Bleu catacombes – Téléfilm de Charlotte BRÄNDSTRÖM - 2013
Ouais c'est cool, on sait juste qui est la meurtrière dès le départ, et c'est pas du Colombo. La Camille Pannoncle est encore très bien, deux ans après le premier épisode. Pas fan du rôle attribué à Gaëlle Bona, excellente néanmoins. Sinon, concrètement, j'ai essayé de regarder deux fois, mais je n'ai rien suivi les deux fois.
5/20

Irrésistible Alfie - Charles SHYER - 2004
Il ne faudrait pas se méprendre : il ne s'agit aucunement d'une comédie romantique. C'est même un film plutôt amer et grave, sans drôlerie. Mais ça se revoit plus facilement que l'original. Par contre, ni l'un ni l'autre ne vont au bout de leur sujet, on sort du film avec un profond sentiment d'avoir fait du surplace, bien inutilement. Seul intérêt : la brève romance avec la magnifique Sienna Miller, mais traitée en deux coups de cuillère à pot, alors qu'elle eût pu aisément tenir tout le film ( comme dans « My Sassy Girl » ) et lui donner une once d'intérêt dramatique, voire romantique. Mais que nenni.
Bon sinon, ça va faire un bout de temps que Jude Law n'a pas repris un rôle de Michael Caine dans un remake, après ce film et « Le Limier ». Que fait la police ?
7/20

Le Béret de la Tortue – Pièce mise en scène par François ROLLIN – 2001
Je ne sais plus. Donc probablement rien à retenir.
?/20

Le Sang de la Vigne : Mission à Pessac – Téléfilm de Aruna VILLIERS - 2011
Elle a pris un sacré coup de vieux Alexandra London.
6/20

La Voix des Morts 2 : La Lumière – Patrick LUSSIER – 2007
Avec Nathan Fillion et la belle Katee Sackhoff.
8/20

Camille redouble – Noémie LVOVSKY – 2012
Ca existe encore des génériques d'intro avec le nom des comédiens ? C'est idiot. Euh, elle n'est pas aveugle la fille à la soirée. Tant mieux pour l'actrice, mais dommage pour le rôle. J'aime bien la drôle de copine brune à frange ( Judith Chemla, qui me fait penser à Camille, ma Camille, et qui a fait du violon, tiens ), mature et torturée, dommage que le personnage ne soit pas plus creusé. Mais bon, c'est vraiment mal fait. J'aurais bien vu une voix off qui nous aurait relaté le devenir des différentes filles, le décalage ou non avec ce qu'elles étaient ados. Parce que là, on regarde l'album de souvenirs de Noémie Lvovsky, c'est bien gentil, mais à aucun moment on ne peut s'identifier ni s'attacher à qui que ce soit. Ce qui d'ailleurs aurait fort peu d'intérêt. Souvent quand quelqu'un nous montre ses albums photo, c'est nul et on s'ennuie, sauf si les photos sont belles ( ce qui n'arrive jamais ) ou si on aime la personne qui nous raconte et nous montre son histoire, surtout si elle est belle. Donc là je me suis ennuyé. A part l'idée de base, qui est excellente ( mais qu'on a vue dans « Peggy Sue s'est mariée » ou, en plus que réussi, dans « Quartier Lointain » en manga ), il n'y a strictement rien de rien. L'histoire de couple est navrante au possible. La relation avec les copines prend beaucoup de place mais n'est qu'ébauchée. Il n'y a pas de moments de comédie. C'est vraiment du petit téléfilm raté, d'autant que la réalisation est au-dessous de tout. N'est pas Taniguchi qui veut. Là, on est plus dans du Riad Sattouf féminin tristoune. Faut faire des choix dans la vie.
5/20
( Bon, par contre c'est le rêve de ma vie : revivre une année de mon adolescence. Je veux bien revivre toute mon adolescence une deuxième fois plutôt que mes 40 ans. Au moins à l'époque j'avais un semblant de vie )

Versailles – Pierre SCHOELLER - 2008
Tiens bah encore la comédienne brune d'hier, Judith Chemla. Bon alors le film. Ca sonne immédiatement et irrémédiablement faux. La situation, les dialogues. Tout. Pas tenu très longtemps. Vu quand même la fin, qui avait l'air belle.
3/20

Eurotrip - Jeff SCHAFFER - 2004
Ca pourrait être une bonne comédie romantique si ça exploitait l'idée de base, mais ce n'est que de la crétinerie made in US pour ados débiles.
4/20

L'Arbre à Souhaits – Terry IMGRAN – 2012
Mignonne la comédienne rôle de Clarissa, façon Mareva Galanter. Pas trop suivi la fin.
5/20

Le Sang de la Vigne : Noces d'Or à Sauternes  – Téléfilm de Aruna VILLIERS – 2012
Pas mal ce petit épisode avec Dominique Pinon. Un épisode où apparaît nettement la beauté de Catherine Demaiffe.
7/20

Ghost Rider – Mark Steven JOHNSON - 2007
Pourquoi je regarde ça moi ? Je sais dès la première minute que ça va être une grosse daube, et je mate quand même. Bon bref. Je crois que Nicolas Cage est l'acteur que je déteste le plus. Définitivement. Surtout avec ses choix de rôles de mecs blasés et au moral inébranlable, usés par la souffrance la plus clichée possible, et avec une seule émotion à son répertoire, depuis ses débuts en 1982.
4/20

SuperGrave – Greg MOTTOLA - 2007
Ouais. Super grave.
2/20

Riders – Gérard PIRES - 2002
Tournage US, gros moyens, et scénar ad'hoc, c'est à dire du plus bas niveau.
4/20

La Déesse aux 100 bras – Téléfilm de Sylvain MONOD - 2013
Tenu cinq minutes.
?/20

Intimes convictions – Téléfilm de Rémy BURKEL - 2012
Ca commence à me saouler ces scénarios à une seule géométrie variable : on nous montre bien que c'est lui le coupable, puis on nous montre bien que ce n'est pas lui le coupable et hop ça finit avec le bon coupable. Un brin lassant. Même quand au final c'est quand même bien lui le coupable. Le gars a une main courante à son nom pour menace de mort, mais ça n'apparaît nulle part dans le dossier, ça réapparait des mois après... bien sûr.
5/20

Chéri – Stephen FREARS – 2009
Frears et son actrice Michelle Pfeiffer fêtent les vingt ans des « Liaisons dangereuses » en adaptant cette liaison de Colette. Dommage que l'adaptation n'englobe pas le deuxième roman avec la fin de l'histoire ( enfin si, mais expédié en un commentaire voix-off final ). On aurait pu avoir un beau drame romantique. A la place de quoi on a un film prometteur, mais pas assez tourmenté à mon goût.
9/20
« Je sais ce qui te rend si triste : tu as tout pour être heureux, mais tu ne vois que la vanité de la vie »

Les Fantômes de Goya – Milos FORMAN - 2006
Bon alors elle joue très bien Portman, comme toujours, même dans ce rôle difficile, mais faudrait pas abuser et trop me la salir. Je ne savais pas du tout ce que devenait Forman, c'est désormais chose faite. Intéressant cette fiction avec des personnages historiques. Clin d'oeil au « Nom de la Rose » avec Lonsdale.
8/20

Un Homme parmi les loups (Never Cry Wolf) – Caroll BALLARD - 1983
Un film sur la nature, signé Disney. De nombreux films de cette époque, considérés comme de grands films, n'avaient pas une réalisation de cette qualité. Ici, ça fleure bon le parfum de l'aventure, les grands espaces, la solitude, et l'inutilité de l'homme face à la Nature et ses enfants, les animaux. De belles séquences, une belle humanité. Un beau film, un beau voyage, à montrer effectivement dans les écoles aux enfants.
8/20

*Présumé innocent – Alan J. PAKULA – 1990
Histoire de ne pas le revoir une troisième fois, parce que c'est trop long pour un film de procès et pas très intéressant : c'est sa femme qui a tué sa maîtresse, la belle Greta Scacchi.
8/20

Dans l'ombre de Manhattan (Night falls on Manhattan) – Sidney LUMET – 1997
Mince, encore un film de procès... tenu une heure.
?/20

Tomboy – Céline SCIAMMA – 2011
Très beau film. Doux, sensible, tout en finesse et en détails. A diffuser dans toutes les écoles de France et de Navarre pour bien montrer le ridicule de la polémique du moment. Pas fan du titre par contre. J'aurais appelé ça « Action ou vérité »
12/20

Super-héros : l'éternel combat – Documentaires de Michael KANTOR – 2013
Un doc sur l'histoire des comics, qui relate les changements et les évolutions au fil de leur histoire, c'est bien plus intéressant qu'un film de super héros, où une fois le héros et sa genèse introduits, on a de l'action et de la violence stériles. On comprend mieux pourquoi la décennie qui suit le 11 septembre aura vu tous ces films.
8/20

*Confessions d'un homme dangereux – George CLOONEY – 2002
Un film à part, de par son sujet. Magnifique la fille dans la piscine, Krista Allen
CDFPNPAALR ( conclusion du film pour ne pas avoir à le revoir ) : c'est Julia Roberts la taupe, qui tente de le tuer, mais il la tue.
7/20

Trois pièces, cuisine, bains – Dietrich BRÜGGEMANN – 2012
Sympatique.
6/20

Case départ – Lionel STEKETEE, Fabrice EBOUE & Thomas N'GIJOL - 2011
Il me semblait que j'avais trouvé la bande-annonce amusante, mais en regardant le film je ne vois pas pourquoi.
5/20

La Vie en plus (She's having a baby) – John HUGHES - 1988
Un film sans intérêt. Fût un temps où j'aurais beaucoup aimé voir ce film, pour la musique de Stewart Copeland, mais maintenant que c'est fait... bah c'est fait. On avait si peu de choses à dire sur le couple en 1988 ?
5/20

Sexy Dance 4 : Miami Heat – Scott SPEER - 2012
J'ai bien aimé. Ca divertit.
7/20

Thomas N'Gijol Block La Cigale – Spectacle humoristique – 2009
Amusant. Meilleur que le spectacle d'Eboué.
8/20

Un Poison violent – Téléfilm de Katell QUILLEVERE - 2010
Un beau petit film, très maîtrisé.
8/20

Marge d'erreur – Téléfilm de Joël SANTONI - 2013
L'équipe de "Une famille formidable" s'essaie au thriller. C'est pas gai.
5/20

Elle et lui (He said, She said) – Ken KWAPIS - 1991
Comparé au très pauvre « La Vie en plus » avec le même acteur jambon, ici il y a des choses à dire sur le couple. Et ceci grâce à une structure narrative intéressante, qui permet de voir les deux côtés d'un couple, les deux vérités opposées d'une histoire, les deux subjectivités ignorées, les visions différentes d'un même événement, ce qu'il y a derrière tel geste. Un procédé qui devrait être utilisé beaucoup plus souvent en comédie romantique, parce que là c'est mignon sans plus. L"ennui finit par l'emporter.
7/20

Le Discours d'un Roi – Tom HOOPER – 2010
Original. Un peu trop sage et académique, mais plaisant.
7/20

L'Île meurtrière – Téléfilm de Michael STOREY – 201
Un mix de la série « Harper's Island » pour la suite de meurtres mystérieux sur une île isolée, et de « Usual Suspects » pour la narration à rebours, ce qui d'ailleurs nous dévoile tout dès le départ. Risible.
5/20

Dans les cordes – Charles S. DUTTON - 2002
Un bon petit film de boxe avec Meg Ryan, qui fait tout ce qu'elle peut pour ne pas paraître son âge. On est très loin de la jeune et belle romantique des 90's. Pas trop suivi sa carrière depuis un bout de temps, mais la flamme n'y est plus apparemment.
6/20

Elementary – Série américaine de Robert DOHERTY, Saison 1 - 2012
Episodes 8 à 12
Plaisant. On attend juste que la relation évolue, parce que bon, une petite allusion par épisode, c'est maigre. Cela dit, quand la relation aura évolué, on se lassera. Alors peut-être passer à deux allusions par épisode ? Une chacun ? Elle ne peut pas tout faire...
8/20

The Following – Série américaine de Kevin WILLIAMSON, Saison 1 - 2013
Episodes 1 à 6  
Okay donc pour l'instant c'est peu ou prou de la redite de « 24 heures chrono » avec Kevin Bacon en frère jumeau de Sutherland.
8/20

Secret State – Série britannique, Saison 1 - 2012
Les 4 épisodes
Niveau réalisation ça ressemble à « Wallander » et niveau scénar ça ressemble à « Borgen ». C'est donc fort intéressant. Mais malheureusement ça s'essouffle à mi-course, et j'ai à peine suivi le dernier épisode.
7/20

* * *

Les Barbouzes – George LAUTNER – 1964
Ca traine des pieds, c'est pas drôle, c'est plat, c'est raté.
4/20

Mission périlleuse – Louis KING – 1956
Témoin de quoi ? Elle n'a rien pu voir la fille, il faisait noir et il était de dos, et elle est arrivée après les coups de feu. Bon bref. Aucun intérêt.
4/20

*Flic ou Voyou – George LAUTNER - 1979
Le premier film de la série Belmondo-Lautner.  Le flic ripoux il voit la fille de Belmondo, mais bon, c'est normal, il ne se pose pas de question. Bon, enfin c'est du polar très basique.
7/20

*La Carapate – Gérard OURY – 1978
Pierre Richard et Lanoux en cavale pendant mai 68. Rien de marquant, j'ai déjà oublié.
7/20

Pris au piège (Cornered) – Edward DMYTRYK – 1945
Un bon petit film noir, très réussi sur le plan visuel, avec de belles ambiances nocturnes et des jeux de lumières, des cadres travaillés. Mais un brin tortueux néanmoins niveau scénario, inutilement embrouillé.
8/20

Wings – William WELLMAN – 1927
Vu un peu du début, jusqu'à la mort de Gary Cooper. 2h20 d'avions dans le ciel, bof, je ne me sentais pas le courage.
?/20

Desperate – Anthony MANN - 1947
Un homme ordinaire mêlé à une affaire criminelle, à la Hitchcock. Sauf qu'ici on ne parvient pas à s'identifier à lui, il ne semble pas intéresser Mann. On est loin des caractères psychologiques très affirmés de James Stewart dans leu décennie à venir. Encore des scènes nocturnes réussies, mais dès que le film se fait en plein jour, la qualité du récit et de la réalisation retombe.
8/20

*Des Pas dans le brouillard – Arthur LUBIN - 1955
J'aime beaucoup l'ambiance et le récit, dans la lignée de « Hantise », mais encore plus virulent. Ici le poison est partout : dans l'amour à sens unique de la jeune servante ( très bon rôle de Jean Simmons, amoureuse de son maître Stewart Granger, qui le fait chanter par amour, pour devenir sa maîtresse et la maîtresse de maison ), et dans le subterfuge final et fatal. Personne ne gagne à tromper l'autre. Une très belle Belinda Lee, morte à 25 ans.
10/20

Le Grand Chef – Henri VERNEUIL – 1959
Un enfant kidnappé par Fernandel et Cervi pour acheter une station service. Je n'ai pas compris comment les parents arrivaient dans l'appartement d'en face, soi-disant au courant depuis le début. Une comédie stupide, navrante. C'est sans doute ce que s'est dit Verneuil, à l'aube de faire de vrais bons films.
5/20

La Femme que j'ai le plus aimée – Robert VERNAY - 1942
Sous la forme de sketches, des petites séquences sympathiques, légères, qui forment un ensemble cohérent et agréable à suivre, sur un sujet éternel : les femmes qui nous ont quittés.
9/20

Le Pigeon d'argile – Richard FLEISCHER – 1949
Un excellent petit film noir. Dommage qu'on devine dès le début que le responsable est le fidèle ami Ted. Mais en une heure, tout est dit. De l'action, une trame intelligente, des rebondissements, un soupçon de romance, une scène un nouveau cadre, vraiment très bien.
10/20

Myrna Loy : A Class by Herself – Documentaire
Un beau doc sur la femme de ma vie.
8/20

Mes Funérailles à Berlin – Guy HAMILTON – 1966
Pas trop suivi. Un petit film d'espionnage à la british, mais sans grand intérêt.
6/20
« Je m'appelle Samantha, mais les intimes m'appellent Sam. Et moi Edmund. Les intimes m'appellent Edna »

L'Horloger de Saint-Paul – Bertrand TAVERNIER – 1974
Pas passionnant.
6/20