Backbeat – Ian SOFTLEY - 1994
L'avant Beatles, avec leur premier bassiste Stuart Sutcliffe, et sa rencontre avec la photographe Astrid Kircherr, jusqu'à sa mort, à 21 ans. Anecdotique, mais soit.
7/20

Shoot'em up – Michael DAVIS - 2007
Un gros navet – l'un des plus beaux spécimens qui soit, façon scénario de Besson : un action movie violent, vulgaire, avec invraisemblances de type quatre vingt dix neuvième degré, pas drôle. De plus, il y a un passage avec du Strapping Young Lad à la télé, ce qui tendrait à rapprocher le fan de death metal du gros porc débile qui aime les films de merde. Et comme je n'aime pas cette idée, en tout cas en ce qui me concerne...
0,1/20

A vos caisses ! – Téléfilm de Pierre ISOARD - 2010
Ca se laisse regarder. Gentillet.
5/20

*Piège de cristal – John McTIERNAN – 1988
Une réalisation qui repose sur de gros effets bien pompeux. Et le mec qui au lieu de descendre de l'immeuble pour s'enfuir et prévenir les flics monte et reste pour lutter tout seul, bien sûr. Je ne me souvenais pas que le film était si vieux, mais ça a bigrement vieilli quand même. Ici, la musique tourne autour de « L' Hymne à la Joie » de Beethoven.
8/20

Shrek 2 – Andrew ADAMSON - 2004
Suivi d'une oreille distraite. Pour les enfants.
5/20

Stuart Little 2 – Rob MINKOFF - 2002
Suivi d'une oreille distraite. Pour les enfants.
5/20

American Pie 5 : String Academy – Joe NUSSBAUM - 2006
Comme pour les précédents : un mélange d'humour ado bien gras et de déchéance sexuelle à l'américaine, avec par-dessus une gentille petite histoire d'amour plus « mature » qui adoucit l'ensemble. Mais ça reste du divertissement très bas de gamme.
5/20

Hellphone – James HUTH - 2006
Une parodie de teen-age movie bien foutue, avec nombreux clins d'oeil et gags idiots, qui en font un exercice de style au second degré réussi et amusant.
8/20

Le Voyage aux Pyrénées – Jean-Marie et Arnaud LARRIEU – 2008
Surprenant, et prenant.
11/20

Jean de La Fontaine, le défi – Daniel VIGNE – 2007
C'est d'un ennui... Sara Forestier a de jolis petits seins. Pour la musique de Michel Portal, pourtant grand improvisateur de jazz, merci Zbigniew Preisner et « La Double vie de Véronique »
2/20

Maman mode d'emploi – Katherine DIECKMANN - 200
Uma Thurman est une jeune mère qui remet en question sa vie affective et ses velléités d'écrivaine – car la demoiselle tient un blog. Au final, le film, ainsi que son héroïne, ne raconte rien d'autre qu'une toute petite crise de la quarantaine assez insipide et insignifiante, sans autre saveur que celle de son interprète, hélas portée sur une hystérie fatigante.
7/20

Columbo : Couronne mortuaire – Téléfilm de Alan J. LEVI – 1989
Un bon épisode.
7/20

La Grande inondation – Téléfilm de Tony MITCHELL - 2007
Du bon spectacle catastrophe, avec Londres envahie par les eaux.
7/20

Transsibérien – Brad ANDERSON - 2008
Un bon petit thriller original et efficace, un brin morbide, en plein coeur de la Sibérie. Je n'ose imaginer le nombre de cadavres qui pourrissent sous la neige, dans certaines parties du globe.
9/20

Au coeur de la tempête – Téléfilm de Steven R. MONROE - 2008
Wouah, trop bien le titre. On a donc une relation difficile entre une mère et sa fille, mais le tout durant une tornade exceptionnelle sur Seattle. Vous pigez le truc ? Ah oui, au fait, à la fin, la jeune fille découvre qui est son père, et donc tout le monde est heureux. Sont forts ces américains quand même...
6/20

Atomic Train – Téléfilm de David JACKSON - 1999
Ce qu'il y a de bien dans les téléfilms catastrophe, c'est qu'excepté le héros, tout le monde est con comme un balai. Du coup on rigole bien, même si la bombe atomique tue plein de gens.
5/20

Le Renard et l'Enfant – Luc JACQUET – 2007
Un très beau film pour enfants et grands enfants. Une fable poétique et panthéiste, dotée d'une réalisation magistrale, et de décors naturels sublimes. Une belle rencontre initiatique.
10/20

Time and Tide – Tsui HARK - 2000
Un film d'action hong-konguais pur jus, avec toute la débilité outrancière qui va avec le genre. C'est efficace, il y a de bons efforts de réalisation, mais c'est surtout un spectacle navrant pour ados mal vieillis ( le sieur ayant commis deux films avec JCVD auparavant )
7/20

Jackpot – Tom VAUGHAN - 2008
On connaît la recette de ces comédies romantiques par coeur, mais ça fait toujours plaisir à voir. Pour combler une heure ou deux nos propres petites frustrations.
8/20

Réalité ou illusion ? - Spectacle de Eric ANTOINE – 2009
J'aime bien. Quelques fous rires bienvenus.
8/20

Firefly, saison 1 – Joss WHEDON – 2002
Bon bah le Joss Whedon est fan de western et de SF, apparemment. En tout cas cette série tente un mix des deux, et c'est plutôt réussi – encore faut-il adhérer au concept et aimer autant l'un que l'autre, ce qui n'est pas mon cas. Il y a aussi une approche psychologique que j'apprécie, ce qui la rapproche de Battlestar Galactica – qui en termes de ressorts dramatiques et de qualité de réalisation lui est néanmoins bien supérieure. C'est donc très plaisant, mais c'est encore un peu balbutiant. Le film qui fait office de seconde saison était nettement plus abouti sur le plan scénaristique. Apparition de la jeune Christina Hendricks, et par rapport à V que je regarde en même temps, on reconnaît la brune Morena Baccarin.
9/20

V les Visiteurs, saison 1 – Yves SIMONEAU - 2009
C'est la même équipe que pour « Les 4400 » apparemment. Et comme ils n'ont pas pu continuer cette série, ça y ressemble étrangement. Le travail sur les visages pour les rendre plus reptiliens est réussi, mais en revanche les décors et les fonds numérisés dans le vaisseau font un peu tâche. Ce serait bien aussi que les scénarios décollent un peu dans la deuxième saison, et que les personnages vivent un peu dans la vraie vie, avec des décors, de l'action, quelque chose dans ce goût-là.
8/20

Vieux films

Oliver Twist – David LEAN – 1948
Un très beau film. Je ne m'attendais pas à moins de la part du grand Lean.
12/20

La Rivière rouge – Howard HAWKS - 1948
Pour un premier western, c'est un bon cru. Je découvre Joanne Dru.
10/20

David Copperfield – George CUKOR – 1935
La première partie est triste et dramatique à souhait. Le petit joue magnifiquement bien. Mais la seconde partie est terriblement mièvre. Dommage. J'ai hâte de voir la version de Lean.
9/20

Les Girls – George CUKOR – 1957
Une petite comédie gentillette.
7/20

Le Repas des fauves – CHRISTIAN-JAQUE – 1964
Superbe film que ce huis-clos semi-théâtral aux dialogues magnifiquement ciselés par Henri Jeanson. Toutes les mesquineries humaines sont analysées dans le détail, au cours d'une soirée ou sept invités doivent choisir deux sacrifiés. Au centre de ce jeu de langage et de cruauté, Francis Blanche se dévoile tour à tour collabo, homophobe, proxo, lâche, pleutre, traître, bref, très respectable. Etrange sensation aussi que de constater qu'un des personnages formule strictement mes propres opinions ( le rôle de Claude Rich, qui semblait dire à chaque fois ce que je me disais en moi-même ). Un film sur la nature humaine, ses ambiguïtés, sur la mort, le temps ( le film se déroule d'ailleurs en temps réel, sans ellipse ). On entend aussi le battement de l'horloge pendant tout le film, en fond, imperturbable et menaçant. Un pur régal.
12/20

Il faut vivre dangereusement – Claude MAKOVSKI - 1975
C'est les années 70, avec un scénar un peu décalé : un détective un peu farfelu et sa femme un brin médium. On sent aussi une envie de montrer du sexe, mais sans en montrer, mais avec l'envie quand même, parce que l'intrigue tourne un peu là-dessus. Apparition de la peu farouche Sydne Rome.
6/20

Jane Eyre – Robert STEVENSON - 1944
Alors c'est du classique sur le fond et la forme, mais ça me convient parfaitement, et de plus en plus. Une adaptation très réussie d'un roman que j'aime beaucoup. On ressent très bien la fascination de Jane pour son maître ( rôle parfait pour Orson Welles ), sa force de caractère aussi, et sa douceur, malgré l'âpreté de son enfance. Avec, en prime, une belle petite apparition plus qu'émouvante de Liz Taylor enfant.
10/20

Mon homme Godfrey – Gregory LA CAVA – 1936
C'est vrai qu'il y a un petit côté Capra dans ce film. Le mendiant qui devient millionnaire, tout en trouvant l'amour. Ca fait un peu oublier la crise de 29, et les autres.
8/20

Repas_des_fauves