Celle qui n'a pas de Sarkozy sur les mains, et qui n'a jamais cessé d'exister, contrairement à celle qui a mis de côté son intégrité pour accéder aux hochets concédés par la majorité. C'est assez drôle de constater que le fait pour certains "centristes" de se voir expulsés du gouvernement leur donne soudainement l'envie de regagner l'électorat qu'ils ont trahi il y a trois ans, tout en trahissant ce qu'ils viennent de défendre pendant trois ans. Enfin, tant que le ridicule ne tue pas, Hervé Morin a encore de beaux jours devant lui...