Faubourg 36 – Christophe BARRATIER – 2008
C'est mignon, humaniste, nostalgique, et en plus des bons sentiments il y a tous les éléments du mélo. On passe donc un bon moment. Et la comédienne, Nora Arnezeder, est éclatante.
9/20

Millenium : les hommes qui n'aimaient pas les femmes – Niels Arden OPLEV - 2009
Très bon film. Un scénario très intéressant, une enquête et une tension très prenantes, et une réalisation très exigeante, à tel point qu'à un moment je n'y ai même plus fait attention, ce qui est très rare. On n'est pas loin de la qualité et de l'ambiance de Wallander.
12/20


Jusqu'à toi – Jennifer DEVOLDERE – 2009
Mélanie Laurent, Jessica Paré : il a déjà tout pour me plaire ce petit film. Ensuite, c'est plutôt bien fait ( de bons cadrages ), on aimerait que la rencontre se fasse un peu plus tôt ou qu'il y ait plus de découvertes annexes de l'autre, mais il y a un charme certain qui ne m'a pas laissé indifférent. Faut dire que Mélanie Laurent et Jessica Paré... je ne peux malheureusement pas résister et juste en vouloir davantage.
10/20


The One – James WONG - 2001
Je ne sais plus trop. Mais j'ai noté qu'il y avait une jolie Carla Gugino.
4/20

Millenium 2 : la fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette – Daniel ALFREDSON - 2009
Bien inférieur au premier, sur tous les aspects. La différence s'en ressent d'autant plus. Dommage.
7/20

Cinq petits cochons – Téléfilm de Eric WORETH – 2010
La magnifique Eglantine Rembeauvillé dans un épisode décevant. Il faut préciser que hormis la première enquête et l'atmosphère générale des suivantes – souvent due aux décors -, cette série n'a rien d'extraordinaire.
7/20

Les Ombres du coeur – Richard ATTENBOROUGH – 1993
Anthony Hopkins, qui interprète l'auteur du « Monde de Narnia », tombe amoureux de Debra Winger dans ce sous-Ivory
8/20

Holy Lola – Bertrand TAVERNIER – 2004
Un peu de mal à rentrer dans cette histoire, et à y rester. Franchement, un bon vieux court-métrage des familles aurait suffi. Sans pour autant se départir d'un ennui à toute épreuve.
5/20

Les Beaux Mecs – Série de Gilles BANIER - 2010
Le titre, déjà. Ensuite, la construction narrative entre les deux époques est parfaite, on a les éléments qu'il faut quand il faut, et le déroulement est très fluide. Une excellente mini-série, noire, forte, à la réalisation nerveuse qui colle au plus près des personnages, aux comédiens remarquables, qui bénéficie également d'une très belle conclusion.
« Je ne comprends pas : elle qui a tout eu, elle refuse tout – Ben ouais, et toi qui n'a rien eu, tu veux tout »
12/20

Mort d'un président – Téléfilm de Pierre AKNINE – 2010
Ce qui me semblait intéressant - l'ascension de Chirac et les combats contre Chaban-Delmas et Giscard - est laissé au second plan, au dépend de la lente agonie physique et politique de Pompidou. J'ai donc trouvé ça un peu creux.
7/20

Vieux films

 

Mean Streets – Martin SCORSESE – 1973
J'ai trouvé ça un peu vain. Et surtout très décevant. Parce que je pensais l'aimer ce film. Mais non. Il y a de petits truands qui jouent aux caïds et qui s'enfoncent dans leur bêtise, et même cela semble anecdotique. La réalisation est des plus balbutiante. Fichtrement déçu.
7/20

La Fille sur la balançoire – Richard FLEISCHER – 1956
Un beau film. Une magnifique Joan Collins.
« Non, nous n'avons pas le même âge. Vous êtes un homme de 48 ans, et moi une femme de 48 ans. Vous avez donc vingt ans de moins que moi »
« Les jolis visages pleurent bien plus que les visages sans beauté »
10/20



El Perdido – Robert ALDRICH – 1961
Un bon petit western avec Rock Hudson et Kirk Douglas, le shérif et sa proie, qui convoitent un troupeau pour Dorothy Malone. Et en fait tous les hommes étaient de bon gentils gars à l'époque : compréhensifs, attentifs, galants, généreux, tendres et honnêtes. Ca devait être cool.
9/20

Les Voleurs de trains – Burt KENNEDY – 1973
Le générique du début est un pur plagiat de l'esthétisme Leone. Puis ça redevient très vite très classique, et assez plat à ce niveau-là. On s'enlise aussi un peu dans la longue séquence dans le désert. Marrant l'âne à la fin.
8/20