Shine – Scott HICKS – 1996
Un film dont la BO m'accompagne depuis des années, mais que je n'avais jamais vu. D'ailleurs, comme je le pressentais, c'est pas follement passionnant et je suis resté bien imperméable. Je me suis même bien fait chier comme il faut. Le héros fragile, caché derrière ses lunettes cassées et scotchées, habillé comme un plouc, c'est pas possible. On rajoute un père autoritaire et brutal et le tableau est complet.  Un récital de clichés de l'acteur qui joue la folie, mm... rien de neuf. En fait de folie, c'est de l'autisme, un refuge en enfance, sans souffrance apparente, en réaction j'imagine aux souffrances endurées dans sa jeunesse avec son père. Par contre il joue très bien du piano le Rush, après le Chabrol ça fait plaisir à voir. Bref, pas trouvé ça terrible. J'en resterai à la BO.
6/20

*Il était une fois dans l'Ouest – Sergio LEONE – 1968
J'apprécie davantage ce film à présent, je ne l'aimais pas trop auparavant. Je ne comprenais pas bien tous les méandres du scénario, qui sans être complexe est un peu inutilement confus néanmoins. Trop de personnages pour un même usage dans l'histoire. A la place, avec la si jolie bouille de Claudia Cardinale, lui donner plus de place et une vraie histoire d'amour n'eût pas été de trop. Là, c'est ébauché et aussitôt abandonné dans les cinq dernières minutes, c'est idiot. Mais sur le plan formel, très peu de choses à redire : une réussite.
12/20

*Le Maître de Jeu – Gary FLEDER – 2003
Une double escroquerie : dans le film et le film. Rien de plausible, et surtout très attendu en fin de compte. Mais il y a Rachel Weisz ( et Hackman toujours aussi bon en salaud ), donc ça se revoit sans déplaisir.
7/20

Le Pacte du Sang – Renny HARLIN – 2006
Une pâle resucée de « Twilight » chez les sorciers de Salem, pour les adolescents en mal de téléfilms basiques. Ca m'a toujours fait marrer les super héros et compagnie : ils sont tellement forts qu'ils sont obligés de s'entretuer à grand renfort de planches de bois et de couvercles de poubelles qui se trouvent sous leurs mains. L'est mignonnette Laura Ramsey.
6/20

Les Grandes ondes (à l'ouest) - Lionel BAIER – 2013
Vuillermoz et Donzelli au Portugal pendant la Révolution des Oeillets. J'ai été agréablement surpris, c'est décalé, amusant, bien écrit, et Vuillermoz est comme d'habitude excellent.
8/20

Une passion 3 étoiles - Téléfilm de Ron OLIVER - 2014
Une petite com rom sucrée de dimanche après-midi pluvieux.
6/20

Documentaires sur le christianisme :
- Le Visage de Jésus : Mouais, le lot habituel sur le Suaire et compagnie.
- Le Mystère de Jésus : Intéressant l'idée que l'éventuel Jésus aurait été plongé dans un coma artificiel, ce qui me paraît bien plus plausible que la fable bi-millénaire.
- L'Evangile de la femme de Jésus : j'aime bien l'axe adopté dans ce docu, on ne prend pas pour vérité ce qui est la base du christianisme, les évangiles synoptiques, on remet en question en reprenant la base et en essayant de comprendre le pourquoi des choses, sur les textes, le rôle de la femme, de la famille, etc.
Des documentaires certes réalisés pompeusement, c'est très souvent le cas dans ce genre, je ne sais pas pourquoi, tous ces effets de musique et de lumière façon block-buster, cette narration théâtrale bidon, ces répétitions pour débiles, tout ce bric-à-brac post « Da Vinci Code », mais avec des éléments intéressants.
8/20