Crime d'état – Téléfilm de Pierre AKNINE – 2012
Les choses sont clairement exposées : ici c'est la thèse de l'assassinat. Donc sur le fond, même si c'est plausible, on a affaire à une fiction qui relate certains aspects factuels, et d'autres plus orientés ou inventés. On adhère ou pas, mais mieux vaut adhérer pour apprécier. Sur la forme, c'est de bonne facture, il y a de très beaux plans, de beaux mouvements de caméra, les années 70 sont bien retranscrites, et en plus les comédiens, et en premier lieu Berléand, sont très bons. J'ai bien aimé. L'affaire est troublante, et Boulin était un homme juste. Difficile de ne pas penser à Bérégovoy, l'homme et l'affaire sur sa mort, qui me semblent très proches.
10/20

*Quand vient la peur – Téléfilm d'Elisabeth RAPPENEAU – 2010
Bon, j'adore Sophie Quinton, presque autant que Armelle Deutsch et Emilie Dequenne, et le rôle lui va plutôt bien. Mais bon, que le scénario fasse tout pour qu'on se dise que le meurtrier est son collègue et amant, pour qu'au final... eh ben c'est vraiment lui... c'est tout pourri. En plus c'est un beau mec sympa et romantique, quasi-parfait, donc ça fait un peu chier qu'il soit serial-killer, mais à la toute fin il semble montrer qu'il veut mourir, comme si c'était plus fort que lui et qu'il regrettait, que sa vraie personnalité était l'amoureux, et le criminel un double qu'il rejetait, mais bon, ça ne dure que cinq secondes. Un autre détail qui m'a gêné : le suicide de son oncle et de sa tante, qui passe quasiment inaperçu et est aussitôt oublié, ça me semble un peu gros. Pareil pour la connerie des villageois, qui passent d'une détestation pour le petit arabe innocent à la haine pour la petite homosexuel, en passant par le petit obsédé sexuel, okay cette connerie existe, mais elle prend trop de place dans l'histoire, on en viendrait presque à excuser les meurtres tellement ce sont tous des abrutis. Bon, alors ça passe, mais de justesse, et grâce à Quinton. Et je ne me rappelais pas du tout l'avoir déjà vu.
8/20

*Intolérable cruauté – Joel COEN – 2003
Bon, alors en effet ça passe mieux à la seconde vision, je perçois un peu mieux l'aspect humoristique et second degré, mais c'est quand même très laborieux pour si peu. J'ai également été beaucoup plus sensible à la beauté de Catherine Zeta-Jones.
7/20

La Fille de l'autre – Téléfilm de Harry CLEVEN - 2012
Rien de bien captivant.
6/20

Shutter Island – Martin SCORSESE – 2010
Dommage que l'intérêt du scénario n'intervienne qu'à la fin, parce que le jeu entre le délire et la réalité prend trop de place et le long délire central m'a un peu éloigné du film. Certes, dévoiler trop tôt le coeur de l'intrigue eût tué le suspense, donc impossible de faire autrement. Moins d'hallucinations peut-être, pour paraître plus crédible ? Bon, c'est vraiment dommage parce que sinon c'était de qualité. Allez, je note grand prince.
9/20

There will be blood – Paul Thomas ANDERSON – 2008
Je me suis bien ennuyé. C'est long, et très vain.
6/20

*Apparences – Robert ZEMECKIS - 2000
Tiens, il sait faire des films normaux, sans effets spéciaux lui ? Je l'ignorais. Hormis l'histoire de maison hantée et de fantôme, il y a des thèmes qui me parlent, donc le début me plaisait beaucoup : le reflet de la morte dans l'eau, le texte sur le miroir, la clef. Au final, un thriller psychologique hitchcockien de bonne facture. La musique elle-même fait référence à Hermann. Mais encore une fois le fond de l'intrigue apparaît beaucoup trop clairement dès la moitié, et quand un thriller est bon, il n'y a rien de plus navrant que d'avoir un dénouement trop attendu. Allez, je note grand prince.
9/20

*Et si c'était vrai – Mark WATERS – 2005
Pour un peu je croirais qu'il a piqué la fin dans une nouvelle que j'avais écrite. La première fois, je m'attendais à un grand film, je ne sais trop pourquoi, et j'avais été déçu. Là, c'était plaisant à revoir. Une belle petite histoire d'amour qui, donc, rejoint sur certains points des thèmes qui me sont proches. Mais on est très loin d'un grand film, ça fait même plutôt pitié formellement.
8/20

*Sexcrimes – John McNAUGHTON - 1998
Ah la la, Denise Richards, c'était quelque chose quand même... Elle avait vraiment tous les atouts pour jouer à la perfection les rôles de pétasses. Bon, ici il se trouve que le scénario aussi est bon.
8/20

*Chevalier - Brian HELGELAND - 2001
Une bande son rock. Un film rock d'ailleurs, jeune, rythmé. Divertissant.
8/20

Le Juge est une femme : La face cachée – Téléfilm de Pierre BOUTRON - 1999
Avec Claire Keim, qui joue très bien et habite littéralement cet épisode, qui ne serait rien sans elle. Et avec un petit clin d'oeil final, lorsque Diefenthal dit que ce n'est pas une femme pour lui. Bon.
7/20

Jackson Brodie : A quand les bonnes nouvelles ? - Téléfilm de Dan ZEFF - 2011
Encore très bien. La petite fille est excellente.
10/20

La Vie en miettes – Téléfilm de Denis MALEVAL - 2011
Quelques incohérences ( ex : c'est quoi cette fausse piste avec le médecin ? ), mais sinon ça passe plutôt bien. Audrey Fleurot et Bruno Debrandt jouent très bien.
8/20

*Clones – Jonathan MOSTOW – 2009
Comme la première fois, je trouve que ce film aurait dû aller beaucoup plus loin dans l'idée, qui est bonne. Bon.
8/20

Le Père de la mariée - Charles SHYER - 1991
Le côté familial un peu niais collait mieux à l'original avec Spencer Tracy et Liz Taylor. Mais c'est quand même agréable à regarder. La petite Kimberly Williams était mignonne.
7/20

La Ligne verte – Frank DARABONT – 2000
Tu m'étonnes que ça dure aussi longtemps. Trois heures le machin. Alors certes c'est une jolie histoire et un joli film, mais j'aurais préféré écrire un joli « petit » film. Un joli petit conte où un gardien de couloir de la mort devient immortel. En fait, les trois films que Darabont a adaptés de Stephen King sont réussis.
10/20

Big Fish – Tim BURTON – 2003
Un joli conte plein de poésie et d'imagination. Burton comme ça, j'aime bien. Son film le plus positif et joyeux, et sans doute aussi le plus éloigné de son univers. Plein de références à un certain cinéma ( Capra, mais aussi le petit banjo de Deliverance ), à une certaine époque révolue, j'ai bien aimé ça aussi. Un bon moment.
10/20

Crazy Night – Shawn LEVY - 2010
Une comédie pataude. On ne tombe ni dans le gros délire absurde, ni dans le thriller captivant, tout ceci est donc particulièrement vain. Et pas drôle.
6/20

Trop stylé – Spectacle de Dany BOON – 2010
Il y a des moments un peu marrants. Mais pas beaucoup.
5/20

Le Père de la mariée 2 - Charles SHYER - 1995
Dans le premier, il avait la voix de Mel Gibson, et là il a celle de Michael Douglas. Ils ont tous une voix différente d'ailleurs. Ca énerve. Mais comme c'est nunuche au possible, ce n'est pas très grave.
6/20

Berthe Morisot – Téléfilm de Caroline CHAMPETIER - 2012
C'est maniéré, précieux et austère, on s'ennuie ferme. Ca me donne juste envie de réessayer la peinture à l'huile un jour. Je préfère vraiment Champetier en chef op qu'en réalisatrice.
4/20

L'Agence tous risques – Joe CARNAHAN - 2010
Wouaw, comment que ça déchire sa race trop grave mortel !
5/20

Anna et le Roi – Andy TENNANT – 1999
Euh... comment dire... je n'ai absolument rien suivi, mais j'ai pu constaté que c'était long. Apparemment, heureusement que je faisais autre chose en même temps;
?/20

Le Braqueur - Téléfilm de Benjamin HEISENBERG - 2010
Belle musique de Lorenz Dangel. C'est bien réalisé, mais j'ai pas été très sensible au scénario, ni au personnage principal ni à ses délires.
7/20

I love you Phillip Morris - John REQUA et Glenn FICCARA - 2009
Je ne supporte pas les films d'homos. Bon, là ça va, c'est un tout petit peu drôle. Mais surtout foutrement dispensable.
5/20

Mortelle Saint-Valentin – Jamie BLANKS - 2001
Ah la la, Denise richards, c'était quelque chose quand même... Elle avait vraiment tous les atouts pour jouer à la perfection les rôles de pétasses.
7/20

Half Light – ROSENBERG – 2005
Un excellent film, qui me parle beaucoup. Jusqu'à ce que ça devienne un bête thriller comme je le redoutais, sur une manipulation que j'ai comprise assez vite. Je préférais le côté surnaturel et mystérieux, qui m'intriguais vraiment, plutôt que la trame concrète et sans saveur, qui plombe l'ensemble dans le dernier tiers. Mais la réalisation est très réussie ( le plan de la traversée du miroir est magistral ), l'ambiance est très bien rendue, en plus le décor est superbe, et pour une fois Demi Moore peut montrer qu'elle est une très belle femme qui sait jouer de vrais rôles de femmes ( j'ai trouvé qu'elle ressemblait à une amie dont j'étais amoureux il y a moultes années ).
10/20

Maigret et l'Ombre chinoise – Téléfilm de Charles NEMES - 2004
Tombé sur le début de cet épisode, que j'ai regardé parce qu'il y avait la sublimissime Estelle Skornik que j'ai toujours beaucoup aimée ( depuis "Albert souffre" ). Mais je me suis endormi dessus assez vite quand même.
?/20

Mais où sont passés les Morgan ? - Marc LAWRENCE - 2010
C'aurait été drôle de faire une confrontation avec les habitants du village, le shérif, les bourgeois new-yorkais face aux péquenots. Mais non. Je ne suis pas fan de l'actrice ( Sarah Jessica Parker ). Hugh Grant est un peu le seul à être amusant, malgré un jeu d'acteur constitué d'un balbutiement et d'un battement de cils.
6/20
« Soit un peu moins conciliant s'il te plait – Comme tu voudras... »

Nicolas Le Floch : Le crime de l’hôtel Saint-Florentin – Téléfilm de Philippe BERENGER - 2012
Il me faut l'avouer sans détours : me voici bien en peine de constater que cet épisode ne recèle rien dans son récit prompt à faire naître en moi quelque intérêt que ce soit. Nonobstant, j'en conçois peu de dépit à vrai dire. Seule la donzelle brune, Norah Lehembre, m'apportât quelque réconfort visuel.
5/20

Dame de Sang – Téléfilm de Alexis LECAYE et Camille BORDES-RESNAIS – 2012
Le meilleur épisode de la série. Bon scénario, un brin alambiqué au début, mais de très bonne tenue.
10/20

*Sens unique - Roger DONALDSON – 1987
Un bon vieux film des années 80 qui tient encore la route. Avec en prime un bon vieux final hélico à la Don Siegel.
7/20

*Se7en – David FINCHER – 1995
Belle musique de Shore. Beau travail de Khondji. Un polar qui reste dans l'esprit des films noirs des années 40/50, et c'est des plus appréciable. C'était la grosse époque Kevin Spacey, mais qu'a t-il fait depuis ?
8/20

*Loch Ness – John HENDERSON - 1996
Pour l'ambiance et le paysage. Parce que c'est chouette l'Ecosse.
7/20

Mesure d'urgence – Michael APTED - 1996
Tiens, ils avaient déjà tourné un film ensemble, je n'en savais rien, et je tombe sur les deux dans la même semaine. Je n'aime décidément pas cette actrice ( Sarah Jessica Parker ). Et c'était plutôt pas mal du tout.
9/20

Astérix et Obélix : Au Service de Sa Majesté – Laurent TIRARD – 2012
Luchini est horrible en César, Baer nous campe un Astérix baerien, et aucunement uderzien. C'est donc, comme on s'y attendait, tout pourri tout naze. Dommage, parce que jusqu'ici Tirard faisait plutôt un sans faute avec ses trois premiers films très réussis.
4/20

Alcatraz – Episodes 1 2 3 4
De la resucée de "Lost" qui va encore finir sans queue ni tête mais qui divertit.
7/20

The Event – Saison 1, épisodes 12 13 14 15
Comme dit précédemment.
7/20

Castle – Saison 4, épisodes 21 22
Ca y est, ils vont bientôt baiser. Pas trop tôt...
8/20
* * *
Salomé – William DIETERLE – 1953
Pas bien suivi en fait. Mais le trip catho final, ça me broute sévère.
?/20

Thérèse Desqueyroux – Georges FRANJU - 1962
Un film froid. Quasi glacial. Comme son actrice, Emmanuelle Riva. Bon, alors le livre est peut-être beau, mais ça me laisse froid moi aussi.
6/20

Niagara – Henry HATHAWAY - 1953
Un film assez proche des Hitchcock à venir. Je découvre Jean Peters, qui était très bien. Et ce film, que je croyais avoir déjà vu mais dont je ne me souvenais - et pour cause - plus du tout.
8/20
« Elle est tellement décolletée qu'on lui voit les chevilles »

Le Sauveur – Michel MARDORE – 1970
La jeune comédienne, Muriel Catala, me rappelle étrangement Marie-Hélène Breillat ( avec laquelle elle tournera d'ailleurs deux téléfilms de Molinaro en 1978 ). Bon alors il y a un certain charme dans la relation avec le parachutiste, une belle sensualité qui ne demande qu'à imploser, mais le film reste assez prude quand même. La fin est tragique mais bien plus intéressante comme ça. Par contre, faudrait éviter de mettre le nom de l'acteur en grand au début parce que je me disais bien qu'il était allemand depuis le début.
7/20

Ceux de Cordura - Robert ROSSEN - 1959
Je m'attendais à un western tout moisi, ou tout au moins quelconque, et je dois avouer que j'ai été très agréablement surpris : c'est un film au scénario très intelligent. Une réflexion sur l'héroïsme, et une belle étude psychologique, pour un western très moderne. Pas étonnant que John Wayne - que je déteste - ait attaqué ce film.
10/20
« Un acte de lâcheté ne fait pas d’'un homme un lâche à vie. De même qu'’un acte de bravoure ne fait pas de lui un héros »

Le Sang à la tête – Gilles GRANGIER – 1956
Certainement pas le meilleur film d'après Simenon, ni sans doute le meilleur Simenon, mais un petit film sympathique, qui campe une certaine époque et certaines valeurs, certaines traditions, et leurs fissures.
7/20