Quitte à ne rien dire depuis des mois, il se pourrait que je me remette bientôt à critiquer le nabot hongrois, le racisme d'état qu'il est en train d'instaurer, et les pratiques répressives qu'il est en train de banaliser. Allez, qu'un sang impur abreuve nos sillons...