Elle s'appelait Sarah – Gilles PAQUET-BRENNER – 2010
Très beau film. Aussi dramatique qu'émouvant. La narration en parallèle est habile. A un moment, j'ai cru qu'ils allaient faire se croiser les deux familles, mais heureusement non. Très belle fin : "elle s'appelle comment ?" demande le fils américain de Sarah. "Lucy", répond la petite fille. Oui, la petite girafe que la petite Sarah tient entre ses mains s'appelle Lucy.
Par contre, doublage français exécrable. Le pauvre accent américain des personnages qui sont américains mais s'expriment en français, déplorable.
12/20

L'Ordre et la Morale – Matthieu KASSOVITZ – 2011
Ca partait bien, le plan-séquence sur la narration des faits par un des protagonistes, puis le début des négociations. Et là il y a un gros ventre mou, jusqu'à l'assaut final. Trop de palabres. Ca m'a sorti du film. Je ne sais même pas qui a eu tort ou raison. Ce n'était pas plus simple de libérer les otages et de se rendre, plutôt que d'attendre un assaut meurtrier ?
8/20

Kanaks, l'histoire oubliée – Téléfilm de Stéphane KAPPES – 2012
Après le film brûlot de Kasso, c'est plutôt habile de voir cet épisode de la grotte d'Ouvéa traité en parallèle à l'histoire de Karembeu. Par contre, très vite on finit par s'ennuyer, on se contrefout de plus en plus de cette histoire personnelle qui s'éternise inutilement, alors que les épisodes historiques sont justement trop en sous texte. J'ai lâché prise une demi heure avant la fin, qui peinait à venir.
5/20

La Cage dorée – Ruben ALVES – 2013
Tiens, produit par Danièle Delorme, qui vient de décéder. Mignon sans plus. Jolies Barbara Cabrita et Alice Isaaz
7/20

*La Vie en miettes – Téléfilm de Denis MALEVAL – 2011
D'après Boileau-Narcejac. On retrouve d'ailleurs le cadavre dans la baignoire, la femme souffreteuse. Quelques incohérences ( ex : c'est quoi cette fausse piste avec le médecin ? ), mais sinon ça passe plutôt bien. Audrey Fleurot et Bruno Debrandt jouent très bien.
7/20
LFMH : C'était le notaire qui a tué la femme, parce qu'il était amoureux de Fleurot, et au dernier plan elle parle, peut-être a t-elle simulé durant tout ce temps, mais dans ce cas pourquoi ?

Barquero – Gordon DOUGLAS – 1970
Enfin vu en entier. Enfin, « vu », c'est vite dit, encore une fois, c'est tellement mauvais que je n'ai quasiment pas regardé. Le plus italien des westerns américains, c'est dire si c'est mauvais.
2/20

Condamné à être pendu (Law of the Lawless) – Jack CLAXTON – 1964
Début mauvais, réalisation pitoyable, et j'ai du mal à bien différencier tous les acteurs – tous vieux, puis ça s'améliore sur la deuxième partie, à partir du procès.
6/20

*Collatéral – Michael MANN – 2004
Toujours agréable de revoir ce très bon film. Au-delà du film d'action, nocturne et en temps réel, ce qui fait que je l'apprécie d'autant plus, j'aime beaucoup le discours « d'inadapté » de Cruise, désespéré et lucide, avec des phrases du style : « Des milliards d'étoiles, et sur l'une d'elles des milliards d'individus, ce que nous faisons, qui s'en soucie, qui s'en souviendra ? », son discours philosophique sur le fait qu'on vit tous avec des projets, mais qu'on ne concrétise rien, qu'on remet toujours à plus tard, et qu'on ne réalise jamais pleinement sa vie – et également sur le jazz et l'improvisation : « Tous ces gens font la même chose tous les jours, et ils mourrons comme ils auront vécu, alors que toi tu ne sais pas où tu seras dans dix minutes »
10/10
Quelques erreurs de montage cependant lors des scènes de voiture ( faux raccords entre l'avant et l'arrière au niveau des lumières )

Moonrise Kingdom – Wes ANDERSON – 201
Farfelu, et a priori pas ma came. Mais finalement il y a une petite musique qui finit par prendre.
/20
« On passe sa vie à faire des erreurs. Il faut juste apprendre à ne pas en faire de trop grosses ni de trop dangereuses ».

Un Homme nommé Cheval – Elliot SILVERSTEIN – 1970
C'est moche. La réa, les trois lignes de scénar, le héros, les scènes kitch. Tout est très moche, sauf la jolie Corinna Tsopei, Miss Univers 1964.
4/20

Play Off – Eran RIKLIS – 2011
Amira Casar dans une drôle d'intrigue non dénuée d'intérêt.
8/20

Dans ses yeux (El Secreto de sus Ojos) – Juan José CAMPANELLA – 2010
Un beau film. Parfait dosage de polar et de tendre petit drame romantique intimiste. Plusieurs thèmes abordés, la vie, le temps perdu, le temps passé, les souvenirs, le pardon, la justice, l'écriture, l'amour perdu, l'amour passé, l'avenir à écrire, à construire. Excellent plan-séquence dans le stade de foot. Soledad Villamil, ressemblance avec Camille, un visage de l'amour. Et le héros, ressemblance avec Alan Rickman.
10/20
« N'y pensez plus, sinon vous aurez mille passés, et pas de futur »

James Bond : Skyfall – Sam MENDES – 2012
Une purge. Un scénar écrit par un ado qui n'aurait vu aucun film d'espionnage. Tout est mauvais. Tout est téléphoné. Rien ne fonctionne. On sait bien qu'ils ne donnent pas vraiment dans le crédible avec cette saga, mais à défaut de faire du cinéma intelligent, ou du film de genre renouvelé, ils pourraient au moins essayer de faire du divertissant. Mais non, à aucun moment. Aucun suspens, aucun rythme, aucune tension. Les scènes d'actions sont déjà vues mille fois, le méchant est en carton-pâte, et ça ne fait que blablater des heures pour rien ( ah oui, également le sempiternel discours patriotique ). Inutile. Du spectaculaire avec plein de vide dedans. Et les débauches de technologie n'y feront rien, si ce n'est diminuer l'intérêt pour uns scénario factice. Pourtant jusqu'au générique c'était pas trop mal comme ouverture.
5/20

Red 2 - Dean PARISOT - 2013
Mieux que le Bond de la veille. Divertissant, rythmé, agréable à suivre.
8/20

Le Pacte Holcroft – John FRANKENHEIMER – 1985
J'avais l'impression que ça datait des années 70. Et en effet c'est plutôt mauvais.
6/20

*Pièce montée – Pièce de Pierre PALMADE – 1992
J'avais bien aimé la première fois, je me faisais une joie de la revoir, et le souvenir est déçu. Autant Jacqueline Maillan est rigolote, autant la pièce en elle-même est un peu creuse. Une succession d'anecdotes un peu vaines.
7/20

Jonah Hex – Jimmy HAYWARD – 2010
Megan Fox dans un western, malheureusement je n'ai vu que la fin.
?/20

Tirez la langue mademoiselle – Axelle ROPERT – 2013
Vu la fin. Cédric Kahn semble l'emporter sur Laurent Stocker.
?/20

The Expatriate – Philipp STÖLZL – 2012
Il a veilli Jason Bourne. Cadre européen, agents secrets, le père et sa fille poursuivis par des tueurs. Un mix de Jason Bourne et des Taken et autres thrillers made in Besson. Bon, ça se regarde, ça divertit.
8/20

Möbius – Eric ROCHANT – 2012
Un film d'espionnage confus et brouillon, qui vaut principalement pour la rencontre et les petites scènes intimes entre les deux amants ( sauf les scènes de baise au sommet du ridicule avec ces orgasmes haletants et débiles ). Un peu de tendresse, entre deux âmes égarées, c'est tout ce qu'il y a à sauver dans cette vaine tentative d'intriguer. Et les scènes doublées, au secours.
6/20

La Maison des Ombres (The Awakening) – Nick MURPHY – 2011
Rebecca Hall encore une fois rayonnante. Sinon, c'est toujours un peu le même film au rayon grande demeure anglaise hantée ( « L'Orphelinat », « Les Autres », « Le Tour d'écrou », etc ), mais très belle réalisation, et de belles choses sur la solitude, la peur, l'enfance, par le biais de la parabole du fantôme, qui symbolise les souvenirs effacés, le passé douloureux, le traumatisme enfoui. Par contre, le titre original en dit trop. Et je ne suis pas fan des films où ce qui nous est montré est irréel, or ici ce n'était pas le cas, elle n'était ni morte ni folle ni dans le coma, juste dans le réel et en proie aux fantômes de son passé.
10/20
« Je ne crois pas qu'il y ait meilleur endroit au monde pour comprendre ce qu'est la solitude »
« C'est quand on garde les yeux fermés que l'obscurité est la plus totale »

Meurtre à La Rochelle – Téléfilm de Etienne DHAENE – 2015
Une ineptie de plus dans cette belle série qui délivre des navets avec une belle régularité.
« Elle a très bien pu avoir prémédité son crime ». Ben tiens.
5/20

La Diablesse en collant rose (Heller in pink Tights) – George CUKOR – 1960
Une petite comédie western sans grand intérêt.
6/20

Le Tueur s'est évadé – Budd BOETTICHER – 1956
Cotten est très mauvais dans ce film. Le tueur, lui, joue plutôt bien. Mais toutes ces histoires avec sa femme, qui ne comprend rien, c'est vraiment très vieillot. Boetticher était vraiment fait pour le western, plus que pour le polar. D'autant qu'il ne s'y passe pour ainsi dire rien.
6/20

Le Cran d'arrêt (The Turning Point) – William DIETERLE – 1952
On est très loin du chef d'oeuvre « Le Portrait de Jennie ». On est dans le petit polar de seconde zone dont on ne gardera aucun souvenir. Et qui n'est pas sans rappeler celui de la veille d'ailleurs ( la femme qui cherche à sauver son mari flic, sauf que là il meurt )
6/20

*Casino Royale – Martin CAMPBELL – 2006
Le meilleur des Bond récents. Bonne histoire simple, pas de technologie et de combats à outrance, belle petite partie de poker, beaux paysages italiens, et sublime Eva Green ( ainsi que Caterina Murino dans un petit rôle ). Comparé aux déchets suivants, le film gagne 2 points au revisionnage. Encore un peu et on avait un vrai bon film. Pourtant ce n'était pas compliqué de faire durer l'histoire d'amour plus de dix minutes et même de la faire traverser deux films ( puisque la série avec Craig est divisée en épisodes qui se suivent ) pour lui donner de la force. C'est pas comme s'ils avaient du mal à monter le financement de la suite. Là, c'est mignon et triste, mais ça fait très dans la norme : à chaque fois qu'il laisse tout tomber pour une fille, elle meurt dans l'heure.
10/20

Une Certaine rencontre (Love with the proper stranger) – Robert MULLIGAN – 1963
Une petite comédie romantique délicieusement désuète, naïve et tendre. Natalie Wood rayonnante.
Dernier plan : on voit la caméra qui s'approche sur le plan de l'autre caméra qui s'éloigne.
8/20

Pas si grave – Bernard RAPP – 2003
Non, pas si grave, et surtout sans aucun intérêt. La scène du concert et l'ovation tardive après un bête morceau de salsa est à pleurer de ridicule.
Une jolie brune, Leonor Varela
4/20

L'Aigle de la Neuvième Légion – Kevin MACDONALD – 2011
Un péplum post-Ridley Scott, de bonne tenue. Beau cadre écossais.
8/20

Hitchcock/Truffaut – Documentaire de Kent JONES & Serge TOUBIANA – 2015
Dommage que sur le dernier tiers le documentaire oublie littéralement son sujet pour ne plus évoquer que des séquences de films d'Alfred commentées par des cinéastes. Louable en soi, le film est bien moins intéressant que le livre-interview en question.
8/20

La Loi du Tueur – Peter HOWITT – 2014
Okay, donc Samuel Jackson est le meurtrier vengeur. Quel est le suspens de ce film dont on devine tout dès le début, alors que le héros ne pige rien ? Du petit thriller téléphoné digne des 90's.
6/20

Le Rock du Bagne (Jailhouse Rock) – Richard THORPE – 1957
Mm. Plus qu'anecdotique, mais au moins je l'aurais vu.
5/20

A cause d'un assassinat – Alan J. PAKULA – 1974
Ce qui aurait pu être un bon thriller politique paranoïaque, mais au final c'est plutôt moyen. La scène du milieu avec la diffusion d'images, on est loin d'« Orange Mécanique », c'est kitsch et raté. Quand il infiltre l'agence secrète, on sent bien qu'il se débat vainement et va se faire prendre à son propre piège. De plus, il y a un vrai manque de rythme, de tensions. Pour la dénonciation d'un sous-pouvoir des Etats-Unis, il faudra repasser.
7/20

#Chef – Jon FAVREAU – 2014
Tiens, un petit film intimiste et authentique, un feelgood inattendu de Favreau, le réalisateur des blockbusters « Iron Man » et « Cowboys et Envahisseurs » – qui l'a écrit et interprète le rôle principal. Très sympathique, un agréable petit moment. Petit rôle sexy de Scarlett ( il se fait plaisir le Favreau quoi ), encore plus belle avec l'âge.
10/20

*La Prophétie des Ombres – Mark PELLINGTON – 2002
J'avais apparemment fort apprécié la deuxième fois et remonté la note à 10. Elle redescend à 8. Un petit film bien construit, intriguant, avec une atmosphère propre, mais plus le dénouement approche, moins on s'intéresse à ces mystères paranormaux assez faciles en terme d'écriture. En gros ça fait plouf.
8/20

Monsieur Papa – Kad MERAD – 2010
Mm, mignon.
7/20

Crimes à Aigues-Mortes – Téléfilm de Claude-Michel ROME – 2015
Tiens, un deuxième téléfilm de la série avec la belle Romane Portail en un mois. Vivement le prochain navet de la série avec elle.
4/20
Sinon il y avait des scènes à des endroits fréquentés à Pâques, dont le bar sur la plage du Grau du Roi, c'était rigolo

*Jacquou le Croquant – Laurent BOUTONNAT – 2006
Réalisation ampoulée, trop emphatique, trop d'effets stylistiques, de mouvements de caméras et de zooms superflus, de musique stabilo, de comédiens qui en font des tonnes, en cris, en pleurs sous la pluie, etc. Du coup le film passe à la trappe, et dure une bonne heure de trop. On la voit trop peu Judith Davis.
7/20

Tonnerre Apache – Thunder of Drums – Joseph M. NEWMAN – 1961
Si le seul suspens de ce petit western réside dans le fait de savoir quelle tribu d'indiens massacre les soldats autour du fort, le titre français nous le délivre d'entrée, et il me semble que c'est loin d'être passionnant. La relation entre le commandant du fort et le jeune lieutenant est plus intéressante, ainsi que celle entre le jeune lieutenant et son ancien amour. Mais le tout est un peu trop sommaire.
7/20

*Quantum of Solace – Marc FOSTER – 2008
Préféré à la première vision, mais bon, rien de génial. Un scénario en carton, des changements de lieux, des bagarres, de jolies femmes ( Olga Kurylenko, un rôle d'une minute pour Stana Katic ), des méchants, et au final rien, pas même la vengeance attendue, ou si elle y est le scénar est tellement mal fichu que je ne l'ai pas vue. De la grosse esbroufe à grand prix pour du vent. Et puis cette fin toute moisie.
7/20

La Maison de la Radio – Documentaire de Nicolas PHILIBERT – 2012
Un univers que j'adore. Ado, j'avais écrit une rédaction dans laquelle je travaillais dans cet établissement. J'adorerais tenir une émission de radio, j'en rêve depuis des années. Un chouette petit documentaire.
8/20

La Forteresse noire – Michael MANN – 1983
Ah ouais quand même. Bien bien pourri comme il faut ce film. Rien suivi.
2/20
« Vous croyez en Dieu, moi je crois en l'Homme »

La Dernière Légion – Doug LEFLER – 2007
Aishwarya Rai, mm, pas folichon, à un moment j'ai cru que c'était la suite de « Love Actually »
7/20

Comme un homme – Safy NEBBOU – 2012
Adaptation de Boileau-Narcejac avec les Berling père et fils. Pas trop mal.
7/20

Cassandre : le saut de l'ange – Téléfilm de Eric DURET – 2015
Ouah, il y a des filtres de bords flous pour les flash-backs, trop fort. Sinon, c'est de l'intrigue hypra basique, c'est pas terrible. On ne profite même pas de la beauté du cadre, le lac d'Annecy.
5/20

Toc Toc – Pièce de Laurent BAFFIE – 2008
Une petite pièce très drôle. Un bon moment. La petite Zoë Nonn est très amusante.
8/20

Braquage à l'américaine (American Heist) – Sarik ANDREASYAN – 2015
Ca va très loin niveau scénar. Au moins aussi loin que la plus sombre des merdes torchée par une équipe de nazes essayant de faire le même film que des dizaines d'autres daubes, inutile, médiocre, violente. Jolie brunette, Jordana Brewster.
5/20

*La Neuvième Porte – Roman POLANSKI – 1999
Mais quel générique pourri. Bon, sinon, comme la première fois, un bon film qui prend le temps de construire son petit chemin, pas initiatique, mais de découvertes et de rebondissements. Un scénario qui me séduit, sur le sujet, le traitement, et la forme, sans qu'on ait besoin de suspens effréné ou de poursuites, bagarres et autres explosions. Mais malheureusement on tombe parfois dans le kitsch le plus ridicule, avec les apparitions ( c'est le cas de le dire ) d'Emmanuelle Seigner en sorcière volant ( au sens propre comme au figuré ) au secours du héros. Et surtout dans les cinq dernières minutes, avec la scène de baise devant le château en flammes, et la dernière image où le héros s'approche de la neuvième porte ouverte – qui plombent totalement le tout. Sans cela on pouvait côtoyer les 10.
8/20

La Folle mission du docteur Schaefer - Theodore J. FLICKER - 1967
Mouais, bof.
5/20

*Alexandre le Bienheureux – Yves ROBERT – 1968
Mignon, comme le petit chien ou Marlène Jobert. Comme une petite fable d'époque, à la Marcel Aymé.
8/20

Tueur d'élite – Sam PECKINPAH – 1975
J'ai eu la nette impression que c'était totalement nul, et mal filmé, mal monté.
5/20

French Cancan – Jean RENOIR – 1955
Bon ça va, il y a une petite histoire, mignonnette d'ailleurs. S'il n'y avait eu que des scènes de cabaret, de danse, de chant et de french cancan, j'aurais fui à toutes jambes.
6/20
( On y voit Rosy Varte et Hubert Deschamps jeunes )

Castle – Série américaine, Saison 5 - 2012
Episodes 21 22
22 – Comme ils sont ensemble et que le couple ronronne, un épisode revival pour revoir tous les moments où ils se séduisaient, tous les moments un peu glamour et ambigus entre les deux tourtereaux.
7/20