Star Trek IV : Retour sur terre – Leonard NIMOY - 1986
Un épisode écolo où ils reviennent sur terre en 1986 pour sauver les baleines à bosse, et par la même l'Humanité. Bon alors niveau SF c'est zéro, mais sinon c'est passable.
5/20
« Comment une fille charmante comme vous devient-elle spécialiste des baleines ? »
( Pourquoi, c'est un métier réservé aux moches ? )

Star Trek V : L'Ultime frontière – William SHATNER - 1988
Houla, on tombe dans le religieux de pacotille. Mais pour s'interroger sur la foi. Donc ça va à peu près. C'est un peu mieux réalisé, mais quel ennui...
3/20

Star Trek VI : Terre inconnue – Nicholas MEYER - 1991
Pas trop suivi, mais c'était nul.
4/20

Star Trek VII : Premier contact – Jonathan FRAKES - 1996
Bon, ça y est, j'ai enfin réussi à lâcher l'affaire. Tenu vingt minutes.
1/20

Sex and the City, le film – Michael Patrick KING - 2008
Ca doit être un film tiré d'une série pour des femmes américaines, parce que je n'ai pas trop compris l'intérêt.
4/20

Gardiens de l'ordre – Nicolas BOUKHRIEF – 2009
Fred Testot et Cécile De France sont excellents. Le scénario tient la route. Un bon petit film.
8/20

Tango - Episode 2 : Le Coup du lapin – Téléfilm de Nicolas HERDT - 2010
Je ne sais plus du tout ce que c'était.
?/20

Le Clan des Lanzac – Téléfilm de Josée DAYAN – 2013
Le clan Dayan est au complet. Et on atteint des sommets de nullité. L'envie de regarder n'était déjà pas immense, mais là c'est trop. Tenu cinq minutes.
1/20

Un Thé au Sahara – Bernardo BERTOLUCCI - 1990
Qu'est-ce qu'on peut se faire chier... Je reconnais une certaine poésie, un certain romantisme dans l'idée, mais le résultat est quand même beaucoup trop long et peu attractif. Du sous-Antonionni sans saveur, très difficile à regarder jusqu'au bout sans user les patiences.
5/20

Le Cadeau de la vie – Nick CASTLE - 2001
Un petit conte à la Capra ( sauf qu'au lieu d'envisager la vie après sa mort là c'est la vie après sa naissance ), mignon, mais vraiment ciblé enfants. Alors pour les autres il y a la belle Bridget Fonda.
6/20

*Code Mercury – Harold BECKER - 1997
Ah oui j'avais déjà vu ça, en fait.
6/20

Copains pour toujours - Dennis DUGAN - 2010
Grosse débilité semi-amusante pour pré-ados ricains.
4/20

Le Royaume – Peter BERG - 2007
Pas suivi du tout, ça ne m'intéressait pas en fait.
?/20

Parade's End – Série britannique de Susanna WHITE - 201 – Saison 1, Episodes 1 2
Après avoir entamé « The Paradise », j'avais envie d'aimer, mais je n'ai pas été embarqué du tout. Je ne sais pas si je regarderai la suite. Trop lent, trop mielleux, trop Austenien sans l'être. Ca tergiverse sans tergiverser, on ne sait pas trop comment appréhender l'héroïne. Bref. Mais Rebecca Hall est ravissante.
5/20

*Flight Plan – Robert SCHWENTKE - 2005
Ah oui, j'avais déjà vu. C'est passable.
7/20

La Chance de ma vie – Nicolas CUCHE - 2009
Mouais, c'est mignon, c'est un poil au-dessus du niveau téléfilm, mais bon, ça tourne autour d'une seule et même idée pas très convaincante, sans jamais aller au-delà de ce qu'on attend, donc on finit par se lasser.
7/20
« Dans les contes de fées, les princesses finissent toujours avec le prince charmant. Ce qu'il y a de bien dans la vraie vie, c'est qu'elles peuvent finir avec un type comme moi »

Seraphim Falls - David VON ACKEN - 2007
Déjà, j'adore les westerns neigeux et montagneux. Mais la deuxième partie m'a un peu... refroidi. Je ne vois pas trop l'intérêt des courtes péripéties sur le chantier de chemin de fer, chez les mormons, etc. Ca partait donc très bien, et il aurait fallu rester sur ce plan, mais la fin est en deçà, et même farfelue alors que ça ne l'était pas. Bon, ça commençait par un 10 et ça finit en
8/20

Le Pigeon – Téléfilm de Lorenzo GABRIELE – 2010
Le héros s'appelle Jourdain, parce qu'il est idiot, comme dans la pièce de Molière. Et le film aussi est idiot.
4/20
« Au début je l'ai trouvée un peu absconne... » ( il vient d'apprendre le mot abscons )

Mortel été – Téléfilm de Denis MALLEVAL – 2013
Un petit téléfilm propret, mais qui laisse... froid.
6/20

Quadrille – Pièce de Sacha GUITRY, mise en scène de Bernard MURAT – 2013
Bon, ce n'est pas la meilleure de Guitry, loin de là, mais ça reste du Guitry. Alors bon.
8/20
« Je me suis fait la réflexion suivante : sachant qu'un jour je n'en souffrirais plus... à quoi bon attendre ? »

L'Idéaliste – Francis Ford COPPOLA – 1997
Un très bon petit Coppola humaniste et juridique, à la Sidney Lumet. Etrange que je ne sois jamais tombé dessus, ni même entendu parler.
9/20

Kick-Ass – Matthew VAUGHN - 2010
Ca part bien, en comédie pastiche des blockbusters de supers héros. Mais ça finit en grosse baston générale débile. On se mord donc la queue. Ce n'est plus ni pastiche ni comique. Une sorte d'arnaque. Tant pis.
6/20

Twilight Love – Fernando Gonzalez MOLINA - 2010
Un film espagnol pour adolescents en mal de Twilighteries qui veulent voir une bluette qui fait office de, qui fait rebelle et djeun's romantico-ténébreux, mais qui est bien pauvrette.
6/20

Après moi – Stéphane GIUSTI - 2011
Pas encore vu la fin, mais ça semblait pas mal.
?/20

Sweet Home Alabama – Andy TENNANT - 2002
Pas vu la fin, mais j'imagine qu'elle renonce à son mariage et à sa vie citadine pour retourner vivre dans son Alabama natal avec son premier amour. La fin est donc et sans doute émouvante, mais le début était idiot.
?/20

Odysseus – Série de Frédéric AZEMAR - Saison 1, épisodes 1 à 6
Pas passionnant, mais l'occasion d'admirer les belles formes de Caterina Murino.
5/20

Merlin – Saison 2, épisodes 8 à 10
Cette série est définitivement écrite par un gamin de 10 ans pour ses semblables en mal d'Harry Pottereseries. Chaque épisode supplante le précédent en niaiseries et schémas d'une platitude confondantes.
Seul l'épisode sur la druidesse parle au monstre diabolique en mal d'amour que je suis. Du coup j'ai composé une chanson sur ce sujet, et je pense que j'en referai une encore plus sombre un jour.
5/20 ( Episode Druidesse : 8/20 )

The Retinal Circus – Concert-spectacle du Devin TOWNSEND Project – 2012
Un large éventail de toute la carrière solo du génie canadien. Pas aussi grandiose que le concert « By a Thread : Deconstruction », qui est d'une force extraordinaire et que je me permets de noter ici 14/20 parce que je ne l'ai pas fait. Mais un bon petit concert néanmoins.
10/20

By a Thread : Ki - Concert du Devin TOWNSEND Project - 2011
Les concerts reprenant fidèlement l'intégralité des albums de cette tétralogie, je note les albums. Celui-ci est donc plaisant, il y a des titres que j'aime beaucoup, le mélange d'ambiances très soft et d'autres plus heavy est sympa, mais on tend quand même trop vers le calme linéaire.
8/20

By a Thread : Addicted - Concert du Devin TOWNSEND Project - 2011
Déjà plus de titres péchus, et la grâce d'Anneke van Giersbergen, qui donne du peps, du charme et du sourire dans ce concert plus orienté métal pop et chansons.
9/20

By a Thread : Ghost - Concert du Devin TOWNSEND Project - 2011
Euh, l'ennui n'est pas loin. Musicalement, c'est très loin de ce que j'attends du bonhomme. Et donc ce sera l'unique fois où je le regarderai, et écouterai.
6/20

By a Thread : Deconstruction - Concert du Devin TOWNSEND Project - 2011
Grandiose. Je ne m'en lasse pas. Cet album est grandiose, génial, brillant, hallucinant. Mais là, le concert est bien au-dessus du plaisir de l'écouter, et surtout il m'a fait le redécouvrir totalement. Les titres sont d'une efficacité redoutable, d'une complexité terrible, et la jouissance-jubilation musicale est totale. Le chant aigu du premier titre, qui me bouleverse à chaque fois, et puis les fresques grandioses que sont "Stand", "Planet of the Apes", "The Mighty Masturbator" ( rare chef d'oeuvre ), "Sumeria", "Deconstruction". Et cette petite choriste rousse derrière Devin, April jayne Amos, elle me fait craquer... j'avoue.
14/20

* * *

Comment l'esprit vient aux femmes – George CUKOR - 1950
Une chouette petite comédie old school, avec une belle prestation de Judy Holliday, qui méritait bien son Oscar.
8/20
« Un pot-de-vin d'un million, ça fait cher le gobelet »

Le Trou normand – Jean BOYER - 1952
Une brochette d'acteurs que j'ai l'habitude de voir et d'entendre, dans « les Vieux de la vieille » , « Le Président » ou « Knock ». D'où une certaine familiarité, qui me fait apprécier une petite comédie d'un autre âge, qui m'aurait laissé totalement indifférent il y a encore cinq ans.
6/20

La Chevauchée sauvage – Richard BROOKS - 1975
Pas mal du tout, même si ça n'a rien d'extraordinaire. Et puis il y a la belle Candice Bergen.
9/20
« C'est toujours très lourd à porter la vertu, car elle contient son propre châtiment »

Doctor in the House (Toubib or not toubib) - Ralph THOMAS – 1954
Comment dire. C'est vieux, vieillot, et vieilli. Elles sont rares les comédies des années 40/50 intelligentes et vraiment amusantes qui tiennent encore la route. On le sait, mais bon, je pense que la niaiserie n'a jamais approté de grandes choses à la comédie.
6/20

Futures vedettes – Marc ALLEGRET – 1955
Jean Marais qui craque sur les formes avantageuses de Bardot, c'est assez drôle. Le reste aussi d'ailleurs : un drame amoureux de degré zéro, enfantin et puéril, malgré le charme de l'époque. « Entrée des artistes » du même Allégret, est très beau, et celui-ci n'est qu'anecdotique.
6/20

Devine qui vient dîner ce soir ? - Stanley KRAMER – 1967
Des bons sentiments, un film trop gentil et bien trop niais, sur un sujet sensible et intéressant. Loupé.
5/20