Bienvenue en Suisse - Léa FAZER - 2003
Une bonne surprise, avec un très bon rôle pour Vincent Perez. Curieusement, j’aime nettement moins Podalydès ici.
9/20

L'amour aux trousses - Philippe de CHAUVERON - 2004
Une petite comédie policière qui tourne très vite à la grosse bouffonnerie indigente. Heureusement qu'il y a la très belle Caterina Murino.
5/20

Retour aux sources – 2010
Un reportage intéressant sur la famille de Vincent Perez, hispanico-allemande, hantée par les guerres d‘Espagne et de 39-45. Le personnage m’est encore plus sympathique.
8/20

*Tête à claques – Francis PERRIN – 1981
Pour Fanny Cottençon, une des blondes de mon enfance. Et pour mon enfance.
6/20

A deux sur la balançoire – Pièce de William GIBSON - 2006
J’aime beaucoup au début, de bons dialogues adaptés par Dabadie, un beau couple Dujardin-Lamy. Puis je commence à trouver la jalousie et les tourments un peu exagérés, et donc ça finit par me décevoir. J’ai hâte de regarder le film qu’en avait tiré Wise.
7/20

Les petits meurtres d'Agatha Christie, Episode 5 : Le Chat et les Souris - Téléfilm d'Eric Woreth ( pas Eric Woerth ) - 2010
Une série de meurtres dans un pensionnat. Beaucoup de rebondissements, d’énigmes parallèles, de sous-histoires. Un épisode très réussi.
9/20

Entre 2 vies - Reportage de Sarah LELOUCH - 2009
Six mois de la vie de Samy Nacery, entre sa sortie et son retour en prison. No comment.
6/20

Alerte – Wolfgang PETERSEN – 1995
C’est dommage, c’est nul.
Non, remarque, tant mieux si c'est nul.
5/20

Les Parasites - Philippe de CHAUVERON - 1999
Pour le personnage d’Elie Semoun, et pour la beauté d’Estelle Skornik. Tiens, c’est le deuxième film de ce réalisateur que je vois en un mois, enfin, le deuxième navet, et dans les deux cas il n’y a que la comédienne pour le sauver.
5/20

Batailles – Pièce de Roland TOPOR et Jean-Michel RIBES – 2008
Plusieurs tableaux sans rapport les uns avec les autres. Inégal, et un peu secondaire.
5/20

Les petits meurtres d'Agatha Christie, Episode 6 : Je ne suis pas coupable – Téléfilm d'Eric WORETH ( toujours pas ) - 2010
Le meurtre d’une vieille bourgeoise pour un héritage. Beaucoup moins réussi que celui de la semaine dernière.
6/20

Collision fatale - Téléfilm de Terry CUNNINGHAM - 2006
Un tout petit film de SF – une sorte de sous « Armaggedon », c'est dire - avec le très mauvais Stephen Baldwin. Il y a aussi Dirk Benedict, le fameux « futé » de l’Agence tous risques et Starbuck de la première série Battlestar Galactica.
5/20

Columbo, épisode 14 : Requiem pour une star – Téléfilm de Richard QUINE - 1972
Un épisode plutôt médiocre.
6/20

Les Diamants de la Victoire – Téléfilm de Vincent MONNET – 2010
Un petit téléfilm semi-historique, entre reconstitution et charge comique contre la noblesse de 1792, avec Lorant Deutsch et Judith Davis. Pauvre, mais passable.
6/20

La Peau de Chagrin – Téléfilm d'Alain BERLINER – 2010
Une excellente adaptation de Balzac, que je n’ai d’ailleurs jamais lu. Belle apparition de Mylène Jampanoï, qui m’a rappelé une amie du lycée à qui je fais un bisou.
9/20

Columbo, épisode 15 : Le Spécialiste - Téléfilm de Hy AVERBACK - 1972
Un bon épisode avec Leonard Nimoy en chirurgien. On y retrouve aussi la petite Anne Francis de « Planète interdite » ( vu dernièrement ) au tout début.
8/20

District 9 – Neil BLOMKAMP - 2009
Je ne m’attendais pas à grand-chose, ou plutôt si, à un film plus orienté vers l’horreur, et en fait c’est une parabole très intelligente sur l’Apartheid, la xénophobie, très réussie. Bon, évidemment il y a quelques détails un peu légers : ils parviennent à recréer leur « fluide » juste au moment où ils doivent être déplacés, mais globalement c’est un très bon film.
11/20

Mademoiselle Drot - Téléfilm de Christian FAURE - 2010
Deux excellentes comédiennes - Louise Monot, dans un rôle très sévère, et Mélanie Bernier - au service d’une histoire un peu trop froide et rustre. Mais ces destins contrariés valaient bien une histoire.
6/20 ( pour les comédiennes )

Joe Kidd - John STURGES - 1972
Un western avec Clint dont je n’avais jamais entendu parler, et qui s’avère être très efficace.
9/20

*Comme t’y es belle - Lisa AZUELOS - 2006
Tombé dessus, donc revu en bossant, mais c’est pas terrible. La petite histoire avec Géraldine Nakache est mignonne, et puis Aure Attika est Aure Attika. Difficile de le nier.
5/20

L’Homme sans nom - Téléfilm de Sylvain MONOT - 2010
Une histoire qui me plaît, un scénario très bien dosé, avec des trajectoires et des rebondissements habiles. Et surtout une actrice totalement inconnue - Blanche Gardin - mais parfaite dans ce rôle d’infirmière qui tombe amoureuse d’un amnésique. Un très beau film sur un sujet que je brode depuis longtemps. Mais la toute fin est un peu faiblarde, même si elle rassure : il va devoir aimer une inconnue…
10/20

Vieux films

Trois jours chez les vivants – Mitchell LEISEN – 1934
Bon, c'est original, il y a de belles interrogations philosophiques sur le sens de la vie, mais le scénario se développe de manière beaucoup trop simpliste et légère, sans aller à l'essentiel. Et puis, il est assez difficile de croire en l'histoire d'amour entre la jeune fille et la mort. Ca pourrait être beau, mais ça sonne terriblement faux, surtout le final, beaucoup trop théâtral et ampoulé.
Petit détail aussi : l'une des actrices est quasiment le sosie de Devon, l'actrice porno. Peut-être une aïeule ?
7/20 ( remake en 1998 « Rencontre avec Joe Black » )

André Hardy blonde trouble - George B. SEITZ - 1944
Je découvre les aventures de cette famille, et donc, contrairement à ce que je disais à propos des films de Minnelli avec Spencer Tracy et Liz Taylor, c’est sans doute la première série de comédies familiales américaine.
7/20

La Vie commence pour André Hardy – George B. SEITZ - 1941
Mon dieu que c'est gnangnan... heureusement qu'il y a Judy Garland.
6/20

La Secrétaire d'Andrew Hardy - George B. SEITZ - 1941
Secrétaire très charmante d'ailleurs, avec ses grands yeux étranges ( Kathryn Grayson, morte en début d'année à 88 ans ). Une comédie gentillette.
8/20

Ma vie est une chanson – Norman TAUROG - 1948
Un biopic de Lorenz hart, parolier de comédies musicales avec Richard Rodgers. Très bof.
6/20

La Tête d’un homme - Julien DUVIVIER - 1933
Un Maigret dans lequel Maigret ne sert à rien. L’enquête, enfin, ce qui ressemble à l’enquête, se déroule sans lui. Bref, j’ai pas été emballé du tout. Très bonne interprétation de Valery Inkijinoff, le meurtrier.
6/20

district_9