2012 – Roland EMMERICH - 2009
Tout cela pour qu'un couple américain se reforme... franchement, ça fait un peu beaucoup. Bon, sinon c'est évidemment du gros block-buster bien exagéré, avec son lot d'énormités et d'incohérences. Je m'attendais à un film catastrophe, mais finalement on passe beaucoup de temps en avion et dans la grotte de la fin. Aucune surprise. Du pur divertissement, mais raté par rapport à son sujet.
5/20

*Le Serpent – Eric BARBIER - 2006
Je n'avais pas trop aimé la première fois, mais c'est un bon petit thriller à l'américaine, honorablement réalisé. A noter aussi la belle musique du frère ? Barbier, façon John Ottman.
9/20

Fric, Krach, et gueule de bois – Documentaire de Bernard FAROUX – 2010
Intéressant.
5/20

Dame de Pique – Téléfilm de Philippe VENAULT – 2010
Ouais, super, celui-là il est filmé caméra à l'épaule. Trop bien. Et cette fois, c'est la tueuse qui fait tout pour se faire arrêter. Bravo l'intrigue à la noix. Vivement les Dames de Trèfle et de Carreau pour des enquêtes toujours aussi passionnantes...
6/20

Le Déjeuner des canotiers – Téléfilm de Daniel JANNEAU - 2010
L'idée est originale, mais pour ce premier épisode, c'est un peu décevant. Une fois qu'on connait le meurtrier des rousses, ça tombe complètement à plat.
5/20

Un Bal au Moulin de la Galette – Téléfilm de Daniel JANNEAU - 2010
Un épisode plus émouvant et intéressant, même si encore une fois l'absence d'intrigue réelle ne suffit pas à éloigner l'ennui qui guette. Un beau rôle pour la jolie Stéphanie Pasterkamp.
8/20

Fragments – Rowan WOODS - 2008
Un film qui joue autant sur la potentialité de moins en moins lancinante de drames successifs, il faut au moins qu'il nous révèle tout du drame originel, et c'est plutôt très bien distillé et savamment dosé tout du long. Plastiquement, c'est également très intéressant. Tous les comédiens sont formidables, mais peut-être que justement, la multiplication et l'éclatement narratif nous écartent un peu de chacun des personnages. Un film qui prend un malin plaisir à jouer avec nos nerfs, mais réussi.
10/20

*58 minutes pour vivre – Renny HARLIN – 1990
Le soir de l'attentat à l'aéroport de Moscou, bien le programmateur. Bon, sinon c'est plutôt plaisant à revoir, comme le précédent, et ça a un poil moins vieilli.
8/20

La Bataille de Passchendaele – Paul GROSS - 2008
C'est mauvais. Au début, j'ai un peu suivi parce qu'il y avait une ébauche d'histoire d'amour, avec le blessé qui devenait peu à peu l'infirmier de l'infirmière, mais j'avais un peu de mal avec les dialogues. Et puis très vite le film de guerre a repris ses droits, et ça m'a vite saoulé. C'est très mauvais.
4/20

La Bonté des femmes – Téléfilm de Marc DUGAIN & Yves ANGELO – 2010
Un beau film, bien écrit, et de belle facture. Il manque des choses, mais comme en contrepartie c'est assez concis et pas trop long, c'est plutôt un bon point, parce qu'on aurait quand même fini par se lasser. Belle présence d'Annelise Hesme, qui sait bien jouer les femmes tristes.
9/20

Entre ses mains – Anne FONTAINE – 2005
Une histoire curieuse et fascinante qui se dessine entre deux êtres fragiles, Isabelle Carré et Poelvoorde. Un mystère plane sur leur rencontre, et amène ce film vers une noirceur inédite, comme un parfum de mélancolie, irréel, sans aucune violence. Qu'il soit coupable ou innocent, leur histoire est celle d'une attraction, l'attraction entre deux êtres abandonnés. Un film tout en délicatesse, habité par le sourire et la blondeur d'Isabelle Carré. Et très bon rôle pour Poelvoorde, bien plus intéressant dans ce registre que dans la comédie. A noter également la belle lumière de Denis Lenoir, et la musique de Pascal Dusapin.
11/20

Snow cake - Marc EVANS - 2006
Un film au charme étrange, décalé, attachant. De la poésie et de la douceur, malgré les drames. Les acteurs sont remarquables, et il y a une jolie petite histoire avec Carrie-Ann Moss.
10/20

*Heat – Michael MANN – 1995
Je n'ai jamais considéré ce film comme étant un grand polar digne des louanges que j'entends de-ci de-là. Il me semble beaucoup trop long, en tout cas avec des longueurs inutiles, et pourtant avec des ellipses étranges. Mais je l'ai revu sans déplaisir. Pour l'ambiance, maîtrisée.
9/20

Un Homme pour la vie – Téléfilm de Harry WINER - 2003
Une charmante comédie romantique. La pétillante Kimberley Williams offre des visages de l'amour que je connais bien, et donc j'ai passé un bon moment de nostalgie.
8/20

XxX The New Level – Lee TAMAHORI – 2004
Une grosse daube inepte à la Seagal, mais version black, rap, et pourtant sans aucun clichés réducteurs ou racistes à leur insu. C'est beau l'Amérique. Pour une fois j'ai dérogé à la règle et zappé bien avant la fin.
3/20

Sherlock  - Série britannique de Steven MOFFAT & Mark GATISS - 2010
La première enquête est de loin la plus balbutiante ( puisqu'on devine tout avant le grand Sherlock ), mais les deux autres sont vraiment très fouillées et prenantes. Une réalisation excellente, une série très sympa à suivre.
9/20


Vieux films


Du plomb pour l'Inspecteur – Richard QUINE – 1954
Un très bon polar. Une bonne trame, sommaire mais bien menée, une bonne construction, une fenêtre sur la complice ( une femme fatale malgré elle, Kim Novak, dans son premier film avec son Quine de mari ), sur l'amour, sur un avenir possible, et sur le tragique de l'absurde.
11/20

La Dame et le Boxeur – W.S.VAN DYKE – 1933
Ne vaut véritablement que pour les rares apparitions enivrantes de Myrna Loy. Le match de boxe est beaucoup trop long. Ennuyeux et sans réelle substance.
4/20

Monsieur Wilson perd la tête – W.S. VAN DYKE – 1940
Une charmante petite comédie romantique où, suite à une amnésie, le mari de Myrna Loy devient enfin l'homme qu'elle aurait voulu aimer, alors qu'elle souhaitait en divorcer.
8/20

Un Envoyé très spécial – Jack CONWAY – 1938
Un film d'aventures avec Clark Gable et Myrna Loy. Les aventures exotiques de deux cameramen d'actualités. De nombreux rebondissements, de situations, mais on reste cependant dans la comédie américaine un peu rustre.
7/20

Sur la trace du crime – Roy ROWLAND - 1954
Un polar sans concession, sans romantisme ou grands sentiments, ce qui le rend un peu trop froid, mais aussi, du coup, très convaincant. Janet Leigh et Anne Francis morte le 2 janvier dernier, sont des ombres féminines passagères, impuissantes, dans ce monde d'hommes corrompus et viciés.
9/20

Le Chanteur du Nil – Sam WOOD – 1933
Il y a le charme inaltérable et inexorable de Myrna Loy, mais ce film ne la mérite pas vraiment.
6/20

Man-Proof – Richard THORPE – 1938
J'aime beaucoup le début, il y a une vraie rencontre entre deux êtres qui s'opposent et vont s'aimer, et un beau monologue sur l'amour, que la plupart des gens se contentent de singer. Mais, après la petite partie où Myrna Loy retrouve l'homme qu'elle voulait épouser, c'est plutôt mal mené et ça tombe trop vite. Il aurait fallu beaucoup plus de coeur et de passion. Mais c'est l'un des plus beaux rôles de Myrna, qui illumine chaque seconde de chaque plan.
9/20

Penthouse – W.S. VAN DYKE - 1933
C'est simple : Myrna Loy était la femme de ma vie.
8/20

* * *

Eh, les amis, vous pouvez critiquer ou discuter mes critiques hein ( les Guillaume, Maia, Laura, Thal, ou Badinette, par exemple )