Son second poème symphonique, composé en 1898, dirigé ici par Michel Plasson.