Celebration Day – Concert de LED ZEPPELIN – 2007
M'énerve la posture star hautaine de ce bouffeur de chewing-gum bouffi de Jimmy Page, qui en plus en profite pour massacrer un peu tous ses solos. Plus rien à prouver le génie du passé, du coup il n'a jamais gagné en précision dans son jeu en quarante ans et c'est assez pénible... Bon par contre c'est pas les papys du rock, là ça joue, et je suis sûr que si John Bonham était là il aurait encore plus de patate que son fils, qui fait des breaks un peu zarbs en accélération. Celui qui assure le plus, c'est le discret John Paul Jones, précis, impeccable. Bon, et puis ils composaient quand même de très bons titres. Du grand bon groupe de rock. Dommage qu'ils n'aient pas rejoué plus tôt, au début des années 90, quand je les découvrais, ça m'aurait plu davantage. Là j'ai juste vu un petit concert qui n'a rien de la magie du Madison 1973, mais qui essaie vainement d'en être la copie.
8/20

Holy Motors – Leos CARAX – 2012
Le voici donc le fameux road-movie que Carax voulait réaliser aux USA. L'idée a donc bien changé, suite à l'expérience "Tokyo". Du Carax Fellinesque. Des petites saynètes loufoques et foutraques, mettant en valeur toutes les qualités de Lavant. La scène au Père-Lachaise puis avec Eva Mendes est géniale. La séquence avec Kylie Minogue est sublime. Pour le reste, tout le côté irréel exagérément foutoir flou et fou m'indiffère totalement. C'est du prétexte. Mais un grand et beau film surprenant, onirique, énigmatique, troublant, fantomatique, sombre, violent, un hommage au cinéma et aux films antérieurs, réalisé avec talent. La nostalgie y est partout, les obsessions et l'amour, et aussi le regret d'un monde, d'un certain cinéma disparus. Et une très belle musique. Un film à envisager avec beaucoup moins de sérieux que ce qu'il ne montre. Mais pour moi le Carax de mon coeur restera définitivement le poète génial et romantique des trois premiers films.
12/20
« Je suis très paranoïaque. Par exemple, j'ai toujours pensé que j'allais mourir un jour »
« La beauté est dans l'oeil de celui qui regarde – Oui mais si personne ne regarde plus...? »

Mr X – Documentaire de Tessa LOUISE-SALOME - 2014
Très beau documentaire très riche et profond sur l'oeuvre et la personnalité de ce réalisateur génial.
12/20

Le Sang de la vigne – Téléfilm de Marc RIVIERE - 2011
Tiens, encore Juliet Lemonnier. Trois fois en un mois donc, alors que je ne l'avais jamais vue auparavant.
6/20

La Trilogie marseillaise : Marius – Téléfilm de Nicolas RIBOWSKI – 2000
Pour Gaëla Le Devehat. J'aurais besoin de revoir la trilogie complète pour donner un avis sur les films eux-mêmes.
6/20

Fais danser la poussière – Téléfilm de Christian FAURE – 2009
C'est un peu nul.
5/20

*Les Trois prochains jours – Paul HAGGIS - 2010
Un remake que j'apprécie beaucoup plus que l'original. C'est même trop court.
9/20

L'Amour dure trois ans – Frédéric BEIGBEDER – 2012
Sympathique. De belles petites idées, de beaux moments romantiques ou poétiques, un personnage cynique et désabusé, attachant, de belles répliques mordantes, un rôle parfait pour Gaspard Proust. Louise Bourgoin très attrayante également. Par rapport au bouquin, j'ai l'impression que c'est plutôt une suite qu'une adaptation, d'autant que le roman publié joue un rôle dans leur histoire, mais je ne m'en souviens plus trop.
10/20

Easy Girl – Will GLUCK - 2010
Pour Emma Stone, qui a un rôle intelligent dans un teen-movie débile.
8/20

100 Girls - Michael DAVIS - 2000
Katherine Heigl dans un tout petit rôle inutile. Une jolie petite idée gâchée jusqu'au bout.
6/20

Le Livre d'Eli – Albert & Allen HUGHES – 2010
Belle mise en scène, présence toujours agréable de Mila Kunis. Mais pour ce qui est de l'apologie de la religion catholique et tout ce qui en découle de niaiserie et de scénario inepte, on devinera ce que j'en pense. Une petite pincée ne m'aurait pas gêné, mais là on en a tout un gros paquet bien lourdaud qui va crescendo dans toute la seconde moitié, jusqu'à l'absurde. Trop « american way to think » pour moi. Je préfère de très loin leur superbe « From Hell »
7/20

Cloclo – Florent-Emilio SIRI - 2011
Belle performance de Jérémy Renier. Un bon biopic intéressant, bien foutu, qui ne m'a pas emmerdé comme « la Môme » et autres « Sagan ».
8/20

*Die Hard 2 : 58 minutes pour vivre – Renny HARLIN - 1990
Ce film gagne en considération à chaque vision. C'en est même devenu un bon souvenir à force.
9/20

*Die Hard 1 : Piège de cristal – John McTIERNAN – 1988
Divertissant.
8/20

Pas de scandale – Benoît JACQUOT - 1999
Il y a Huppert, Luchini et Lindon, mais je ne me souviens que de Vahina Giocante. L'histoire m'a peu emballé.
6/20

Villa Amalia – Benoît JACQUOT – 2009
Huppert qui part refaire sa vie en Italie. Rien de marquant semble t-il.
5/20

Le Pacte – Roger DONALDSON - 201
Un action-movie façon thriller paranoïaque, un scénar sans surprise, un divertissement. January Jones, belle blonde à la Naomi Watts.
8/20

Green Zone – Paul GREENGRASS - 2010
Tenu cinq minutes. Tout ça pour mettre le mot green dans le titre. Pourquoi pas l'appeler « Green Grass » direct ?
?/20

Disparus – Téléfilm de Thierry BINISTI – 2014
Pour Claire Borotra. Et finalement c'est Perez qui s'en sort plus que bien dans ce rôle de flic qui lui va comme un gant. Sinon ça dure bien une heure de trop ( 2 x 1h30 ) pour pas grand chose.
6/20

3h10 pour Yuma – James MANGOLD - 2008
Un remake au sens large. Le huis-clos en attendant le train est très librement réadapté, ce qui donne davantage de rythme. Mais la confrontation n'en est que plus intéressante. La présence du fils apporte aussi un regard différent. Et le petit jeu du prisonnier repris échappé donne un peu de mouvement et de rebondissements. Très bon western, donc. Les comédiens, Bale, Crowe, le petit jeune et le voyou, sont tous très bons.
10/20
« C'est pour ça que je ne me risquerai jamais à faire le bien : si tu commences à faire une bonne action, j'imagine que ça devient une habitude »

Sans laisser de traces – Grégoire VIGNERON – 2010
Un petit film plutôt bien fait. Léa Seydoux est la seule bouffée d'air frais dans cet enfer moderne.
7/20

Le Droit à l'amour – Téléfilm de David S. Cass Sr.- 2010
Mignon. Avec la brune méchante de "Prison Break", Jodi Lyn O'Keefe.
7/20

*Mosquito Coast – Peter WEIR – 1986
Un film d'aventures atypique, un personnage différent pour Harrison Ford, un peu trop antipathique, mais rien de bien passionnant.
6/20

Les Petits meurtres d'Agatha Christie : Meurtre à la kermesse – Téléfilm d'Eric WORETH – 2013
Pour les deux actrices, qui ressortent franchement du lot et passent même avant l'intrigue.
7/20

Dos au mur – Asger LETH - 2012
Bon petit film, sans surprise mais efficace et distrayant. Avec Elizabeth Banks.
8/20

Mission Impossible 4 : le protocole fantôme - Brad BIRD – 2011
Plus de deux heures d'intrigues complexes et inutiles pour une apparition in fine très fugace de Michelle Monaghan, on n'est pas loin de la perte de temps.
6/20

Rendez-vous avec une star - Robert LUKETIC - 2004
Bosworth dans une petite comédie romantique mignonnette.
8/20

Glee – Série de Ian BRENNAN, Brad FALCHUK et Ryan MURPHY - Saison 1, épisodes 3 4 - 2009
Bon, c'est sympa, mais ce serait bien qu'il y ait un peu plus d'éléments attractifs que juste de la chansonnette et des ébauches d'histoires d'amour.
7/20

Merlin – Série de Julian JONES, Jake MICHIE, Johnny CAPPS et Julian MURPHY - Saison 3, épisodes 12 13 - 2010
Pénible cet amateurisme en tous points. On voudrait regrouper tous les défauts d'un scénario, d'une réalisation, qu'on ne s'y prendrait pas autrement. A montrer dans toutes les écoles de cinéma. Comment un tel déchet peut-il durer aussi longtemps, comparé à d'autres séries prometteuses interrompues ? Même un enfant de quatre ans trouve ça débile. Un semblant de début d'histoire dans l'ultime épisode.
5/20

Veronica Mars – Série de Rob THOMAS - Saison 3, épisodes 5 à 9 - 2006
Fin de la première enquête de cette saison. Je me laisse les autres épisodes pour plus tard, parce qu'après il n'y aura plus que le film.
8/20

Extant – Série de Mickey FISHER - Saison 1, épisodes 1 à 3 - 2014
On va tenter ça.
7/20

Under the Dome – Série de Brian K. VAUGHAN - Saison 1, épisodes 1 à 3 - 2013
Pareil, on teste.
7/20


Vieux films


La Peur du Scalp – Stuart GILMORE – 1952
Un western extrêmement médiocre, où absolument tout est mauvais. Scénario, dialogues, interprétation, réalisation, cadrages, montage, doublage, absolument tout.
4/20

Qui a peur de Virginia Woolf ? - Mike NICHOLS – 1966
Un film âpre, dur, voire éprouvant. Belle prestation de Liz Taylor. On a vraiment l'impression de rentrer dans l'intimité du couple Taylor-Burton. Etonnant. Bien sûr on devine très vite qu'ils ont perdu leur enfant, mais on est quand même très souvent perdu entre le jeu, le mensonge et le vrai. Déstabilisant, mais réussi. Réalisation ( travail de cadres et de lumières ) très soignée.
10/20

Les Chasseurs de Scalps – Sydney POLLACK – 1968
Lancaster et un esclave noir opposés à un groupe de chasseurs de scalps emmenés par Savalas et Winters. Ca va et vient entre les deux groupes, ça manque de sel, on attend un peu que ça passe. Vivement "Jeremiah Johnson".
7/20

Terreur dans la vallée (Gun Glory) – Roy ROWLAND – 1957
Un bon petit western avec Granger et Rhonda Fleming, qui m'a fait penser à "Rachel et l'étranger". Une belle construction scénaristique, un propos intelligent, des enjeux et des confrontations intéressantes, une découverte appréciable.
10/20

*Beau Brummell – Curtis BERNHARDT - 1954
Cycle Granger sur TCM. J'étais content de revoir ce film que j'avais bien aimé, et en fait j'ai lâché très vite.
?/20

*Scaramouche – George SIDNEY - 1952
Un chouette petit film de capes et d'épées.
7/20

Du Sang sur la piste – Ray ENRIGHT - 1947
Un petit western avec Randolph Scott, un peu trop ennuyeux et sans grande surprise. Du coup, ayant regardé d'un oeil, j'étais un peu perdu parmi les personnages. Mais la ravissante héroïne, Anne Jeffreys, me fait penser à Melissa Theuriau.
5/20

Les Deux Cavaliers (Two Rode Together) – John FORD – 1961
Widmark et Stewart qui partent racheter des blancs enlevés par les Comanches. Un Ford en mode mineur, avec un gros ventre mou, mais on finit sur une bonne intention, et le personnage de Stewart est plutôt comique.
8/20

Gatsby le Magnifique – Jack CLAYTON - 1974
Long et sans grand intérêt. Sirupeux, grosses envolées de violons romantico-guimauve. Très lassant. Pas aimé.
5/20