la principale ne concerne pas le passé des protagonistes enquêteurs ( Salomone dans un rôle un peu coincé, et Lucie Lucas toujours aussi mignonne, mais au jeu un peu limité ).
8/20

Posté par laurent_007 à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2016

Mes films de Mars

La Loi de Barbara : Parole contre parole – Téléfilm de Didider Le PECHEUR – 2014
Très bien, encore une fois. Jolie actrice, Carole Brana.
9/20

Meurtre à Avignon – Téléfilm de Stéphane KAPPES – 201
On ne dit pas « en Avignon » ? Bon, un gros mix bidon de théologie-ésotérisme à deux balles et d'intrigues familiales religieuses encore une fois liées à la flic, qui ici se retrouve avec sa nièce, Laetitia Milot. Entre « Le Nom de la Rose » et le « Da Vinci Code », mais version stage d'écriture au collège.
5/20

The Revenant – Alejandro Gonzalez INARRITU – 2015
Un film subjuguant sur le plan formel, donc en gros la critique s'arrête ici. 
Les plans, le cadre, la lumière, les mouvements, le montage, le son, l'atmosphère, bref la réalisation est magistrale et arrive même à innover, à la façon d'un « Children of Men » ou « Gravity », à incarner le film plus que ses personnages, à s'y mouler comme le héros dans sa peau de bête ou le cheval mort. La médiocrité habituelle a nivelé la norme tellement bas, et la qualité de celle-ci peut en perturber quelques-uns, mais perso je n'ai pas boudé mon plaisir. Non, là on savoure pleinement un moment de cinéma avec une vraie valeur ajoutée, ce qui est extrêmement rare. Peut-être ce qu'on pouvait ressentir en effet à la sortie de "Fitzcaraldo" ou "Apocalypse Now", l'impression de défricher une terre nouvelle.
Mais on n'est pas pour autant en présence du chef d'oeuvre annoncé. Le script est trop classique, le sujet trop basique. D'un côté c'est ce canevas très simple qui permet à la réalisation de s'exprimer pleinement et librement, avec une plus grande intensité : on est vraiment plongé au plus près des combats, du héros et son calvaire. C'est un film physique. Inédit par exemple : la buée de sa respiration sur l'objectif. Mais d'un autre côté, il lui manque indéniablement ( si on y décèle à raison une familiarité avec la poésie et le panthéisme de Tarkovski ) une substance au-delà du physique. Ce que je retiens d'un film, c'est ce qu'il m'apprend ou me donne à penser, pas qu'à voir et à ressentir sur le moment. Le contrat n'est donc qu'à moitié rempli.
12/20

*Fusion : The Core – John AMIEL – 2003
Divertissant.
6/20

L'Homme qui voulait vivre sa vie – Eric LARTIGAU – 2010
J'aime bien le ton, la réalisation soignée, enfin un film de Lartigau personnel, loin de ses comédies ( d'ailleurs je m'attendais à une comédie, d'où ma surprise positive ). Sauf qu'après une heure et demi le film ne sait toujours pas où il va nous emmener, et qu'à la fin on ne sait pas ce qu'on a vu. N'est pas Antonionni qui veut. Je comprends bien que le héros est perdu et que le réalisateur veut nous faire ressentir cette vie brisée, mais même si l'idée est intéressante, c'est trop inégal pour être abouti. ( Et il est crétin ce héros, il fait tout pour se faire reconnaître avec son exposition de photo, et il crie sur le bateau au lieu de rester discret, bref, un peu con )
8/20

Chiens de paille – Rod LURIE – 2011
Encore une bande d'arriérés américains à gros bras qui n'ont jamais vu de films de survie et qui ignorent que s'ils s'en prennent à un petit couple inoffensif ils se feront tous buter. Bon, rien de neuf sous le soleil : elle les chauffe, ils violent la fille, et la petite drague le Lenny sorti des « Souris et des Hommes » qui l'étouffe accidentellement, puis tout le monde s'entretue dans une séquence sans intérêt. Un peu d'intelligence ou de vengeance du mari auraient été plus à mon goût. Envie de mater l'original du coup.
6/20

*Sept ans au Tibet – Jean-Jacques ANNAUD – 1997
J'avais bien aimé la première fois, mais bof.
7/20

Mohamed Dubois – Ernesto ONA – 2012
C'est un peu amusant, et il y a la jolie Sabrina Ouazani.
7/20

*L'Homme des Vallées perdues (Shane) – George STEVENS – 1953
Réalisation très classique mais propre, puis ça met trois plombes à arriver à la confrontation finale un peu attendue et expédiée. Le point de vue du petit garçon est sympa, mais la relation avec la mère, bof. Ca rappelle un peu « Pale Rider », le cavalier solitaire qui vient en aide à une communauté.
8/20

The Revenant / A World Unseen – Documentaire de Eliot RAUSCH – 2016
Pas vraiment un making-of sur le tournage du film, plutôt un reportage ( très bien filmé ) sur le sort des indiens – les acteurs indiens du film – et la nature.
7/20

Le Mari de la ministre – Mini-série de Paula MILNE – 2013
Un « Borgen » version britannique. Bof. Aucune surprise donc.
7/20

Blood Ties – Guillaume CANET – 2013
Le peu que j'ai suivi n'était pas très captivant. Ce sera donc le même avis que pour l'original « Les Liens du Sang », certes une bonne reconstitution des années 70, mais un film raté, poussif et ennuyeux.
6/20

Détective Dee, le Mystère de la Flamme fantôme – TSUI HARK – 2010
Le mouvement dans le cinéma asiatique me fait toujours l'effet d'une profonde débilité – à vertu comique volontaire ou non – qui m'exaspère au plus haut point. Cela dit, réalisation ambitieuse et soignée.
6/20

Le Skylab – Julie DELPY – 2011
Chronique sympathique et gentillette.
8/20

*La Nuit des Généraux – Anatole LITVAK – 1967
J'aime bien ce film. Prestation épatante de Peter O'Toole en psychopathe. J'aime bien les dialogues et le rôle de Donald Pleasance, ainsi que la romance avec la fille du général, Joanna Pettet.
10/20

Deux flics sur les docks : longue distance – Téléfilm de Edwin BAILY – 2015
Rien suivi, ça me broute cette série, je regarde à chaque fois en me disant qu'ils vont bien arriver à nous pondre un épisode réussi, mais non, je n'accroche jamais.
?/20

Sept hommes à abattre – Budd BOETTICHER – 1956
Encore un très bon petit western de Boetticher, le premier des sept avec Randolph Scott. J'aime bien la prestation cynique de Lee Marvin. Par contre, pas terrible la romance avec la femme, et son mari pas top non plus son courage suicidaire à deux balles. Et puis certes il se venge, mais j'aurais bien aimé voir la tuerie dont il est question, où sa femme est tuée, pour vraiment ressentir avec lui la soif de vengeance, là on suit l'intrigue sans être jamais concerné. Alors ça offre une ouverture originale, et c'est évoqué après coup, ça permet d'introduire intelligemment la romance naissante, mais je pense que ça aurait été plus efficace.
8/20

L'Ombre du Mal – James McTEIGUE – 2012
Pas mal du tout. Edgar Alan Poe en héros, un scénario qui mélange intelligemment mystères, énigmes, enquête, et romance, le tout saupoudré d'ambiances noires et victoriennes, c'était original, et divertissant.
9/20

Possessions – Eric GUIRADO – 2012
L'engrenage d'un couple de débiles – nourris de télévision et de musique techno – jusqu'à la folie meurtrière, à base de sentiment d'humiliation, de frustration et de classe sociale désargentée qui se heurte à la réalité dans une station de sports d'hiver. Belles prestations de Rénier et Julie Depardieu. L'habillage stylistique est réussi également, avec ce cadre coupé en deux, net et flou. Titre bien trouvé.
8/20

Contrebande – Baltasar KORMAKUR - 2012
Elle ne tourne plus trop de bons films la Beckinsale. Ca se laisse regarder, c'est pas totalement mauvais, mais c'est du gros bras et du gros dur, pas vraiment ce que je préfère. Et puis cette réalisation volontairement bousculée, heurtée, avec petits zooms brusques - bref du sous Tony Scott - bof.
7/20

Jonah Hex – Jimmy HAYWARD – 2010
Steu bonnasse de Megan Fox dans un western sauce moderne bien pourri, sans doute adapté d'un comics, tellement c'est gros. Trop fort le mec il peut communiquer avec les morts... wouaw... et la musique c'est une espèce de rock couillu. Et là le héros eh ben on lui demande ni plus ni moins que de sauver les Etats Unis d'Amérique. C'est pas pour les mauviettes quoi. C'est bien tout pourri.
6/20

*La Chaîne – Stanley KRAMER – 1958
J'avais bien aimé le remake ( un téléfilm je crois, et le début des « Spécialistes » ). Bonne idée l'emploi du N&B. Pas terrible le jeu des acteurs dans la séquence de la rivière lorsqu'ils font semblant d'être emportés par le courant, ça sonne très faux. N'empêche que ça reste un très bon film, le fond et les dialogues, l'histoire d'amitié entre les deux fuyards et celle avec la jeune mère sont intéressantes. Oscar du meilleur scénario d'ailleurs.
10/20

And Soon the Darkness – Marcos EFRON – 2010
Non mais elles cherchent à se faire violer ou quoi ? Deux belles filles en vacances toutes seules comme ça, c'est n'importe quoi. La bombasse, Odette Annable, elle cherche indubitablement les ennuis, faut pas qu'elles s'étonnent de ce qui leur arrive. Bon donc rien de neuf, tout est plus que prévisible. Et le mec qui cherche sa copine mais qui ne pige rien à ce qui se trame dans le village et se fait tuer par le flic, c'est le plus ridicule celui-là.
6/20

Nuit blanche – Frédéric JARDIN – 2011
De l'action, des rebondissements à gogo, c'est plutôt bien ficelé, jusqu'au bout. Je ne vois pas trop comment la fliquette survit à la fin avec une balle dans le coeur, mais soit. Boisselier et Riaboukine encore une fois parfaits en salauds. Non, rien à dire, ça fait le taff.
8/20

The Fighting Temptations – Jonathan LYNN – 2002
Elle n'est pas très douée pour le playback, c'est à mourir de rire. Si elle a déjà chanté pour de vrai une fois dans sa vie, elle a dû remarquer que cette discipline se pratique en ouvrant la bouche. Tout le monde devait bien se foutre de sa gueule sur le tournage. Bon c'est naze total. Rien suivi.
?/20

L'Epée du Vaillant – Stephen WEEKS – 1984
Mauvais. Le mot est faible. Tout est mauvais. C'est un sketch c'est pas possible autrement. Probablement le pire film de 1984, on croirait plutôt un navet de 1978.
1/20

Le Stratège – Bennett MILLER – 2011
Je ne connais pas les règles du base-ball, je n'aime pas ce sport, ce n'est pas mon histoire, et les films de base-ball ça me broute, donc bof. Apparition de Joe Satriani qui reprend l'hymne américain à la Hendrix dans un stade.
5/20

Ville sous le joug – Edward LUDWIG – 1953
J'aime bien l'idée de base avec le héros qui revient libérer son village d'un tyran, mais en se faisant introduire dans le clan des méchants, pour mieux le combattre de l'intérieur.
6/20
« Tu vis dans le passé, ce n'est pas bon – Le passé est la seule chose douce qu'il me reste »

La Loi de Barbara : le Coupable idéal – Téléfilm de Didier Le PECHEUR – 2014
Effets de manche, révélations bien distillées, vraiment de bonnes intrigues cette série. Hâte d'en voir davantage. Brève apparition de la charmante Vanessa Guide.
9/20

*Mon Meilleur ami – Patrice LECONTE – 2006
Un tout petit Leconte façon Veber
6/20

Mongeville 9 : Comme un battement d'ailes – Téléfilm de Sylvie AYME – 2016
Tiens c'est pas trop mal ça, on ava en voir d'autres. En plus il y a les petits minois de Gaëlle Bona et Chloé Stefani
8/20

Au Nom des Fils – Téléfilm de Christian FAURE – 2015
Des scouts noyés, un curé accusé, un téléfilm gris et triste comme la foi aveugle et meurtrière, mais au final une bonne dénonciation dans laquelle l'amour d'une mère lui fait ouvrir les yeux sur la bêtise des hommes et de la religion
8/20

J'ai deux mots à vous dire – Spectacle de Jacqueline MAILLAN – 1989
La reine du ton pince sans rire à son apogée, un humour décalé, un moment très amusant.
8/20

Birdsong, les Chemins du feu – Téléfilm de Philip MARTIN – 2012
Un peu pauvre en romance et en rebondissements, si ce n'est les diverses résurrections du héros. Un peu long pour le peu que ça raconte, un seul petit téléfilm aurait amplement suffit. Toute l'histoire de l'orphelin qui ne veut pas d'enfant et elle le quitte quand elle est enceinte, pfff, steu guimauve de trois sous. Elle préférait vivre dans un manoir que sans le sou ouais...
Clémence Poésy est mignonnette mais aussi assez transparente. L'acteur me broute quant à lui assez sérieusement.
7/20

*Warlock – Edward DMYTRYK – 1959
Revu ce très bon western, parfaitement écrit et réalisé.
12/20

Something Borrowed – Luke GREENFIELD – 2011
Mouais, comme d'hab, de la petite romance appréciable, mais maquillée de bonne grosse guimauve et de comédie potache et grasse inutile.
7/20

Prêt-à-porter – Robert ALTMAN – 1994
Vu quelques bribes, ça a l'air d'être une grosse purge infâme.
Entre 1 et 2/20

01 mars 2016

Mes films de Février

La Vie devant ses yeux – Vadim PERELMAN – 2007
Un beau drame sensible, très bien réalisé. Beaux cadres, beau montage, belle lumière, belle musique, actrices convaincantes ( elle devient quoi la Evan Rachel Wood ? ). Un peu de mal à se dire que la femme fragile et fermée est la même que l'adolescente forte et libérée, mais elle le dit elle-même : elle a cru qu'en changeant, en devenant prof, en se mariant et en élevant leur fille, elle pourrait réparer son passé. Concernant le final, je me disais qu'elle avait pu tuer le jeune tueur. Le vrai dénouement est intelligent, puisque je ne l'avais pas vu venir, mais son irréalité annule tout le film, ce qui est un peu dommage. De toute façon on voyait bien que le jeune en pinçait pour elle et qu'il voulait la tuer avec avant de se suicider, et non son amie. La notion de sacrifice est donc superflue, il n'y avait pas de sauvetage possible.
10/20

Le Collectionneur – Gary FEDER – 1997
Vu seulement la fin. J'avais dû le voir il y a longtemps. Thriller typique de l'époque. J'ignorais que Freeman et Judd avaient tourné un premier thriller de ce genre ensemble, avant « Crimes et pouvoir ».
?/20

*Speed – Jan DE BONT – 199
Toujours sympa de revoir ce bon petit film, avec le joli minois de Sandra Bullock. Malgré les défauts, les invraisemblances, les outrances, c'est de l'action-movie efficace et pleinement divertissant, qui vieillit très bien.
10/20

Qui sème l'amour... – Téléfilm de Lorenzo GABRIELE – 2016
Un petit téléfilm agréable, porté par une Julie De Bona rayonnante. Des bons sentiments, une histoire mignonnette et simpliste, j'ai bien conscience que tout cela est très secondaire, mais un moment très appréciable.
8/20

Les Chemins de la dignité – George TILLMAN Jr – 2000
Oui bon, l'éternelle lutte contre les injustices ségrégationnistes par l'évocation d'un jeune noir, Cuba Gooding Jr, qui veut devenir officier scaphandrier, formé par De Niro. Du patriotisme américain pur-jus, mais ça passe puisqu'on sait qu'on l'oubliera aussitôt.
7/20

Roxy : The Movie – Frank ZAPPA – 2015
Un concert mythique de Zappa & The Mothers au Roxy, Hollywood, fin 1973. Très sympa de mettre des images sur un concert que j'ai écouté des centaines de fois. Et surtout de découvrir les véritables versions, et d'autres titres ( même si je les connaissais dans d'autres concerts ), parce que les images ne reprennent que très peu de ce qu'il avait rassemblé dans l'album, quatre ou cinq titres seulement. Bon, un concert de Zappa de cette époque, c'est toujours un grand moment de musique et de drôlerie. Le petit Ralph Humphrey à la batterie était vraiment un très bon.
10/20

Julie & Julia – Nora EPHRON – 2009
De la guimauve un peu tarte
6/20

Les Chevaliers du Texas (The South of St. Louis) – Ray ENRIGHT – 1949
Mm, un vieux petit western à l'ancienne bien ennuyeux.
5/20

Les Tuche – Olivier BAROUX – 201
Je crois que si on me lit et qu'on connait un peu ma vision du cinéma on devinera aisément ce que je pense de ce genre de merde.
2/20

Docteur Jekyll & Mister Hyde – Rouben MAMOULIAN – 1931
Beaucoup d'audace dans la réalisation de Mamoulian, même si cela reste assez anecdotique et non sans défauts. Mais le récit est réussi, et l'ambiance bien rendue, on est dans l'histoire. Le parallèle avec la sexualité est intelligent ( même si aujourd'hui quelques symboles sont devenus clichés : la marmite qui bout et déborde ). Une histoire qui me parle beaucoup, comme l'épisode de la Sorcière dans « Merlin ». En ce moment j'écris une chanson sur ce thème : la dualité, le combat intérieur contre son mauvais démon.
8/20

Le Secret d'Elise – Mini-série d'Alexandre LAURENT en six épisodes – 2015
Armelle Deutsch, Hélène de Fougerolles ( comment elle est devenue canon la Fougerolles... ), Julie de Bona, franchement je n'allais pas passer à côté.
Elle joue bien la petite Valentine avec son amie imaginaire. D'ailleurs dans l'ensemble tout le monde joue bien, la réalisation est de qualité et les intrigues/destins croisés sont bien écrits ( même si elle met 30 ans à comprendre alors que tout était évident depuis les aveux de son beau-père : elle les avait surpris et l'amant l'avait tuée, je vois pas où chercher davantage ).
9/20
Un peu agaçant le rappel des dates à chaque fois : même bien profondément idiot je pense qu'on comprend assez vite. Un peu étrange aussi l'écart de 30 ans entre 1986 et 2015, le mari de Julie fait plutôt trentenaire. Et pareil que dans bien des téléfilms, si tu nous colles un acteur connu comme Jacques Perrin dans un rôle supposé secondaire c'est un peu crétin car on se doute qu'il sera le coupable in fine.

La Loi d'Alexandre : l'Amour ne suffit pas – Téléfilm de Claude-Michel ROME – 2015
Un bon petit téléfilm, bien écrit, bien interprété. Tiens, le héros s'appelle comme le réalisateur de la mini-série ci-dessus...
8/20

Le Journal de Georgia Nicolson – Gurinder CHADHA – 2008
Très secondaire. Pas non plus de charme adolescent, c'est vu mille fois. Et bien sûr le bellâtre va s'amouracher de la fille la plus quelconque. Seul intérêt, comme dans son « Joue-la comme Beckham » six ans plus tôt : découvrir une jeune actrice blonde craquante qui aura peut-être la même chance que Keira Knightley, Eleanor Tomlinson.
6/20

La Voie du Guerrier – Sngmoo LEE – 2010
Tout le traitement façon BD ou dessin-animé me broute quelque peu. Je ne lis pas une BD, je regarde un film. Du coup, j'ai zappé assez facilement, malgré le joli minois de Kate Bosworth, que j'ai néanmoins regardé avec le son coupé pendant que je jouais de la guitare.
5/20

The Descendants – Alexander PAYNE – 2011
Hawaï, archipel parabole dela famille qui se fissure. Clooney bien, la fille ado joue bien, réal sympa et un peu d'humour mais résultat bien moins charmant que « Sideways »
8/20

In the Air – Jason REITMAN – 2009
Mm, il a fait ses premiers films en attendant de pouvoir monter celui-là, mais c'est de loin celui que j'aime le moins.
6/20

La Loi d'Alexandre : Le Portrait de sa mère – Téléfilm de Claude-Michel ROME – 2016
Encore un très bon épisode. Si on a droit à cette qualité à chaque fois, ça va devenir intéressant. Belle prestation de la petite Hande Kodja.
9/20

Merci d'avoir été ma femme – Alan J. PAKULA – 1979
Un Burt Reynolds penaud et pataud, divorcé de Candice Bergen, qui tombe amoureux d'une femme moins belle et plus sensible. Une comédie romantique d'un autre temps, à la Pollack, trop gentillette, trop simpliste et au charme bien insuffisant.
6/20

Des Gens intelligents – Pièce de Marc FAYET – 2015
Pas beaucoup d'intérêt dans tout cela. Molière de la meilleure comédie peut-être, mais j'ai plutôt trouvé ça ni drôle, ni intelligent, ni original, mais bien navrant et ennuyeux. Franchement décevant.
6/20

Seul sur Mars – Ridley SCOTT – 2015
Déçu par ce film de SF gentil, amusant, original, mais sur la fin bien ronronnant. Pff, dire qu'il voulait adapter "La Guerre éternelle" et qu'à la place il fait ça...
8/20

D'une vie à l'autre – Téléfilm de Rachel FELDMAN – 2001
Oh le bon gros navet intégral sorti des années 90, un must du genre
3/20

La Chevauchée des Sept Mercenaires – George McCOWAN – 1972
Bof.
6/20

Broken City – Allen HUGHES – 2013
Pas bien suivi mais pas eu l'impression que c'était autre chose qu'un petit thriller politique de base. J'aime bien le fait qu'au final le héros se rachète en acceptant de plonger pour le meurtre commis il y a longtemps et avec lequel le maire de NY le tient ( il a une K7 vidéo des faits ) pour l'empêcher de dévoiler ses magouilles.
7/20

Sans filtre – Pièce de Laurent BAFFIE – 2015
Plus hystérique que drôle.
6/20

Mains armées – Pierre JOLIVET – 2012
Ecrit avec Simon Michaël. Pas mal, mais on reste quand même un peu trop à la surface de l'enquête et de la relation père/fille.
8/20

Guy Moquet – Court-métrage de Demis HERENGER – 2014
Du Rohmer en banlieue.
6/20

*Le Nom de la Rose – Jean-Jacques ANNAUD – 1986
Revu avec plaisir, c'est un film qui fonctionne toujours, et qui a très bien veilli ( sauf la musique aux synthés )
12/20

Umberto Eco : Derrière les portes – Documentaire de Teri WEHN-DAMISCH – 2012
Intéressant.
8/20

01 février 2016

Mes films de Janvier

Explorers – Joe DANTE – 1985
Amusant de découvrir Ethan Hawke et River Phoenix jeunots. Le début est sympathique, dans la veine des « Goonies » et autres comédies d'enfants des années 80. puis la seconde partie est totalement ratée et lourdingue.
5/20

Looper – Rian JOHNSON – 2012
Alors un début SF et une idée de base prometteurs, puis toute une parenthèse intimiste et romantique lorsqu'il débarque chez Emily Blunt qui rompt sérieusement le rythme et l'aspect novateur de l'histoire. J'ai beau adorer les bons films de SF et les bonnes comédies romantiques, la parenthèse m'a semblé un peu longue et décevante, il ne s'y développe pas tant d'amour que cela, c'est essentiellement axé sur le petit télépathe. Un peu dommage de développer tout un contexte futuriste pour ne rien en faire après coup, mais finalement ça passe. Par contre, j'étais persuadé que le Rainmaker n'était autre que le héros dans le futur, qu'il ne parvenait pas à changer le cours des choses en devenant le grand « maître des loopers » et qu'on aurait une parabole sur le paradoxe temporel qui ne change qu'à la marge, et en fait c'est le petit garçon. Mais comment le héros revient-il à lui dans le champ pour tuer son double au tout début, une fois tombé de l'échelle de son appartement ? Je ne pige pas là. Pour le final, on évite avec bonheur les grandes confrontations bidons, et on a droit à un dénouement inattendu et plutôt bien vu ( même si se tirer une balle dans la main aurait été amplement suffisant, pas besoin de se tuer pour ça, d'autant qu'il vaut mieux rester pour les protéger, rien ne dit qu'un autre Looper ne va pas venir la tuer juste après ). Bref, pas un grand film, mais un honnête divertissement.
10/20

Les Petites chéries – Ronald F. MAXWELL – 1980
Mouais, une petite chronique vieillotte mais mignonnette.
5/20

En immersion – Mini-série de Philippe HAÏM – 2014
Réalisation canon. Belles focales, belle utilisation du N&B à l'ancienne. Esthétiquement donc, c'est de qualité. Pour le scénar et la narration, c'est pas mal aussi. C'est peut-être un peu beaucoup appuyé niveau tragique, un poil dur, mais à aucun moment on s'éloigne d'une certaine crédibilité. Euh, par contre, comment le black il connait le nom et le prénom de la fille ? ( Pénélope-Rose Lévêque, déjà vue et encore une fois excellente )
9/20
« Je connais des pauvres : tout ce qu'ils ont c'est de l'argent – Et moi je connais des cons : tout ce qu'ils ont c'est des rêves »

Flight – Robert ZEMECKIS – 2012
Ok donc le gars il est drogué et alcoolique mais il arrive quand même à éviter la catastrophe. Il perd son amante mais rencontre la future femme de sa vie et un mourant prophétique, et décide de changer de vie et de redevenir lui-même. Accident dû à un « Acte de dieu », non mais c'est quoi ce délire ? Ce préchi-précha de pacotille. Et l'histoire d'amour reste anecdotique. On a donc un tout petit film long mais sans importance. Content de revoir Kelly Reilly.
7/20

François Mitterand – Documentaire de Pierre FAVIER & Hughes NANCY – 2015
Intéressant.
7/20

Madame Foresti – Spectacle de Florence FORESTI – 2015
Oubliée la danse et toutes ces conneries, revoici l'humour de Foresti. Un bon moment.
8/20

Meurtre au pied du volcan – Mini-série islandaise de Sveinbjörn I. BALDVINSSON - 2014
J'ai tenté, mais pas trop suivi.
?/20

Les Bagnards de Botany Bay – John FARROW – 1953
Des bagnards sur un navire pour l'Australie avec Ladd et Mason en capitaine, une jolie brune Patricia Medina.
7/20

In the Land of Women – Jonathan KASDAN – 2007
Alors ça commence très bien, il se passe de belles choses entre le jeune homme et ses voisines, Meg Ryan et sa fille Kristen Stewart, d'ailleurs je trouve qu'il fait un peu trop sûr de lui au lieu de s'en réjouir il trouve ça normal, mais bref. On retombe en adolescence avec lui, toutes les filles se rapprochent et se confient à lui, c'est très sympa, j'avais envie que ça dure des heures comme ça. Puis le film finit en eau de boudin de mes fesses comme c'est pas permis. Sa grand mère meurt alors il s'en va. La mère semble guérie, la fille a enfin compris qu'il y avait un mec bien pour elle au lieu du connard de service. On a vécu de belles choses, il pouvait encore se passer de belles choses, mais non, le gars se tire et le film s'arrête. Ok, ciao.
9/20

Inju, la bête dans l'ombre – Barbet SCHROEDER – 2007
Bien l'idée au tout début du reflet de l'intru dans le miroir : le policier croit lui tirer dessus mais il n'a fait que tuer celle qu'il protégeait, attachée derrière le miroir dans un placard. Et après, leurs deux têtes face à face par terre une fois morts. Il y a quelques scènes sympathiques, une belle ambiance japonisante, mais c'est mal fichu : mal joué, mal écrit, et surtout on s'en fiche un peu. Belle musique de José Arriagada.
6/20

Montagne rouge (Red Mountain) – William DIETERLE – 1951
On voudrait bien être un peu indulgent avec ce petit western de Dieterle ( à qui l'on doit un de mes films préférés « Le Portrait de Jennie » ), mais force est de constater que tout est mauvais.
6/20

*Traque sur Internet – Irwin WINKLER – 1995
Un scénario truffé d'invraisemblances qui n'aurait même pas sa place dans un épisode de la pire des séries US. Allez on va être généreux on va mettre 4, pour le petit minois de la Bullock.
4/20

Non-stop – Jaume COLLET-SERRA – 2014
Un action-movie efficace. Le gars est un dépressif alcoolique qui a peur de l'avion, mais il est chargé de la sécurité de l'avion.
8/20

A l'Ombre des Potences – Nicholas RAY – 1955
Un petit western guère convaincant, et très mal réalisé, avec James Cagney.
6/20

*Une Journée particulière – Ettore SCOLA – 1977
Introduction de 7 minutes en images d'archives, puis le discours en fond sonore, mais on ne comprend pas trop c'est en italien. Beaux mouvements de caméra dans ce cadre de huis-clos, et même un plan-séquence étonnant en ouverture de 5 minutes sur l'immeuble puis dans l'appartement. Parabole de l'oiseau qui s'échappe. Sophia Loren enlaidie en ménagère engoncée dans le moule fasciste et patriarcal machiste italien, Mastroianni en intellectuel homosexuel rejeté par tous, deux belles interprétations. Le genre de film qu'on ne peut apprécier trop jeune. J'ai donc davantage apprécié qu'à la première vision.
9/20

Heist – Scott MANN – 2015
Oui, Mann, mais pas Michael, malgré les plans nocturnes du début. Divertissant. Un film de braquage mixé avec « Speed ». Etrange de mettre Kate Bosworth en troisième nom sur l'affiche alors qu'elle n'a qu'une courte scène de cinq minutes. Et le revirement de dernière minute de De Niro est un peu moisi également.
8/20

Escapade fatale – David TWOHY – 2009
Un petit thriller d'horreur divertissant. Intéressant de faire du couple suspect le couple victime, et inversement. Mais du coup toute la première moitié où l'on suivait le couple faussement victime ne marche plus, ils étaient inquiets et avaient des discussions de couple en danger qui ne tiennent pas, même dans leurs dédoublements de personnalités.
7/20

The Lost Future – Téléfilm de Mikael SALOMON – 2011
Un petit téléfilm de SF post-apocalyptique.
6/20

Le Gorille vous salue bien – Bernard BORDERIE – 1958
Un vieux film de série B, mal fagotté, qui lorgne dans l'exagération, mais avec sérieux, sans aucune dérision ou une once d'humour, ce qui aurait été bénéfique. Une réalisation poussiéreuse, un montage approximatif, des scènes d'action poussives. C'est écrit avec de gros sabots, bien surligné alors que c'est de l'intrigue de pacotille et des entourloupes bien simplistes. Outre la présence de Lino qui cabotine comme on aime, pas grand chose à se mettre sous la dent.
6/20

Dracula 2000 – Patrick LUSSIER – 2000
Bon, c'est un navet, certes, mais avec à la toute fin une thématique abracadabrantesque qui fait pouffer, mais néanmoins intéressante, et qui renouvelle l'histoire (christianisme, Judas, etc)
6/20

Le Fauve est laché – Maurice LABRO – 1959
Ah, là on monte d'un cran et on retrouve de la bonne vieille qualité à l'ancienne. La présence de Sautet au scénario n'y est sans doute pas pour rien, tout comme celle de Frédéric Dard aux dialogues. Mais le film perd peu à peu en intérêt dans sa deuxième moitié ( poursuite dans les falaises longue et incohérente ). Dommage, ça partait vraiment très bien, et ça s'avère finalement secondaire. Et encore une fois des plans secrets qui tiennent dans une enveloppe. Ce genre d'intrigues à papa, c'est un peu léger.
8/20

Action immédiate – Maurice LABRO – 1956
La même équipe que pour « Le Fauve est laché ». Lino n'a qu'un tout petit rôle de tueur. Héros nul, intrigue nulle ( encore des plans et des microfilms ), c'est pas terrible, je me suis ennuyé. La jolie blonde, Barbara Laage, me fait penser à Hélène de Fougerolles ( ptet la même famille ? )
6/20

L'Autre vie de Richard Kemp – Germinal ALVAREZ – 2013
Un excellent petit film original et très agréable. Un peu comme « Fréquence interdite » avec Quaid. Le héros se retrouve dans le passé pour résoudre l'enquête de sa vie. J'ai vraiment bien aimé, c'est bien écrit et la romance avec Mélanie Thierry, sans être trop appuyée, est appréciable. Bonne surprise.
10/20

Lol Usa – Liza AZUELOS – 201
La copie conforme, mais à l'américaine, plus aucun charme. Zappé au bout de cinq minutes.
3/20

Beauty and the Beast – Série de Jennifer LEVIN & Sherri COOPER – Saison 1 – 2012
Episodes 13 14 15 16 17 18
13 – Pff, et c'est reparti dans les atermoiements sentimentaux. Encore une fois cette trappe scénaristique et j'abandonne.
14 – Okay, un coup ça semble repartir un coup ça rompt, je mate les derniers épisodes parce que je les ai et c'est marre.
Bref, tout ceci est écrit de manière très enfantine et j'oserais dire très féminine dans le mauvais sens que j'invente tout de go : faire durer l'attente romantique plan plan à base de héros torturé par son démon intérieur, tergiverser sans arrêt pour avancer et reculer à chaque fois de manière à ce que chaque épisode soit plus agaçant que le précédent. Ca minaude, c'est minant. Certains critiquaient « Dawson » dans ce sens, ce que je n'ai jamais ressenti. Ils n'ont jamais vu cette série !!
Tout est mauvais, en plus de l'aspect évoqué ci-dessus : les intrigues à la noix, la construction des épisodes, les situations, le gars qui parle du comportement de la fille lors d'une discussion à laquelle il n'a pas assisté juste avant, le dialogue tout pausé avec musique romantique alors qu'ils sont en fuite, puis quand sa coéquipière lui tire dessus ils venaient de se séparer depuis dix minutes mais comme par hasard elle arrive aussitôt, dans un dédale de sous-sols, et puis elles sont les meilleures amies mais elle n'est jamais rentrée dans son appartement.
6/20

Intelligence – Série américaine de Michael SEITZMAN – Saison 1 – 201
Episodes 1 2 3 4
Une série avec le Sawyer de « Lost ». Une jolie brune aux sourcils avenants, Meghan Ory. Bon bah j'aurai essayé, mais non, c'est pas possible.
6/20

01 janvier 2016

Mes films de Décembre

Les Petits meurtres d'Agatha Christie : Murder Party – Téléfilm d'Eric WORETH – 2015
Un épisode sympathique, avec beaucoup d'interactions entre les personnages. Quant l'intrigue est un peu pataude, ça dynamise un peu et ça offre de bons dialogues ou situations de comédie.
7/20

M le Maudit – Fritz LANG – 1931
Quel ennui ce film. Bavard. Sans aucun suspens. Bien réalisé ( pour l'époque ), ça je le concède. Des plans inventifs, un travail sur le cadre et la lumière. Sinon, j'y vois plus une parabole sur la montée et le danger du nazisme – et en cela c'est un film intéressant – qu'un chef d'oeuvre qui m'aurait vraiment  enthousiasmé et emporté dans de hautes sphères cinématographiques.
6/20 ( j'ai honte mais bon, me suis ennuyé, en plus d'être extrêmement déçu )

Les Fusillés – Téléfilm de Philippe TRIBOIT – 2014
J'y allais à reculons, et c'est un bon petit téléfilm. Dans la lignée de « Les Sentiers de la Gloire » ou de « Blanche Maupas », une histoire d'injustice pendant la première guerre mondiale avec des fusillés pour l'exemple – sauf qu'ici deux d'entre eux survivent.
8/20

Poupoupidou – Gérald HUSTACHE-MATHIEU – 2011
Le titre n'est pas terrible, et même sachant que j'avais beaucoup aimé son précédent film et appréciant beaucoup Sophie Quinton, je n'avais jamais passé le pas. Mais en effet on est dans un film décalé avec un ton de comédie, parfois noire. Ambiance hivernale et références à « Fargo », références constantes aux Etats-Unis, parallèles avec le destin Marylin Monroe, c'est original, et poétique. Il y a d'ailleurs de beaux petits moments en voix off du journal intime de l'héroïne ( qui se prolonge d'ailleurs avec la narration par la morte ). Un bon petit film. Pas fan de la fin par contre.
10/20
LMDF : Elle lui a écrit une lettre dans laquelle elle lui déclare son « amour », ah okay.

Pinocchio – Steve BARRON – 1996
Mm, juste vu pour l'effacer.
6/20

Le Jugement des Flèches (Run of the Arrow) – Samuel FULLER – 1957
Bof.
6/20

La Diligence partira à l'aube – William CLAXTON – 1964
Aucun souvenir
?/20

L'Aigle et le Vautour – FOSTER – 1950
Aucun souvenir
?/20

Si vous avez manqué le début – Spectacle de Jean-Luc LEMOINE – 2015
Alors déjà, commencer par un sketch du spectacle précédent, c'est la loose totale. Et que je t'en rajoute d'autres plus loin. C'est du grand n'importe quoi. De l'enfumage intégral. Qui plus outre, on est dans le cliché du vieux spectacle pas drôle avec de vieilles blagues ratées sur des sujets pourris. Rarement vu aussi insipide, à la limite du pathétique. En rubrique sur TPMP ça passe, mais là, franchement... si vous avez manqué le début, bah c'est vraiment pas grave, vous l'avez déjà vu dans le précédent spectacle, profitez-en pour louper la fin.
3/20

Oblivion – Joseph KOSINSKI – 2013
Bonne idée, belle mise en place. On sent le coup venir un peu vite ( le fait qu'il ne soit pas à sa place, que les bons ne soient peut-être pas ceux qu'on lui dit ). Et en plus il y a une belle petite romance comme je les aime – du moins dans l'idée, pas forcément le traitement jusqu'au bout. Bon, un peu d'action, rien de méchant, ça passe. Au final, un agréable moment, un bon petit film de SF que je vais m'empresser de surnoter parce que j'ai pas envie de critiquer ce soir.
10/20

Les Yeux ouverts – Téléfilm de Lorraine LEVY – 2014
Mouais, bon ça se regarde vite fait et ça s'oublie direct. Elle sera mignonne la jeune actrice.
5/20

La Guerre des Boutons – Yann SAMUELL – 2011
Un remake des plus insupportable. Avec comme blagues les pires réponses des élèves du bac de l'année publiées sur facebook. Si j'aurais su j'aurais pas vu.
1/20

Meurtres en Bourgogne – Téléfilm de Jérôme NAVARRO – 2015
Pourquoi je regarde encore ces épisodes moi ? C'est toujours rigoureusement la même chose en plus. Affligeant.
2/20

Walt Disney – Documentaires
Intéressant de revoir le parcours de cet homme, et l'histoire de son studio, sorte de phalanstère fournieriste.
8/20

Ictus érotique – Court-métrage de Keren MARCIANO – 2015
Présence magnifique de Vanessa Guide. Hâte de la voir dans de beaux rôles romantiques.
8/20

Notre Faust – Court-métrage de Elsa BLAYAU & Chloé LAROUCHI – 2015
De Laage, Isaaz, et Fleurot dans un court pas terrible.
6/20

Astérix : Le Domaine des Dieux – Alexandre ASTIER – 2014
Sympathique.
7/20

I Origins – Mike CARHILL – 2014
Déçu, parce que je m'attendais à beaucoup mieux de la part de ce réalisateur dont j'avais beaucoup aimé le précédent film « Another Earth ». Venant d'un autre ça m'aurait peut-être plu davantage. Là c'est un peu sans surprise, et j'avais tout vu venir dès le début. Je dois avouer aussi que la recherche de la fillette ne m'intéresse pas une seconde, c'est à dire la seconde moitié du métrage. Au début je me disais que si le film consistait à retrouver la fille du début ça me semblerait un peu juste, mais finalement j'aurais préféré cette quête de la fille aimée à cette histoire de métempsychose à l'indienne mystico-bidon. C'est plaisant, mais pas assez déroutant. Jolie petite comédienne française, Astrid Bergès-Frisbey, qui jouait dans le remake de « La Fille du Puisatier ».
9/20

Avatar – James CAMERON – 2010
Oui bah il y a donc trois lignes de script pour en venir à des scènes de baston. Les décors sont sympas.
8/20

L'Exoconférence – Spectacle d'Alexandre ASTIER – 2015
Brillant. On apprend des trucs et on passe un bon moment, avec quelques passages amusants. Du bon Astier, avec toujours un peu de Dieudo dans l'attitude.
8/20

*A la recherche de madame Noël – Téléfilm de Mark JEAN – 2012
Une niaiserie ( déjà vue en plus ) avec la belle Laura Vandervoort.
6/20

Zinedine Zidane, dernier acte – Documentaire – 2015
Ok.
6/20

Superstar – Xavier GIANNOLI – 2012
Je m'attendais à une comédie ratée ( je ne savais pas que c'était de Giannoli, j'avais à l'esprit un truc du genre « Star 80 » ), et au final c'est sympathique et intéressant. Une parabole sur notre époque hypermédiatique.
8/20

01 décembre 2015

Mes films de Novembre

Elle s'appelait Sarah – Gilles PAQUET-BRENNER – 2010
Très beau film. Aussi dramatique qu'émouvant. La narration en parallèle est habile. A un moment, j'ai cru qu'ils allaient faire se croiser les deux familles, mais heureusement non. Très belle fin : "elle s'appelle comment ?" demande le fils américain de Sarah. "Lucy", répond la petite fille. Oui, la petite girafe que la petite Sarah tient entre ses mains s'appelle Lucy.
Par contre, doublage français exécrable. Le pauvre accent américain des personnages qui sont américains mais s'expriment en français, déplorable.
12/20

L'Ordre et la Morale – Matthieu KASSOVITZ – 2011
Ca partait bien, le plan-séquence sur la narration des faits par un des protagonistes, puis le début des négociations. Et là il y a un gros ventre mou, jusqu'à l'assaut final. Trop de palabres. Ca m'a sorti du film. Je ne sais même pas qui a eu tort ou raison. Ce n'était pas plus simple de libérer les otages et de se rendre, plutôt que d'attendre un assaut meurtrier ?
8/20

Kanaks, l'histoire oubliée – Téléfilm de Stéphane KAPPES – 2012
Après le film brûlot de Kasso, c'est plutôt habile de voir cet épisode de la grotte d'Ouvéa traité en parallèle à l'histoire de Karembeu. Par contre, très vite on finit par s'ennuyer, on se contrefout de plus en plus de cette histoire personnelle qui s'éternise inutilement, alors que les épisodes historiques sont justement trop en sous texte. J'ai lâché prise une demi heure avant la fin, qui peinait à venir.
5/20

La Cage dorée – Ruben ALVES – 2013
Tiens, produit par Danièle Delorme, qui vient de décéder. Mignon sans plus. Jolies Barbara Cabrita et Alice Isaaz
7/20

*La Vie en miettes – Téléfilm de Denis MALEVAL – 2011
D'après Boileau-Narcejac. On retrouve d'ailleurs le cadavre dans la baignoire, la femme souffreteuse. Quelques incohérences ( ex : c'est quoi cette fausse piste avec le médecin ? ), mais sinon ça passe plutôt bien. Audrey Fleurot et Bruno Debrandt jouent très bien.
7/20
LFMH : C'était le notaire qui a tué la femme, parce qu'il était amoureux de Fleurot, et au dernier plan elle parle, peut-être a t-elle simulé durant tout ce temps, mais dans ce cas pourquoi ?

Barquero – Gordon DOUGLAS – 1970
Enfin vu en entier. Enfin, « vu », c'est vite dit, encore une fois, c'est tellement mauvais que je n'ai quasiment pas regardé. Le plus italien des westerns américains, c'est dire si c'est mauvais.
2/20

Condamné à être pendu (Law of the Lawless) – Jack CLAXTON – 1964
Début mauvais, réalisation pitoyable, et j'ai du mal à bien différencier tous les acteurs – tous vieux, puis ça s'améliore sur la deuxième partie, à partir du procès.
6/20

*Collatéral – Michael MANN – 2004
Toujours agréable de revoir ce très bon film. Au-delà du film d'action, nocturne et en temps réel, ce qui fait que je l'apprécie d'autant plus, j'aime beaucoup le discours « d'inadapté » de Cruise, désespéré et lucide, avec des phrases du style : « Des milliards d'étoiles, et sur l'une d'elles des milliards d'individus, ce que nous faisons, qui s'en soucie, qui s'en souviendra ? », son discours philosophique sur le fait qu'on vit tous avec des projets, mais qu'on ne concrétise rien, qu'on remet toujours à plus tard, et qu'on ne réalise jamais pleinement sa vie – et également sur le jazz et l'improvisation : « Tous ces gens font la même chose tous les jours, et ils mourrons comme ils auront vécu, alors que toi tu ne sais pas où tu seras dans dix minutes »
10/10
Quelques erreurs de montage cependant lors des scènes de voiture ( faux raccords entre l'avant et l'arrière au niveau des lumières )

Moonrise Kingdom – Wes ANDERSON – 201
Farfelu, et a priori pas ma came. Mais finalement il y a une petite musique qui finit par prendre.
/20
« On passe sa vie à faire des erreurs. Il faut juste apprendre à ne pas en faire de trop grosses ni de trop dangereuses ».

Un Homme nommé Cheval – Elliot SILVERSTEIN – 1970
C'est moche. La réa, les trois lignes de scénar, le héros, les scènes kitch. Tout est très moche, sauf la jolie Corinna Tsopei, Miss Univers 1964.
4/20

Play Off – Eran RIKLIS – 2011
Amira Casar dans une drôle d'intrigue non dénuée d'intérêt.
8/20

Dans ses yeux (El Secreto de sus Ojos) – Juan José CAMPANELLA – 2010
Un beau film. Parfait dosage de polar et de tendre petit drame romantique intimiste. Plusieurs thèmes abordés, la vie, le temps perdu, le temps passé, les souvenirs, le pardon, la justice, l'écriture, l'amour perdu, l'amour passé, l'avenir à écrire, à construire. Excellent plan-séquence dans le stade de foot. Soledad Villamil, ressemblance avec Camille, un visage de l'amour. Et le héros, ressemblance avec Alan Rickman.
10/20
« N'y pensez plus, sinon vous aurez mille passés, et pas de futur »

James Bond : Skyfall – Sam MENDES – 2012
Une purge. Un scénar écrit par un ado qui n'aurait vu aucun film d'espionnage. Tout est mauvais. Tout est téléphoné. Rien ne fonctionne. On sait bien qu'ils ne donnent pas vraiment dans le crédible avec cette saga, mais à défaut de faire du cinéma intelligent, ou du film de genre renouvelé, ils pourraient au moins essayer de faire du divertissant. Mais non, à aucun moment. Aucun suspens, aucun rythme, aucune tension. Les scènes d'actions sont déjà vues mille fois, le méchant est en carton-pâte, et ça ne fait que blablater des heures pour rien ( ah oui, également le sempiternel discours patriotique ). Inutile. Du spectaculaire avec plein de vide dedans. Et les débauches de technologie n'y feront rien, si ce n'est diminuer l'intérêt pour uns scénario factice. Pourtant jusqu'au générique c'était pas trop mal comme ouverture.
5/20

Red 2 - Dean PARISOT - 2013
Mieux que le Bond de la veille. Divertissant, rythmé, agréable à suivre.
8/20

Le Pacte Holcroft – John FRANKENHEIMER – 1985
J'avais l'impression que ça datait des années 70. Et en effet c'est plutôt mauvais.
6/20

*Pièce montée – Pièce de Pierre PALMADE – 1992
J'avais bien aimé la première fois, je me faisais une joie de la revoir, et le souvenir est déçu. Autant Jacqueline Maillan est rigolote, autant la pièce en elle-même est un peu creuse. Une succession d'anecdotes un peu vaines.
7/20

Jonah Hex – Jimmy HAYWARD – 2010
Megan Fox dans un western, malheureusement je n'ai vu que la fin.
?/20

Tirez la langue mademoiselle – Axelle ROPERT – 2013
Vu la fin. Cédric Kahn semble l'emporter sur Laurent Stocker.
?/20

The Expatriate – Philipp STÖLZL – 2012
Il a veilli Jason Bourne. Cadre européen, agents secrets, le père et sa fille poursuivis par des tueurs. Un mix de Jason Bourne et des Taken et autres thrillers made in Besson. Bon, ça se regarde, ça divertit.
8/20

Möbius – Eric ROCHANT – 2012
Un film d'espionnage confus et brouillon, qui vaut principalement pour la rencontre et les petites scènes intimes entre les deux amants ( sauf les scènes de baise au sommet du ridicule avec ces orgasmes haletants et débiles ). Un peu de tendresse, entre deux âmes égarées, c'est tout ce qu'il y a à sauver dans cette vaine tentative d'intriguer. Et les scènes doublées, au secours.
6/20

La Maison des Ombres (The Awakening) – Nick MURPHY – 2011
Rebecca Hall encore une fois rayonnante. Sinon, c'est toujours un peu le même film au rayon grande demeure anglaise hantée ( « L'Orphelinat », « Les Autres », « Le Tour d'écrou », etc ), mais très belle réalisation, et de belles choses sur la solitude, la peur, l'enfance, par le biais de la parabole du fantôme, qui symbolise les souvenirs effacés, le passé douloureux, le traumatisme enfoui. Par contre, le titre original en dit trop. Et je ne suis pas fan des films où ce qui nous est montré est irréel, or ici ce n'était pas le cas, elle n'était ni morte ni folle ni dans le coma, juste dans le réel et en proie aux fantômes de son passé.
10/20
« Je ne crois pas qu'il y ait meilleur endroit au monde pour comprendre ce qu'est la solitude »
« C'est quand on garde les yeux fermés que l'obscurité est la plus totale »

Meurtre à La Rochelle – Téléfilm de Etienne DHAENE – 2015
Une ineptie de plus dans cette belle série qui délivre des navets avec une belle régularité.
« Elle a très bien pu avoir prémédité son crime ». Ben tiens.
5/20

La Diablesse en collant rose (Heller in pink Tights) – George CUKOR – 1960
Une petite comédie western sans grand intérêt.
6/20

Le Tueur s'est évadé – Budd BOETTICHER – 1956
Cotten est très mauvais dans ce film. Le tueur, lui, joue plutôt bien. Mais toutes ces histoires avec sa femme, qui ne comprend rien, c'est vraiment très vieillot. Boetticher était vraiment fait pour le western, plus que pour le polar. D'autant qu'il ne s'y passe pour ainsi dire rien.
6/20

Le Cran d'arrêt (The Turning Point) – William DIETERLE – 1952
On est très loin du chef d'oeuvre « Le Portrait de Jennie ». On est dans le petit polar de seconde zone dont on ne gardera aucun souvenir. Et qui n'est pas sans rappeler celui de la veille d'ailleurs ( la femme qui cherche à sauver son mari flic, sauf que là il meurt )
6/20

*Casino Royale – Martin CAMPBELL – 2006
Le meilleur des Bond récents. Bonne histoire simple, pas de technologie et de combats à outrance, belle petite partie de poker, beaux paysages italiens, et sublime Eva Green ( ainsi que Caterina Murino dans un petit rôle ). Comparé aux déchets suivants, le film gagne 2 points au revisionnage. Encore un peu et on avait un vrai bon film. Pourtant ce n'était pas compliqué de faire durer l'histoire d'amour plus de dix minutes et même de la faire traverser deux films ( puisque la série avec Craig est divisée en épisodes qui se suivent ) pour lui donner de la force. C'est pas comme s'ils avaient du mal à monter le financement de la suite. Là, c'est mignon et triste, mais ça fait très dans la norme : à chaque fois qu'il laisse tout tomber pour une fille, elle meurt dans l'heure.
10/20

Une Certaine rencontre (Love with the proper stranger) – Robert MULLIGAN – 1963
Une petite comédie romantique délicieusement désuète, naïve et tendre. Natalie Wood rayonnante.
Dernier plan : on voit la caméra qui s'approche sur le plan de l'autre caméra qui s'éloigne.
8/20

Pas si grave – Bernard RAPP – 2003
Non, pas si grave, et surtout sans aucun intérêt. La scène du concert et l'ovation tardive après un bête morceau de salsa est à pleurer de ridicule.
Une jolie brune, Leonor Varela
4/20

L'Aigle de la Neuvième Légion – Kevin MACDONALD – 2011
Un péplum post-Ridley Scott, de bonne tenue. Beau cadre écossais.
8/20

Hitchcock/Truffaut – Documentaire de Kent JONES & Serge TOUBIANA – 2015
Dommage que sur le dernier tiers le documentaire oublie littéralement son sujet pour ne plus évoquer que des séquences de films d'Alfred commentées par des cinéastes. Louable en soi, le film est bien moins intéressant que le livre-interview en question.
8/20

La Loi du Tueur – Peter HOWITT – 2014
Okay, donc Samuel Jackson est le meurtrier vengeur. Quel est le suspens de ce film dont on devine tout dès le début, alors que le héros ne pige rien ? Du petit thriller téléphoné digne des 90's.
6/20

Le Rock du Bagne (Jailhouse Rock) – Richard THORPE – 1957
Mm. Plus qu'anecdotique, mais au moins je l'aurais vu.
5/20

A cause d'un assassinat – Alan J. PAKULA – 1974
Ce qui aurait pu être un bon thriller politique paranoïaque, mais au final c'est plutôt moyen. La scène du milieu avec la diffusion d'images, on est loin d'« Orange Mécanique », c'est kitsch et raté. Quand il infiltre l'agence secrète, on sent bien qu'il se débat vainement et va se faire prendre à son propre piège. De plus, il y a un vrai manque de rythme, de tensions. Pour la dénonciation d'un sous-pouvoir des Etats-Unis, il faudra repasser.
7/20

#Chef – Jon FAVREAU – 2014
Tiens, un petit film intimiste et authentique, un feelgood inattendu de Favreau, le réalisateur des blockbusters « Iron Man » et « Cowboys et Envahisseurs » – qui l'a écrit et interprète le rôle principal. Très sympathique, un agréable petit moment. Petit rôle sexy de Scarlett ( il se fait plaisir le Favreau quoi ), encore plus belle avec l'âge.
10/20

*La Prophétie des Ombres – Mark PELLINGTON – 2002
J'avais apparemment fort apprécié la deuxième fois et remonté la note à 10. Elle redescend à 8. Un petit film bien construit, intriguant, avec une atmosphère propre, mais plus le dénouement approche, moins on s'intéresse à ces mystères paranormaux assez faciles en terme d'écriture. En gros ça fait plouf.
8/20

Monsieur Papa – Kad MERAD – 2010
Mm, mignon.
7/20

Crimes à Aigues-Mortes – Téléfilm de Claude-Michel ROME – 2015
Tiens, un deuxième téléfilm de la série avec la belle Romane Portail en un mois. Vivement le prochain navet de la série avec elle.
4/20
Sinon il y avait des scènes à des endroits fréquentés à Pâques, dont le bar sur la plage du Grau du Roi, c'était rigolo

*Jacquou le Croquant – Laurent BOUTONNAT – 2006
Réalisation ampoulée, trop emphatique, trop d'effets stylistiques, de mouvements de caméras et de zooms superflus, de musique stabilo, de comédiens qui en font des tonnes, en cris, en pleurs sous la pluie, etc. Du coup le film passe à la trappe, et dure une bonne heure de trop. On la voit trop peu Judith Davis.
7/20

Tonnerre Apache – Thunder of Drums – Joseph M. NEWMAN – 1961
Si le seul suspens de ce petit western réside dans le fait de savoir quelle tribu d'indiens massacre les soldats autour du fort, le titre français nous le délivre d'entrée, et il me semble que c'est loin d'être passionnant. La relation entre le commandant du fort et le jeune lieutenant est plus intéressante, ainsi que celle entre le jeune lieutenant et son ancien amour. Mais le tout est un peu trop sommaire.
7/20

*Quantum of Solace – Marc FOSTER – 2008
Préféré à la première vision, mais bon, rien de génial. Un scénario en carton, des changements de lieux, des bagarres, de jolies femmes ( Olga Kurylenko, un rôle d'une minute pour Stana Katic ), des méchants, et au final rien, pas même la vengeance attendue, ou si elle y est le scénar est tellement mal fichu que je ne l'ai pas vue. De la grosse esbroufe à grand prix pour du vent. Et puis cette fin toute moisie.
7/20

La Maison de la Radio – Documentaire de Nicolas PHILIBERT – 2012
Un univers que j'adore. Ado, j'avais écrit une rédaction dans laquelle je travaillais dans cet établissement. J'adorerais tenir une émission de radio, j'en rêve depuis des années. Un chouette petit documentaire.
8/20

La Forteresse noire – Michael MANN – 1983
Ah ouais quand même. Bien bien pourri comme il faut ce film. Rien suivi.
2/20
« Vous croyez en Dieu, moi je crois en l'Homme »

La Dernière Légion – Doug LEFLER – 2007
Aishwarya Rai, mm, pas folichon, à un moment j'ai cru que c'était la suite de « Love Actually »
7/20

Comme un homme – Safy NEBBOU – 2012
Adaptation de Boileau-Narcejac avec les Berling père et fils. Pas trop mal.
7/20

Cassandre : le saut de l'ange – Téléfilm de Eric DURET – 2015
Ouah, il y a des filtres de bords flous pour les flash-backs, trop fort. Sinon, c'est de l'intrigue hypra basique, c'est pas terrible. On ne profite même pas de la beauté du cadre, le lac d'Annecy.
5/20

Toc Toc – Pièce de Laurent BAFFIE – 2008
Une petite pièce très drôle. Un bon moment. La petite Zoë Nonn est très amusante.
8/20

Braquage à l'américaine (American Heist) – Sarik ANDREASYAN – 2015
Ca va très loin niveau scénar. Au moins aussi loin que la plus sombre des merdes torchée par une équipe de nazes essayant de faire le même film que des dizaines d'autres daubes, inutile, médiocre, violente. Jolie brunette, Jordana Brewster.
5/20

*La Neuvième Porte – Roman POLANSKI – 1999
Mais quel générique pourri. Bon, sinon, comme la première fois, un bon film qui prend le temps de construire son petit chemin, pas initiatique, mais de découvertes et de rebondissements. Un scénario qui me séduit, sur le sujet, le traitement, et la forme, sans qu'on ait besoin de suspens effréné ou de poursuites, bagarres et autres explosions. Mais malheureusement on tombe parfois dans le kitsch le plus ridicule, avec les apparitions ( c'est le cas de le dire ) d'Emmanuelle Seigner en sorcière volant ( au sens propre comme au figuré ) au secours du héros. Et surtout dans les cinq dernières minutes, avec la scène de baise devant le château en flammes, et la dernière image où le héros s'approche de la neuvième porte ouverte – qui plombent totalement le tout. Sans cela on pouvait côtoyer les 10.
8/20

La Folle mission du docteur Schaefer - Theodore J. FLICKER - 1967
Mouais, bof.
5/20

*Alexandre le Bienheureux – Yves ROBERT – 1968
Mignon, comme le petit chien ou Marlène Jobert. Comme une petite fable d'époque, à la Marcel Aymé.
8/20

Tueur d'élite – Sam PECKINPAH – 1975
J'ai eu la nette impression que c'était totalement nul, et mal filmé, mal monté.
5/20

French Cancan – Jean RENOIR – 1955
Bon ça va, il y a une petite histoire, mignonnette d'ailleurs. S'il n'y avait eu que des scènes de cabaret, de danse, de chant et de french cancan, j'aurais fui à toutes jambes.
6/20
( On y voit Rosy Varte et Hubert Deschamps jeunes )

Castle – Série américaine, Saison 5 - 2012
Episodes 21 22
22 – Comme ils sont ensemble et que le couple ronronne, un épisode revival pour revoir tous les moments où ils se séduisaient, tous les moments un peu glamour et ambigus entre les deux tourtereaux.
7/20

01 novembre 2015

Mes films d'Octobre

Premium Rush – David KOEPP – 2012
Fun, bien foutu, pas haletant mais prenant. Narration éclatée à rebours intéressante.
8/20

*Family Business – Sidney LUMET – 1989
Ni drôle ni captivant ni émouvant. Un tout petit Lumet.
6/20

Gatsby le Magnifique – Baz LUHRMANN – 2013
J'ai nettement plus apprécié cette version que celle de 1974 avec Redford. Ici, une belle intensité dramatique, une belle histoire d'amour tourmentée. Tout le côté clinquant et richissime est oublié au bout d'un tiers. Réalisation dynamique et inventive, pour une fois j'ai trouvé que ça collait bien et même que ça servait le film, ces couleurs, ses effets de caméra, ces effets visuels.
9/20

Les Couilles de mon chat – Court-métrage de Didier BENUREAU – 2005
Naze.
4/20

Borderline – Téléfilm de Olivier MARCHAL - 2015
Wolkovitch joue toujours pareil, et Marchal fait toujours le même film
6/20

Meurtres à Collioure – Téléfilm de Bruno GARCIA – 2015
Jolie actrice : Romane Portail
6/20

J'ai épousé un inconnu – Téléfilm de Serge MEYNARD – 2015
Rien que le titre déjà, au secours. On sait déjà que c'est pas lui. On devine donc tout assez vite, c'est plutôt mal foutu niveau intrigue. Ne reste que la jolie Déborah François, encore très bien.
6/20

Grand méchant loup appelle (Father Goose) – Ralph NELSON – 1964
Pas trop suivi.
?/20

*Rendez-vous avec une star – Robert LUKETIC – 2003
Bosworth dans une petite com rom mignonnette.
8/20

La Bête immonde – Spectacle de Dieudonné M'BALA M'BALA – 2015
Très bon début, et après bof.
7/20
« Il faut un méchant dans l'histoire. Je veux bien jouer ce rôle-là, mais le problème c'est qui incarne le Bien aujourd'hui dans le monde ? »
« Etonnant ce monde où le bouffon noir représente le mal absolu et le fabriquant d'armes et la haute finance, eux, les Droits de l'Homme »
« Dieudo, comment on fait rire les gens ? Bah dis la vérité, les gens sont pas habitués »

Hunger Games – Gary ROSS – 2012
Agréablement surpris, c'est du bon divertissement pour ados, avec ce qu'il faut d'aventures, de dramaturgie épique, de romance, de message/réflexion sur la dérive de nos sociétés modernes, le pouvoir de plus en plus grand des médias sur nos vies. On passe un bon moment.
9/20

Mariage à l'anglaise (I give it a year) – Dan MAZER – 2013
C'est un peu naze. Reste Rose Byrne. Et la débilité du pote qui ne pense qu'au cul. D'ailleurs ce film est basé sur des blagues de cul, c'est chiant, sauf avec ce personnage. Franchement ni drôle ni romantique. Très secondaire.
6/20

Hunger Games 2 : L'Embrasement – Francis LAWRENCE – 2013
Une bonne suite, mais inférieure de par son déroulement. Ca peine un peu à démarrer, ça palabre inutilement pendant une heure alors qu'on sait pertinemment qu'il va y avoir un nouveau « tournoi ». On veut surtout nous amener au rebondissement final sans trop s'éloigner du cahier des charges quoi.
8/20

Mes Meilleures amies – Paul FEIG – 2011
Ca commence bien, ça va être drôle et décalé, la comédienne est rigolote, puis en fait non, on tombe dans le comique facile, potache, outrancier et vulgaire.
5/20

*In Love – Kris ISACSSON – 2000
Ce qui est bien c'est le personnage de l'héroïne, un peu bohème, artiste, hors des calibres habituels, qui pousse le héros vers le haut. Et Selma Blair. La romance en elle-même n'est pas captivante, et même très fade. On passe à côté.
6/20

Les Blessures de l'île – Téléfilm d'Edwin BAILY – 2015
Rooh c'est toujours la même histoire ces téléfilms, c'est pénible. On sait à quoi s'attendre cependant, on ne les regarde pas pour passer de grands moments de cinéma. Là j'ai regardé aussi parce que ça se passait sur l'île de Batz et que je suis un breton né en Normandie. Et pour Flore Bonaventura.
5/20

De l'autre côté du périph – David CHARHON – 2012
Clichés et caractères à gros traits, le parisien bourgeois fan de Bébel et le banlieusard noir, raccourcis, putasserie ( dialogues à sous-entendus sexuels, boîte à partouze ), un peu amusant, mais guère.
5/20

Sex Tape – Jake KASDAN – 2014
Gras et bête.
5/20

Supercondriaque – Dany BOON – 2014
En effet, super con. Le bâton pour se faire battre. Pas grand chose de drôle, surtout si l'humour à base de grimaces et de grommellements du bonhomme agace. Et rien de crédible, pas même la tentative d'histoire d'amour. Ni crédible, ni drôle, ni émouvant, ça fait peu.
5/20

Les Profs – Pierre François MARTIN-LAVAL – 2013
Okay, on est dans la débilité. Soit. Ce qui serait bien, quand on use de débilité, ce serait au moins d'aboutir à du drôle, du différent, de l'original. Or ici il n'y a rien de tout cela. Du film pour très jeunes ados. Quelques sourires tout au plus. Et le plaisir d'entrapercevoir la jolie fille de Bref, Alice David.
5/20

Sea no Sex and Sun – Christophe TURPIN – 2012
Regardé pour Armelle Deutsch, mais c'est surtout la belle Alma Jodorowsky qui illumine. Sinon, un film de vacances sympathique, le fait que chaque couple passe par les mêmes séquences et les mêmes travers est assez amusant. Une vision du couple assez désespérée aussi, et donc très juste, où l'homme n'a qu'une envie : retrouver l'illusion de sa jeunesse en draguant les jeunes femmes qu'il n'ont pas eues dans leur propre adolescence.
8/20

Les Mythos – Denis THYBAUD – 2011
Un petit divertissement amusant où Stéphanie Crayencour sort du lot.
7/20

*Calculs meurtriers (Murder by Numbers) – Barbet SCHROEDER – 2002
J'adore les films où les gens se placent par rapport à la caméra de manière pas du tout naturelle en continuant leur marche pour se mettre en face de la personne alors que la personne pourrait tout simplement se retourner. Sinon, il me semblait bien que je l'avais déjà vu. Une sorte d'hommage à Hitchcock. Ca se revoit sans déplaisir.
7/20

Le Divorce de Lady X – Tim WHELAN – 1938
Une pétillante petite comédie romantique avec le duo Merle Oberon et Laurence Olivier qui se retrouveront l'année suivante pour « Les Hauts de Hurlevent », un poil plus austère. Dommage que le quiproquo initial ( il la prend pour une femme mariée et elle se fait passer pour telle ) n'amène que peu de rebondissements romantiques, et une pirouette finale un peu facile ( lors du premier procès il disait du mal de la femme et là il en dit du bien avec les mêmes mots ).
8/20

L'Aventure commence demain – Richard POTTIER – 1948
Mouais, rien de marquant.
6/20

Knock Knock – Eli ROTH – 2015
Un bon petit film de genre. Un honnête père de famille « violé » et séquestré par deux jeunes nymphomanes délurées bien décidées à se venger de tous les hommes qu'elles croiseront. Comment ont-elles pu l'espionner, comme on s'en aperçoit à la fin ? Pourquoi son revolver est-il chargé ? Très idiot quand on a des enfants de garder un revolver chargé, même caché.
7/20

*Taxi Driver – Martin SCORSESE – 1976
J'ai déjà dû le voir. Le personnage part plutôt bien, lorsqu'il aborde la fille, sûr de lui, mais après il est bien crétin comme il faut, à la trainer voir un film porno puis à ramper comme un benêt pour essayer de la retenir. Jusqu'à péter complètement les plombs. Je n'avais aucun souvenir du happy end. Belle musique d'Hermann. Cameos de Scorsese sur le plan où on découvre la belle blonde, Cybill Shepherd, puis plus tard dans le rôle du mari trompé. Sinon, pas trouvé ça très passionnant.
7/20

Sahara – Breck EISNER – 2005
Mm, d'après le peu que j'en ai vu, ça avait l'air bien naze. Une vaine tentative d'imiter Indiana Jones ( la scène du combat avec l'hélico à côté ).
5/20

Coût de Chance – Téléfilm de Denis MALLEVAL – 2013
Mouais.
6/20

L'Illusionniste – Dessin animé de Sylvain CHOMET – 2010
Mignon. Un hommage à l'esprit Tati réussi.
8/20

Trop jeune pour elle – Amy HECKERLING – 2007
Un brin lourdingue.
6/20

Témoin sous silence – Série norvégienne de Jarl Emsell LARSEN – 2014
Episodes 1 à 6
Belle réalisation ( on connaîtra mon goût pour les réalisations scandinaves de ces dernières années ), belles ambiances bleues noires glauques, crépusculaires. Scénario solide, rebondissements, suspens, tensions. Comédiens parfaits. Une réussite.
10/20

Black Mirror – Série de Charlie BROOKER – 201
Episodes 5 et 7
Des épisodes variés et intéressants.
8/20

Kitchen Confidential – Série de David HEMINGSON – Saison 1 – 2005
Episodes 7 8 9
7/20

Une Chance de trop – Série de Harlan COBEN – Saison 1 – 2015
Episodes 1 à 6
Ca fonctionne pas mal. J'aime bien les ambiances nocturnes parisiennes, et les vues aériennes de la ville comme virgules. Par contre, le rôle des flics, totalement ridicules, pas terrible. Rarement vu aussi abrutis, ils auraient pu réduire un peu cet aspect-là, même si ça s'améliore vers la fin. Belle prestation de Fanny Valette ( qui n'a jamais autant ressemblé à Olivia ), mais globalement tous les comédiens s'en sortent bien. J'avais un peu deviné le fin mot de l'histoire, mais pour une fois c'est plutôt bien amené, sans gros sabots ni twist Deus ex Machina de dernière minute totalement incongru ( il n'y a que la révélation du mari abusé par son père et le retour de la jeune amie peintre qui est tardive, mais normal, tu mets ça au début t'as plus six épisodes d'une heure avec suspens, fausses pistes et rebondissements, mais un court-métrage ).
Une mini-série réussie. Pas noté de défauts majeurs.
8/20

Beauty and the Beast – Série de Jennifer LEVIN & Sherri COOPER – Saison 1 – 2012
Episodes 9 10 11 12
Les tourtereaux qui passent tout un épisode à sous-entendre qu'ils sont attirés l'un vers l'autre pour passer l'épisode suivant à s'éloigner, et chacun leur tour, ça finit par brouter sévère. Même Dawson, qui était beaucoup critiqué à ce niveau-là, était bien plus nuancé, puisque j'aimais beaucoup et que c'était bien écrit.
6/20