Rowan Atkinson Live – Spectacle humoristique – 1991
De très bons moments, en particulier sur la religion.
8/20

Crime en Aveyron – Téléfilm de Claude-Michel ROME - 2014
Très quelconque, voire un peu naze, mais très belle prestation d'Hélène Seuzaret, comme toujours.
6/20

Sharon Tate, la fin de l'innocence – Documentaire de Matthias SCHMIDT - 2012
Elle restera malheureusement éternellement jeune et belle. Mais quels abrutis ces assassins. Ce serait bien également de ne pas oublier à chaque fois les autres personnes assassinées, même si ce n'étaient pas de magnifiques jeunes femmes enceintes.
(Pas de note pour une telle atrocité gratuite)

*Comment se faire larguer en dix leçons - Donald PETRIE - 2003
Un titre idiot, mais au final une petite comédie romantique qui ne démérite pas tant que cela.
8/20

Au Bistro du coin – Charles NEMES - 2011
La belle Hélène Seuzaret surnage haut-la-main, encore une fois, dans une toute petite comédie poussive, avec une tripotée de potes comédiens et, il faut l'avouer, de bons mots.
6/20
« Je ne veux plus vivre – De là à vouloir mourir y a une marge »
« Allez, va faire un tour, et reviens quand ton cerveau sera fini »
« J'aime pas les gens qui parlent pour ne rien dire, ça m'oblige à écouter pour rien entendre »

Mélo – Alain RESNAIS - 1986
Verbeux, mais non dénué de charme et de romanesque. Musique de chambre, tourments amoureux, histoire avec une femme partagée entre deux amis, ça me parle. Enfin, le début est charmant, mais la suite, l'empoisonnement, la fuite, l'aveuglement d'Arditi, bof. Et pourtant si tout le film était resté comme le début je me serais ennuyé. Finalement, il y a une histoire qui se déroule, même si elle est peu intéressante. Ainsi, comme souvent avec Resnais, la pièce est sans doute appréciable au théâtre, mais sur grand écran, bof...
Très bon plan-séquence monologue de Dussollier. Par contre il mime très mal le joueur de violon.
7/20
« Je ne suis pas triste : j'ai perdu l'espoir d'être heureux, j'en ai perdu l'envie »

Prometheus – Ridley SCOTT – 2012
Un film intéressant, bourré de clins d'oeil à « Alien ». Mais en fait, selon moi, il s'agit bien davantage d'un préambule à une fresque de deux ou trois films que d'un one shot qui se suffirait à lui-même, et comme j'ai l'impression que c'est un one shot c'est plutôt frustrant, le film commence un peu à la dernière minute. J'aurais bien vu une suite, pour avoir un peu le fin mot de l'histoire, comme l'héroïne, la raison pour laquelle les « Ingénieurs » ont voulu exterminer la race terrienne. Or, il n'y aura jamais rien de tout cela. Il n'en demeure pas moins que c'est un très bon film de SF qui remplit fort honorablement sa tâche. Mais, comme je le pressentais, je regrette encore davantage que le sieur Scott n'ait pas préféré réaliser « La Guerre éternelle », projet qu'il a depuis des années et qui pourrait donner un énorme film.
10/20

Tout est permis – Emilie DELEUZE – 2013
Une mignonne petite comédie décalée. Où l'on recroisera Judith Chemla.
6/20

Fighter – David O. RUSSELL – 2010
Un film de boxe, tiré d'une histoire vraie. Ce qui se voit d'ailleurs, parce que aussi naze et inutile, ça ne peut être que vrai. On se demande juste ce qui a bien pu passer par la tête de celui qui a imaginé en faire un film.
5/20

Quay d'Orsay – Bertrand TAVERNIER – 2013
Julie Gayet : allez, 4 minutes, toute mouillée. Du coup, sa nomination aux César me paraît encore plus incompréhensible que le César d'Honneur ridicule à Scarlett Johansson. Niels Arestrup, lui, est excellent. Mais le film ne m'a rien fait. Mieux vaut lire la BD.
5/20

Richelieu, la pourpre et le sang – Téléfilm de Henri HELMAN – 2013
Encore Hélène Seuzaret ( qu'il était difficile de louper ce mois-ci apparemment ), et Gaëlle Bona, abonnée aux films d'époque. Outre cela, comme attendu, le film m'a ennuyé.
4/20

Coeur d'encre – Iain SOFTLEY – 2008
Le début me plaisait bien, mais après j'ai vite décroché. Le côté fantastique ne me parlait pas, trop enfantin, trop coloré, trop "conte". J'ai donc lâché prise assez vite.
?/20

Belle épine – Rebecca ZLOTOWSKI - 2010
La jeune femme de la famille Seydoux, et Anaïs Demoustier, que j'apprécie beaucoup, dans un rôle différent de ce qu'on lui donne d'habitude. On le sait, j'aime particulièrement les portraits de femmes, d'adolescentes, mais là je suis resté trop en retrait. Il semble d'ailleurs que tout soit fait pour qu'on ne soit que spectateur. L'histoire est froide, morne, les personnages sans réelle épaisseur. Un premier film réussi, sur la forme, mais petitement. On sent également qu'il est dans la mouvance actuelle, avec des êtres écorchés et paumés, dans un environnement difficile, avec tous les ingrédients faciles eux, mais sans rien y apporter.
7/20

Je suis une ville endormie – Moyen-métrage de Sébastien BETBEDER – 2011
Le frère cadet du scénariste BD apparemment ( ils sont tous les deux nés à Pau ). Au début, je croyais même que c'était le même. Bon, le film partait plus que bien : une belle rencontre amoureuse, dans Paris la nuit, et le parc des Buttes-Chaumont comme lieu énigmatique et mystérieux. Sauf que ça part et ça finit en port nawak. Dommage. Vraiment dommage.
7/20 ( pour le début )

*Cliffhanger, traque au sommet – Renny HARLIN – 1993
Sans doute le plus beau « beeuuaarr » de toute sa carrière... et d'une seule main qui plus outre.
6/20

Just like a woman – Rachid BOUCHAREB – 2011
Deux interprètes resplendissantes : Sienna Miller ( dont je pourrais aisément tomber amoureux mais tout le monde n'est pas Jude Law ) et Golshifteh Farahani. Deux femmes en rupture, trompées par la vie, qui s'enfuient et retrouvent un peu de liberté. Une sorte de « Thelma and Louise », sauf que là ça fonctionne. Et il y a une réflexion sur l'autre, le musulman, l'indien. Et le racisme ordinaire. Un beau film.
10/20

Les Soldats oubliés de Carthage - Documentaire de Michael GREGOR – 2013
Des carthaginois fuyant les légions romaines seraient partis en Amazonie et seraient devenus les ancêtres des Chachapoyas. Intéressant.
7/20

*Le Chasseur – Buzz KULIK - 1980
Le fameux "célèbre réalisateur" selon Jeff Bridges. Perso, je n'avais jamais entendu parler de ce réal, ni vu aucun de ses films. A propos, celui-ci ne sert strictement à rien. Niveau « Shériff fais-moi peur ». Intrigue policière, zéro. Action, zéro. Histoire de couple, zéro. Psychologie, zéro. Humour, zéro. Réalisation et musique de téléfilm américain raté. J'avais déjà dû le voir, la poursuite dans le métro ( toute pourrie, et très mal filmée ) me dit quelque chose. Kathryn Harrold était très charmante. One point.
3/20

Real Steel – Shawn LEVY – 2011
C'est mignon ces petits robots boxeurs. Dommage que Evangeline Lilly ne tourne que dans des grosses bouses.
5/20

Naissance des pieuvres – Céline SCIAMMA – 2007
Du cinéma féminin. Celui que je préfère. Celui qui a du sens. Elles jouent trop bien les petites. Adèle Haenel est absolument sublime, et m'a fait penser à Vahina Giocante, dans ses anciens rôles de garce. Après Melville et Delon, ça change. Des silences, des respirations, le trouble adolescent, les premières fois. Un très beau premier film, doux, sensible, humain. Réussi.
12/20

Belinda et moi – Téléfilm de Thierry BINISTI – 2013
Je m'attendais à une bouse, et c'est pas trop mal. Alexandre Styker est bluffant en transsexuel. Enfin, j'imagine, parce que je ne l'ai pas vu dans d'autres rôles, mais là, la voix, l'allure, ça marchait parfaitement. Un moment sympathique, original, différent.
6/20
« Il n'y a rien de tel que les emmerdements pour te distraire du chagrin »

Amours et trahisons – John HAY - 2004
Pas trop suivi. A revoir, ça semblait à peu près mignon.
?/20

La Cigale nous appartient – Spectacle humoristique de Mustaphah El Atrassi - 2012
Un peu amusant. mais pas de sketch, que du stand-up. Au bout d'un moment, on attend que le spectacle commence réellement. Et puis, surtout, il faut absolument qu'il arrête de faire son Julio Iglesias avec son fil de micro.
6/20

Le Sang de la Vigne : le Mystère du vin jaune – Téléfilm de Régis MUSSET - 2013
Avec Stévenin et Chanéac. Bof. A un moment l'histoire s'est dispersée et je me suis perdu.
6/20

Halal police d'état – Rachid DHIBOU - 2011
Quelques passages amusants, quelques clins d'oeil de cinéphiles, et un énorme fou rire. Mais c'est essentiellement gamin, potache et pitre. En un mot, débile.
5/20

Lanester – Téléfilm de Franck MANCUSO - 2013
De bons comédiens : Berry, Emma de Caunes, Blanchot, Girardot, Salomone. Le script était prometteur, mais en fait ça ne tient pas la route très longtemps. C'est trop surligné. Niveau invraisemblances et extravagances dans les téléfilms et séries policières françaises, on commence à se lasser.
5/20

Gravity – Alfonso CUARON – 2013
Une réalisation d'enfer. Il faudrait que je le revoie rien que pour analyser les plans séquence, mais avec tous les effets spéciaux je me doute qu'on ne les distingue pas bien. Mais la dramaturgie est là, même réduite au minimum "vital". La musique est bonne, les effets sonores réussis. Bon film.
10/20

Deux petites filles en bleu – Téléfilm de Jean-Marc THERIN - 2013
La jeune et jolie Lizzie Brocheré, encore une fois baby-sitter. C'était donc regardable. Mais je ne vois pas trop l'intérêt des deux jumelles « reliées » dans le déroulement de l'histoire.
6/20

Elementary – Série américaine, Saison 1 - 2012
Episode 13
8/20

Rizzoli & Isles, autopsie d'un meurtre – Série américaine, Saison 3 - 2013
Episodes 1 à 3
8/20

Caïn – Série, Saison 2 – 2013
Episodes 1 et 2 ( Avec Marie Kremer qui joue de la seule façon qu'elle connaisse )
M'énerve un peu ces nouveaux scripts où on en sait plus que Caïn dès le début.
7/20

* * *

Secret de femme – Nicholas RAY – 1949
Mince, je ne me souviens plus du tout. mais bon, un film avec Maureen O'Hara, ça ne devait pas être totalement désagréable à regarder.
7/20

Le Messager – Raymond ROULEAU – 1937
J'ai l'impression que tous les films avec Gabin à cette période étaient un peu écrits sur le même canevas. Je pense particulièrement aux films de Grémillon. De jeunes légionnaires, des femmes disputées par deux hommes, des mariages hâtifs qui débouchent sur des drames. En tout cas celui-ci était sympathique, romantique et dramatique, même si la séquence africaine m'a paru inutilement longue et le développement trop court.
6/20

*Le Juge Fayard dit Le Shérif - Yves BOISSET – 1977
La grande époque de Boisset. Avec le meilleur acteur français de tous les temps, Dewaere, et beaucoup de bons comédiens de l'époque ( Bozzuffi, Auclair ). Beaucoup de points communs avec le film qu'ils feront juste après dans ma bonne vieille ville « Adieu poulet » ( les petits malfrats aidés par des notables corrompus, la maison de passe avec la tenancière, les recherches et les arrestations, les gardes à vue poisseuses, le gars à l'hôpital, et j'en passe ), sauf que là c'est « Adieu le juge ». Et ici la fin est pessimiste : il est tué, et l'affaire est étouffée. Quant à l'affaire en elle-même, tout cela est bien lointain, on a oublié depuis longtemps les personnes concernées, mais sans doute que le film pouvait bousculer un peu à sa sortie. Pas vu depuis l'adolescence, un brin déçu.
8/20

On purge bébé – Jean RENOIR – 1931
J'ai tellement la version avec Torreton, Nanty et Bezace en tête que j'ai du mal à trouver les comédiens meilleurs ici. C'est plus un témoignage de l'époque.
6/20

Un Papillon sur l'épaule – Jacques DERAY – 1978
Je n'avais jamais entendu parler de ce film, qui me manquait dans la filmo de Lino. Ou bien l'ai-je vu il y a très longtemps ? Il y a une ambiance, un petit suspens, ça fait un peu brouillon parfois ce besoin de mettre de la folie, du mystère et de la parano partout, on sait qu'au final on aura un peu tourné en rond pour rien, mais ça se laisse regarder, rien que pour voir Lino trimballé dans tous les sens sans rien comprendre, ce qui marche un peu au début, mais pas sur la longueur. En tout cas, ça ne lui réussi pas les chambres d'hôtel au gars Lino (cf. « L'Emmerdeur » )
8/20

Un Flic – Jean-Pierre MELVILLE – 1972
Le dernier Melville. Et pas le meilleur. Loin de là. Très belle séquence d'ouverture, assez surréaliste. Les sentences pseudo-philosophiques par Delon sont assez ridicules. J'aime bien la musique dramatique qui vient supplanter la musique de la discothèque lorsque les personnages se jaugent du regard. La scène du train hélico en maquette avec le petit bonhomme, ça fait pas terrible. Et puis la scène de vol qui suit dure un peu une plombe pour rien. Par contre, niveau ellipse, quand un des braqueurs se fait arrêter et dit qu'il n'y est pour rien, qu'il ne va pas donner ses complices, et que la scène suivante on va les arrêter, c'est un peu décevant. Le transsexuel joue trop mal. Si j'ai bien calculé, on voit Delon 10 minutes et Deneuve 3. Voila, vraiment pas du grand Melville.
7/20
« Voiture 8... je vous le passe... – Oui... où ça ? On y va, je vous rappelle après » ( la phrase du film )

naissancedespieuvres