Toute première fois – Noémie SAGLIO – 2015
« Comme les autres », mais en moins bien, d'autant qu'il y était question de paternité. Là on est plus que dubitatif ( et comme disait Desproges ça ne veut pas dire éjaculateur précoce ). On ne croit pas en l'histoire d'amour, au revirement brutal de sa sexualité, au contact d'une belle suédoise pleine de vie, certes, mais bon, c'est quelque peu sommaire comme scénario.
6/20

Le Dernier rivage – Stanley KRAMER – 1959
On ne s'aventure guère loin dans cette histoire de fin du monde baignée de guerre froide atomique.
8/20

La Loi du Seigneur (Friendly Persuasion) - William WYLER – 1956
Du cinéma pour enfants. Normal, un film qui parle de religion et de guerre, ça ne peut être que pour les tous petits.
6/20

Bowling – Marie-Castille MENTION-SCHAAR – 2012
Deuxième film avec la charmante Laurence Arné en une semaine. Pour le reste, pas grand chose à noter, si ce n'est que c'est pas terrible.
6/20

L'Aigle s'est envolé – John STURGES – 1976
Un petit film de guerre, la tentative de kidnapping de Chruchill dans un petit village anglais. L'histoire de Sutherland avec la petite Molly est mignonne.
6/20

La Captive aux yeux clairs (The Big Sky) – Howard HAWKS – 1952
Le western préféré d'un ami grand amateur du genre. Alors oui, l'histoire se tient, c'est agréable, on voyage, mais rien qui ne donne un grand film selon moi. D'autant qu'il y a western et western : ici je trouve qu'il s'agit davantage d'un film d'aventures.
8/20

Les Tribulations d'une caissière – Pierre RAMBALDI – 2011
Belle petite surprise que ce petit conte social traité joliment, et servi par le charme de Déborah François.
9/20

Les Papas du dimanche – Louis BECKER – 2012
Un petit film avec Thierry Neuvic, que j'aime bien. Un téléfilm eût suffit amplement pour cet hommage du réalisateur à ses enfants.
6/20

Ville sans loi – Howard HAWKS – 1935
Un petit western citadin
6/20

Carnage – Roman POLANSKI – 2011
La réalisation est bien faite, comme dans « La Corde », sur la gestion de la nuit qui tombe. Pour le reste, une adaptation de pièce assez banale.
Belle petite musique de fin de Desplat, avec un ami au basson
5/20

Meurtre à Carcassonne – Téléfilm de Julien DESPAUX – 201
Mince, je l'avais loupé celui-là, du coup j'étais déçu de ne pas avoir vu la totalité des daubes qu'ils nous ont faites dans cette série ridicule. Encore une héroïne torturée par ses souvenirs : sa fille morte, son mari flic qui revient, et évidemment elle a perdu sa meilleure amie, qu'on retrouve morte vingt ans après, bref, elle est impliquée, c'est toujours pareil, et tous les éléments sont délivrés au compte-goutte, sauf que ça n'a aucun intérêt, c'est du réchauffé de trames familiales alambiquées stupides. Sauf qu'en prime on a le droit aux Templiers et leur trésor, des intrigues ésotériques à deux balles, avec jeu de piste archéologique, on croirait une mauvaise BD, ou du « Da Vinci Code ». On a même droit à la fausse piste habituelle finale où on nous fait passer l'héroïne pour la meurtrière. Bref, aussitôt vu aussitôt oublié.
2/20

Las Vegas 21 – Robert LUKETIC – 2008
Un chouette petit film d'arnaque, un peu à la « Ocean's Eleven ». Bon, la fin est très prévisible, mais c'est un bon divertissement. Ravissante Kate Bosworth, que j'aimerais bien voir dans une vraie com rom de qualité. 21 parce qu'il a 21 ans, que le chiffre de la suite de Fibronacci est 21 et que le Black Jack gagne à 21.
9/20

Une Vierge sur canapé – Richard QUINE – 1964
Une vieille romance idiote et puérile. Doublage horrible, surtout pour Natalie Wood, dont le charme résiste néanmoins assez bien à cet outrage. Le final, avec les poursuites en voiture, est d'un lourdingue typique des 60's, des plus pénible. Bref, on a vu tout ce beau monde ( Quine, Wood, Curtis, Fonda, Bacall, Ferrer) dans beaucoup mieux.
5/20

Meurtres à l'île d'Yeu – Téléfilm de François GUERIN – 2014
Même constat. Mêmes ficelles, mêmes schémas. Et en plus, à part Yerles, ils jouent tous atrocement mal. Un régal.
4/20

Garnier et Sentou – Spectacle de Cyril GARNIER et Guillaume SENTOU – 2014
Le sketch des cordes vocales est très bien.
6/20

*Colères – Spectacle de François ROLLIN – 1996
Un spectacle finement ciselé, drôle et intelligent, comme toujours.
10/20

Enemy Mine – Wolfgang PETERSEN – 1985
J'étais fan de Dennis Quaid étant jeune, et pourtant je n'ai jamais vu ce film, je l'avais même totalement oublié. Le début fait un peu penser à « Duel dans le Pacifique ». Au final un petit film de SF kitsch, au charme naïf et désuet, qu'il vaut mieux voir adolescent, mais sur le fond pas mal du tout - comme dans le Boorman, le message est : l'autre n'est pas un ennemi. Une jolie petite histoire universellement... pacifique.
8/20

Police montée (The Renegade Ranger) – David HOWARD – 1938
Un western avec Rita Hayworth jeune. Super intrigue, super réalisation. Non je plaisante. C'est très très mauvais, rien ne fonctionne, à aucun moment. Et encore ce vieux doublage d'une autre époque : il pose une question comme une affirmation, il y a un personnage qui s'appelle Juan, pas Rouane, Juan. J'te jure...
3/20

La Neige tombait sur les cèdres – Scott HICKS – 1999
Belle réalisation, belle photographie, belle lumière, pour les scènes en extérieur, mais le souci esthétique prend le pas sur le reste, le film et son sujet. C'est trop mielleux et mélo, ça joue trop sur les bons sentiments, même si ça n'est pas désagréable à suivre. Le rythme lent ne me dérange pas, non ce qui m'ennuie c'est qu'on se désintéresse un peu de toute cette histoire assez vite.
6/20

Blue Crush – John ROCKWELL – 2002
Kate Bosworth championne de surf
7/20

Dirty Love – John ASHER – 2005
Elle possède sans doute beaucoup d'auto-dérision, mais si c'est pour écrire une telle daube, elle peut s'en passer. Nul à tous les étages.
1/20

Mister Flow – Robert SIODMAK – 1936
Mm, guère suivi, guère passionnant.
?/20

Témoin à charge – Billy WILDER – 1957
Un film de procès réussi, sur un scénario adapté d'Agatha Christie qui tient la route.
8/20

Primrose Path – Gregory La CAVA – 1940
Un beau petit film tout simple, rempli de belles petites choses.
8/20
« Une minuscule qualité ne compense pas tous les autres défauts »

Pris au piège (The Lady Eve) – Preston STURGES – 1941
Mouais, bof, une petite comédie un brin loufoque, avec un Henry Fonda chahuté par sa naïveté et les bons soins de la perverse Barbara Stanwyck, que je n'aime toujours pas.
5/20

Drôle de mariage – Garson KANIN – 1941
Lombard Laughton simplet et le troisième idylle, mouais, bof bof
5/20

A Smile like yours – Keith SAMPLES – 1997
Ma foi c'est bien pourri comme il faut. Il y a juste la petite tentative de débauche par la belle brune ( Jill Hennessy ) qui est intéressante, mais ça ne va pas très loin, le gars ne succombe même pas à ses charmes.
5/20

Le Café du Cadran – Jean GEHRET et Henri DECOIN – 1947
Seul le coup de folie final, et abrupt, de Blier, gâche l'ensemble, non pour le geste, mais parce qu'il intervient de manière trop irraisonnée et soudaine, à contre-courant vis-à-vis de son comportement jusque là. Dommage donc, mais ça reste vraiment un petit film très appréciable.
9/20

Les Copains du dimanche – Henri AISNER – 1956
Le premier film de Belmondo, anecdotique.
6/20

Columbo 29 : Eaux troubles – Téléfilm de Ben GAZZARA – 1975
Episode très sympa, intrigue, enquête et acteurs très bons, et réalisation de Gazzara cassavetesque également
9/20

Columbo 30 : Playback – Téléfilm de Bernard L. KOWALSKI – 1975
Rowlands et le héros de « Blow Up »
8/20

Columbo 31 : Etat d'esprit – Téléfilm de Harvey HART – 1975
Tiens, pour une fois ce n'est pas un meurtre prémédité, plutôt un accident. Bah alors, je croyais que sous hypnose on ne pouvait pas faire ce qu'on ne veut pas faire : ici se suicider. « J'ai un témoin oculaire : ce témoin c'est vous », trop fort.
8/20

Columbo 32 : La Femme oubliée – Téléfilm de Harvey HART – 1975
Leigh : encore un épisode où Columbo n'arrête pas la meurtrière
Faux Raccords : Le plateau est déjà posé sur sa table de nuit avant que le domestique le lui apporte
8/20

Boule et Bill – Alexandre CHARLOT & Franck MAGNIER – 201
De la grosse daube, ni fait ni à faire... on le sait très bien avant même de regarder cela dit... à bien y réfléchir, je pense qu'ils auraient pu s'y mettre à trois ou quatre pour réaliser un tel chef d'oeuvre.
1/20

Camille Claudel, 1915 – Bruno DUMONT – 2012
Tenu cinq minutes. Les films d'auteur, ce n'est décidément plus de mon âge... malgré Juliette...
?/20

Treize femmes (Thirteen Women) – ARCHAINBAUD – 1932
Ah la la, Myrna Loy... la femme de ma vie... qu'elle était belle... Un film original pour l'époque, non dénué de qualités.
8/20

Columbo 23 : Au-delà de la folie – Téléfilm de Alf KJELLIN – 1974
Dommage que l'alibi soit un improbable manège technologique, avec le robot du film « Planète interdite ». Amusant : le petit surdoué s'appelle Stephen Spielberg.
6/20

Bal de nuit – Court-métrage de Clémence MADELEINE-PERDRILLAT – 2013
Joli petit court romantique entre une prostituée et un garde du corps dans un hôtel. Une ambiance qui aurait pu rappeler « Pierre qui roule » de Vernoux, mais vraiment trop court. Une esquisse. Dommage.
8/20

Noix de Coco – Jean BOYER – 1939
Absolument rien suivi, et ce que j'en ai entendu ne me donne pas envie de réitérer.
?/20

Columbo 33 : Immunité diplomatique – Téléfilm de Ted POST – 197
Bof, épisode pas très intéressant
5/20

Pauline détective – Marc FITOUSSI – 2012
Une petite comédie policière très sympa, qui remplace avantageusement les dernières tentatives ratées de Thomas avec Frot. Kiberlain est à l'avenant : pétillante. C'est juste dommage que l'enquête s'avère être aussi navrante, et finisse en haut de boudin.
8/20

Dépression et des potes – Arnaud LEMORT – 2011
Une petite comédie gentillette, à base de bande de potes. Rien de nouveau, ça ronflotte même sévèrement le déjà vu, ou le débilisant. Beaucoup de musiques pour tenter de guider les émotions, comme dans les films d'Esposito, ça a le don de m'agacer moultement.
Troisième film avec Laurence Arné en un mois. Toujours le même problème avec son regard, sauf que là ça colle parfaitement puisqu'elle joue une aveugle.
6/20

Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Pension Vanilos – Téléfilm d'Eric WORETH – 2014
Très belles prestations d'Elodie Frenck dans deux rôles diamétralement opposés. Un peu de mal à me passionner pour l'intrigue cependant. Mais sympathique au demeurant. Courte apparition de Nancy Tate.
8/20

Les Ambitieux (The Carpetbaggers) – Edvard DMYTRYK – 1964
Un film qui retrace un destin inspiré de Howard Hughes, comme « Aviator » de Scorsese. Plaisant.
8/20

Hellfest 2015 – Documentaire de Thierry VILLENEUVE – 2015
J'ai beau être un fan de métal, je ne me retrouve dans aucun des groupes présentés, tous plus basiques les uns que les autres. J'ai l'impression que le visuel et le côté marginal prennent le pas sur la musique. Par contre ça regorge de jolies filles. Le documentaire en lui-même est très bien fait.
6/20

Wacken Open Air 2015 A Tribute to Judas Priest – Documentaire de – 2015
Pareil, pas trop ma came le heavy metal des débuts. Jamais été fan. Etrange de voir Dream Theater là-dedans, avec une musique à cent lieues de tout cela. Et puis, il faut bien le reconnaître, à part le petit jeune qu'ils ont enrôlé, ont voit surtout un groupe de vieux papys du rock qui se font grave chier à jouer indéfiniment leurs vieux titres. Aucune énergie, aucun plaisir
6/20

Effets secondaires – Steven SODERBERGH – 2012
Un bon petit polar psychologique, habilement réalisé. On se dit que ça va être un film contre les lobbys pharmaceutiques, à la « Erin Brokovich », puis ça tourne thriller de machination. Mais rien de très palpitant non plus. Tout ceci ronronne de ficelles déjà bien éculées. Rooney Mara est encore très bien ( ici elle m'a fait penser à Camille ).
8/20
« La meilleure manière de prédire les actes de quelqu'un, c'est de connaître ses actes passés » un truc du genre

Blindness – Fernando MEIRELLES – 2007
Plutôt une parabole sur notre époque, une fable morale, qu'un vrai film fantastique. Un film très intelligent, au discours intéressant : individualisme, sociétés inégalitaires, guerres de clans pour le pouvoir, prostitution, hyperconsommation. Comme Julianne Moore, la seule voyante parmi tous ces aveugles, vaut-il mieux voir ou ne pas voir le chaos de ce monde absurde ? Réalisation très réussie. C'est d'ailleurs le genre de film que j'aurais aimé réaliser.
10/20
« Je connais ce qui est en toi et qui n'a pas de nom. C'est cela que nous sommes non ? »
« Dans les prochains jours ils allaient voir de nouveau, mais cette fois ils verraient vraiment »

Alibi meurtrier – HOPPER – 1954
Je ne sais plus
?/20

Girls – Série de ??? - Saison 1 – 201
Episodes 1 2 3 4
Ecrit par l'actrice principale. Intéressant, mais il ne faudrait pas que ça tourne trop en rond, ni trop sur elle seule, ou la lassitude pourrait me gagner très vite.
Une jolie brune, Allison Williams
7/20

Beauty and the Beast – Série de Jennifer LEVIN & Sherri COOPER – Saison 1 – 2012
Episodes 1 2 3 4 5
Encore une histoire d'amour – avec poses souffreteuses et dialogues d'une tonne – qui va mettre trois saisons à venir. Ce sera sans moi, parce que l'intérêt de cette série s'émousse aussitôt commencée. Top craquante la petite Kristin Kreuk.
6/20

Top of the Lake – Série de Jane CAMPION & Gerard LEE – 201
Episode 1
Pas réussi à aller plus loin que le premier quart d'heure du premier épisode.
?/20

Kitchen Confidential – Série de David HEMINGSON – Saison 1 – 2005
Episodes 1 2 3 4 5 6
C'est amusant, sans plus, agréable à regarder avant de passer à une série plus ambitieuse. Belle brune, Jaime King, déjà croisée une fois il y a longtemps.
7/20

Clem – Série de Joyce BUNUEL – Saison 3 – 2013
Episode 3
Enfin réussi à aller au terme de ce troisième épisode. Bon bah je regarderai ptet la suite un jour, mais c'est vraiment très très niais et très bête, du familial TF1 à degré zéro d'intérêt.
4/20

Hôtel de la plage – Saison 2 – 2015
Episodes 1 2 3 4
J'aimais bien la petite histoire entre Zaccaï et Lemonnier, alors je continue, tout en ayant parfaitement conscience de l'inutilité totale de cette série estivale. Mais comme je ne pars jamais en vacances, j'en ai profité pour admirer tout ce que je ne loupe pas.
6/20