Et, comme de bien entendu, le président Idriss Déby, grand humaniste, annonce qu'il grâciera les français de l'Arche de Zoé dans "un peu moins d'un mois", le temps que l'argent rentre dans ses caisses ( après avoir aidé pour la énième fois au maintien de son régime menacé par des rebelles le 7 Février dernier, on peut bien payer les indemnités aux familles ).
Bien sûr, personne n'aura remarqué la manoeuvre, avec une visite éclair de notre nabotléon la semaine dernière à N'Djamena ( le dire à ce moment-là aurait pu se voir ), et cette déclaration miraculeuse à trois jours du  premier tour des municipales. Ah c'est certain qu'il aurait préféré qu'Ingrid Bétancourt soit libérée avant ces élections, mais même quand on s'arroge le droit de gagner plus ( pas en sympathie ni en pourcentages, mais en salaire ) on ne peut pas tout avoir. Faudra encore travailler un petit peu mon bonhomme.

Nabotl_onSinon, rien à voir, mais JCDecaux et Publicis viennent de remporter l'appel d'offre de la concession publicitaire des gares françaises.
Je rappelle que JCDecaux est un grand ami de notre nabotléon, et que Publicis est dirigé par Maurice Lévy, membre, comme notre nabotléon, du club Le Siècle, réunissant des personnalités influentes de la classe dirigeante française. Par ailleurs, Publicis a redessiné le logo de l’UMP et organisé le grand congrès de refonte du parti en 2004 quand notre nabotléon en a pris la tête ( congrès au budget de 5 millions d’euros, ayant été “critiqué jusque dans les rangs de la majorité” )
JCDecaux et Publicis, qui gèrent déjà l'affichage des métros et des bus parisiens, ont interdit le mois dernier l'affiche du Courrier International titrant "Sarkozy, ce grand malade", d'après un article espagnol. Le bon Lagardère, quant à lui, a juste interdit aux kiosques de sa société Relay, présente sur tout le territoire, d'exposer le haut du journal, où cette mention apparaît.
Comme le déclare la société des journalistes de Courrier International, au moment ou le magazine risque d’être racheté par Lagardère ( avec Le Monde et Télérama ) : "Un tel acte augure mal de l’indépendance rédactionnelle des titres de notre groupe s’il y devenait majoritaire"
Mais bon, ce n'est pas parce que notre nabotléon félicite le nouveau président russe Dmitri Medvedev pour sa "victoire convaincante" ( pourquoi ne convainc t-elle que lui, ça je ne saurais le dire ), qu'il faut supputer qu'il pourrait arriver à notre presse ce qu'il est arrivé à la leur...