Au-delà des lois – John SCHLESINGER - 1995
Un petit film mineur à l'intrigue vue et revue. Surprenant que cela soit aussi peu surprenant, surtout de la part de Schlesinger.
7/20

La Défense Lincoln – Brad FURMAN – 2011
Très convenu et téléphoné.
7/20

Le Flingueur – Simon WEST - 2011
Comme son titre l'indique, c'est un film de bonhomme. C'est musclé, sévèrement burné, ça dézingue à tout va. Et moi je suis une grosse pucelle. Pas ma came, mais pour ceux qui se régalent de voir un mec se prendre les chargeurs de deux mitraillettes à bout portant, c'est ultra efficace.
6/20

*Double enquête – Téléfilm de Pierre BOUTRON – 2010
Déjà vu tout ça, et tellement passionnant que je ne m'en souvenais même pas, pas plus que je ne l'avais annoté ici.
6/20

La Somme de toutes les peurs – Phil Alden ROBINSON - 2002
Un mix de Docteur Folamour et Armageddon. Mais la présence de Ben Affleck, la sauce américaine à gros bras et les effets spéciaux renforcent le côté Armageddon et minimisent le côté Docteur Folamour. Ce n'est pourtant pas totalement inintéressant.
8/20
« Qu'y a t-il d'écrit sur son t-shirt ? - Je fabrique des bombes à l'arsenal : si vous me voyez courir, faites la même chose »

Tellement proches – Olivier NAKACHE & Eric TOLEDANO - 2009
J'ai essayé de le voir à plusieurs reprises, mais c'est pas drôle. C'est même plutôt saoulant. Je ne retiens que la baby-sitter, la mignonne Lizzie Brocheré.
6/20

Two for Money – D.J. CARUSO – 2005
Pacino dans un film typique de maître et élève, avec tous les clichés du genre. Bon allez, ça distrait sur le moment.
6/20

Jade – William FRIEDKIN – 1995
Pas bien suivi. Mais je crois qu'au final ce n'était pas si mal.
7/20

Les Deux Mondes – Daniel COHEN – 2007
Un film idiot. Pas envie d'épiloguer. Et encore un rôle pas drôle pour Poelvoorde.
5/20

Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu – Woody ALLEN - 2010
Une sorte de petit conte pour un petit Allen. J'aime bien l'histoire de l'écrivain avec Freida Pinto, la jolie voisine en rouge.
8/20

*Traffic – Steven SODERBERGH - 2000
On navigue d'un plan narratif à un autre ( géopolitique, policier, juridique, social, familial, personnel, etc ), mais du coup on s'y perd un peu, on ne gagne pas en lisibilité et en prise avec le récit, c'est long et un peu vain.
7/20

Looking for Eric – Kenneth LOACH – 2009
Une petite comédie loachienne mineure mais mignonnette. D'ailleurs, je dis loachienne, mais ce serait bien un jour de considérer plus largement le travail de Paul Laverty, son scénariste depuis vingt ans. Parce que bon. Faut pas déconner.
8/20

Peggy Sue s'est mariée – Francis COPPOLA – 1986
Tiens, une sorte de « Quartier lointain » sur les campus des sixties. Il manque la poésie et l'inventivité, mais on a envie d'aller jusqu'au bout pour savoir ce qu'il va advenir. Et d'ailleurs il ne se passe rien. Je ne savais pas que Jim Carrey avait débuté dans ce film, ni Helen Hunt. Et je n'ai jamais aimé Kathleen Turner. Donc on oubliera vite ce Coppola mineur ( puisqu'il ne signe Ford Coppola que ses films réussis ), auquel on préfèrera le pourtant secondaire « 17 ans encore ».
6/20

Nos enfants chéris – Benoît COHEN - 2002
Encore un film réussi de ce réalisateur, dont j'avais beaucoup aimé le « Quand on sera grand ». Il faudrait que je songe à regarder ce qu'il a fait depuis...
9/20
« Ils ne sont pas amoureux, ils sont excités de ne pas se connaître »

Une petite zone de turbulences – Alfred LOT - 2010
Pourquoi Michel Blanc n'a t-il pas réalisé ce film lui-même, puisqu'il l'a adapté ? Enfin, ça s'éternise un peu trop sur la même idée, toujours cette vieille obsession de Blanc pour les hypocondriaques, les malades imaginaires. Tout ce tintamarre familial m'épuise un peu à la longue - malgré le joli sourire de Mélanie Doutey, que j'aime moins ici - et quelques bonnes saillies verbales. Un film un peu inutile, comme tant d'autres.
5/20
« Son petit copain, je déteste cette expression : ils ne se sont pas connus à un goûter, ils couchent ensemble »
« Tu peux pas arrêter tes phrases de plouc toutes faites, j'en peux plus moi des « Au jour d'aujourd'hui », « Tu m'étonnes », non mais c'est quoi ta cervelle, une photocopieuse à connerie ? »

Sexy Boys – Frédéric KAZANDJIAN - 2001
Une comédie adolescente qui singe « American Pie » aussi bien dans la lourdeur grasse et vulgaire que dans le côté fleur bleue naïf et tendre. Et comme pour son « modèle » américain, on aimerait qu'il n'y ait que cette seconde orientation scénaristique, mais bon, puisqu'il faut donner dans le pitoyable pour plaire à la masse. Un film clairement ciblé jeunesse débile. L'intérêt principal étant la présence de la magnifique Armelle Deutsch. Et quelques apparitions féminines ( Sarah Marshall, et la très rare Gaëla Le Devehat et son infinie douceur – je crois que je ne connais aucune femme ou aucune actrice qui soit aussi douce qu'elle, du coup je la verrais bien dans un film de Mouret )
6/20

Blue Chips – William FRIEDKIN - 1994
Tiens, un Friedkin complètement creux sur un entraineur de basket, limite comédie de moeurs.
5/20

Cold Case – Saison 6 épisodes 16 à 22 + divers épisodes épars
Euh, sans doute des épisodes sympas, et d'autres moins. Et ces fins assommantes.
7/20

La Revanche des gueux – Gordon DOUGLAS – 1950
Une autre version de Robin des Bois très sympathique.
8/20

Ce n'est qu'un au revoir – John FORD – 1955
Il est très rare que j'apprécie un film dudit John Ford. Surtout lorsque celui-ci tire en longueur et use ma patience, sur un sujet qui me chatouille à peine le lobe droit. Et ce film-ci, malgré la présence de Maureen O'Hara, ne déroge pas à la règle.
5/20

Columbo 36 : Tout n'est qu'illusion – Téléfilm de Harvey HART – 1976
Un bon épisode
7/20

nos_enfants_cheris
Bon, je crois qu'à partir de dans pas longtemps je vais me mettre à regarder davantage de films intéressants que j'ai dans mes archives et qui devraient me changer un peu du tout-venant.