1

 

Comme lors de mon précédent séjour, j'ai apprécié de passer une petite semaine chez mon frère et sa petite famille, à l'autre bout du pays, sans trop être sujet à mes angoisses et mes phobies.

Encore une fois, j'ai apprécié les promenades et les découvertes dans les villages alentours, à courir partout pour faire des tonnes de photos, puisque j'ai rarement l'occasion de contempler autre chose que les murs de mon appartement.

J'ai aimé qui pleuve les premiers jours, et qu'il fasse beau les derniers jours, parce que le temps je m'en fous allègrement, j'aime tous les temps quand je suis bien.

J'ai aimé tous les petits moments avec mes neveux et nièce, les promenades avec eux, les jeux dans le jardin, les repas.

J'ai aimé quand le petit Manolo, un soir, a déplacé son assiette et sa chaise pour être assis à côté de moi à table.

J'ai aimé ses petits "iiiiiii" en guise de "oui". Maintenant il prononce "tonton" normalement.

J'ai aimé le "coup de l'apéritif" avec son papa, et j'attends toujours une vidéo qui immortaliserait cet instant.

J'ai aimé quand il réclamait de la « titique » pour mettre de la musique, et d'autant plus le matin où je leur ai mis un petit concert de Transatlantic sur mon ordi pour les calmer, et reposer leurs parents.

J'ai aimé faire une cabane en coussins et couverture sur le canapé du salon avec Timothée.

J'ai aimé jouer sur la batterie électronique offerte à Noël à Timothée, et voir dans ses yeux admiratifs la fierté qu'il éprouvait pour son tonton.

J'ai aimé aider ma belle-soeur Peggy à faire son projet de spectacle, en proposant des musiques emblématiques de différents styles.

J'ai aimé la jolie serveuse brune à lunettes et à fossettes du restaurant "La Détente" à Saint-Hippolyte-du-Fort.

J'ai aimé murmurer à mon petit neveu d'aller lui faire ma demande en mariage et qu'il se lève aussitôt, sans réfléchir, pour aller porter la requête de son tonton.

Je n'ai pas trop aimer lorsque j'ai sorti mon "petit Mothée de poche" et qu'il a voulu le récupérer, prétextant qu'il me l'avait "prêté". Mais heureusement il a oublié aussi vite.

J'ai aimé la ville d'Uzès. Je pourrais vivre dans une ville comme cela je pense.

J'ai aimé le petit promontoire dans la forêt, face aux montagnes cévénoles.

J'ai aimé envoyer une petite photo à mes amis, le dernier soir.

Je n'ai pas trop aimé me retrouver dans le département le plus "frontiste" de la Présidentielle, mais bon... j'étais confiant donc ça ne me pesait pas.

J'ai aimé le retour en train par Paris Saint-Lazare, parce que j'adore les trains et les gares, mais cela faisait quinze ans que je ne l'avais pris. Et parce que j'adore Paris.

 

( Dans les prochains jours, quelques photos des deux séjours )