jane_russell_3ac3d935

Elle était la brune pulpeuse qui accompagnait Marilyn Monroe dans « Les hommes préfèrent les blondes », d’Howard Hawks. Jane Russell est décédée lundi à 89 ans dans sa villa de Santa Maria, près de Santa Barbara (Californie). D’après une amie de l’actrice, elle se serait éteinte paisiblement, entourée de ses proches, des suites d’une insuffisance respiratoire. La légende veut que le producteur Howard Hugues ait remarqué cette jeune réceptionniste en se rendant chez le dentiste. Impressionné par le physique de la jeune femme, il l’aurait immédiatement embauchée et fait tourner dans « Le Banni », qu’il réalisa lui-même en 1943. Jane Russell devient dès sa première apparition à l’écran un véritable sex-symbol, au même titre que sa comparse Marilyn Monroe, dont elle était l’amie. Les propositions de rôles affluent et la belle accepte d’incarner Calamity Jane dans « Visage pâle », de Norman Z. McLeod.

Mariée une première fois à l’ancien footballeur américain Bob Waterfield, elle adopte trois enfants. Jane Russell décide alors de s’engager auprès des plus jeunes et fonde le World Adoption International Fund (Waif), chargé de trouver des familles adoptives à des orphelins. Sa carrière se poursuit avec brio et la star collectionne les partenaires prestigieux de Robert Mitchum à Clark Gable, Bob Hope, Roy Rodgers en passant par Groucho Marx et Frank Sinatra. Après un rôle dans « La Loi du Talion », de Robert Clouse, en 1970, elle décide cependant de mettre un terme à son parcours cinématographique à 49 ans pour se consacrer à sa famille et à son association, Waif. La famille de l’actrice a d’ailleurs fait savoir aux personnes souhaitant rendre hommage à l’actrice qu’elles peuvent le faire en envoyant des dons aux associations d’aide à l’enfance.