La Saison des Immortelles – Téléfilm de Henri HELMAN - 2009
Entre « Un village français » et « Des croix sur la mer ». Réussi.
9/20

Merci de fumer – Jason REITMAN – 2006
Pas vraiment regardé en fait... mais ce que j'en ai entendu était assez pauvre.
5/20

American Pie II – James B. ROGERS - 2002
Toujours aussi potache, toujours aussi inutile, et c'est pour ça que ça se laisse regarder.
6/20

Le Repenti – Téléfilm en deux parties d'Olivier GUIGNARD - 2008
Un très bon polar, noir, nocturne, avec les docks de Dunkerque comme toile de fond, une histoire de deuxième chance d'un mec au visage refait, sa famille et son ancien meilleur ami/ennemi qui le croient mort. Bref, beaucoup de choses dans un scénar bien ficelé, et une réalisation qui tient la route.
Après le second épisode, c'est toujours aussi bien, mais noir de chez noir. J'aime bien les confrontations du héros avec sa conscience, symbolisée par l'acteur qui le joue avant son opération. J'aime bien l'histoire « neuve » avec son ancienne femme qui ne sait pas encore qui il est. J'aime bien son obstination à vouloir sauver son fils, con comme personne. J'aime bien la réalisation, les ambiances, la musique. J'aime moins les rencontres avec la juge, à la vue de tous, déjà dans le premier volet c'était limite, mais ça créait du rebondissement. Un bon téléfilm noir. Aucun salut, aucune rédemption, personne ne réchappe. Noir noir noir noir.
10/20

Le Téléphone rose – Edouard MOLINARO – 1975
C'est très médiocre.
3/20

Coup de foudre à Manhattan – Wayne WANG - 2002
C'est pas terrible. Le coup du quiproquo sur fond de différences sociales, entre un politicien et une femme de ménage, mouais, pas très persuasif.
7/20

*Il faut sauver le soldat Ryan – Steven SPIELBERG – 1998
Très belle réalisation. J'ai davantage apprécié que la première fois.
11/20

The Pledge – Sean PENN - 2000
On sent déjà l'amour de Penn pour la nature ( qu'on retrouvera dans « Into the wild » ). Par contre je trouve un peu exagéré d'enlaidir autant Robin Wright, avec sa fausse dent. Et puis la toute fin est un peu trop en décalage par rapport au reste, surtout si le prêtre meurt, l'enquête peut aboutir. Bon, c'est un bon premier film d'acteur en tout cas.
10/20

Au suivant ! – Jeanne BIRAS - 2005
Une petite comédie un peu idiote. Du travail de femme. N'y voyez aucun rapport.
5/20

*Petites confidences ( à ma psy ) – Ben YOUNGER - 2005
Revu pour la belle et magnifique Uma Thurman, qui offre à cette petite comédie un
7/20

Trafic à Saïgon – Leslie FENTON - 1948
J'aime bien. Une bonne dose d'aventures, un soupçon d'histoire policière, et surtout la relation romantique entre la somptueuse Veronika Lake et l'élégant Alan Ladd. Ils se chamaillent, jouent à se détester, il lui demande d'en aimer un autre, son jeune ami fou d'elle et condamné par la maladie. Dommage que l'ingrédient sentimental ne soit pas davantage utilisé. Il semble qu'à cette époque une fois qu'on avait embrassé l'héroïne tout était dit. Mais c'est agréable.
10/20

Ce jour-là tout a changé : l'appel du 18 juin 1940 – Téléfilm de Félix OLIVIER - 2009
Pas pu voir jusqu'au bout. Mais c'était honnêtement fait.
7/20

Dans Paris – Christophe HONORE – 2006
Un film très inégal. Les petits décalages narratifs sont intéressants, tout comme les distorsions dans la chronologie, mais on n'aura de Paris que le générique de fin, ce qui est très décevant avec un tel titre comme promesse. C'est plutôt « dans la tourmente », avec un Romain Duris qui revient chez son père pour vivre sa dépression, et dont le Louis Garrel de frère se préoccupe assez étrangement. Il y a d'ailleurs deux films en un, mais les deux faces ne parviennent pas à se compléter. Plus qu'un film inégal, un film incomplet. Comme son héros dépressif.
7/20

Le Rendez-vous des quais - Paul CARPITA - 1955
J'ai lâché prise assez vite. En tout cas ça ne valait pas plus de
6/20

Les Prairies de l'honneur – Andrew V. McLAGLEN - 1965
Un très bon western familial sur fond de guerre de sécession, avec James Stewart qui refuse de laisser ses enfants partir se battre contre ses idéaux humanistes. Mais la guerre finira néanmoins par s'abattre sur lui et sa famille. J'ignorais que Stewart avait fait d'aussi bons westerns ( comme « L'Homme qui tua Liberty Valance » ) en fin de carrière, après la période Mann. Je veux bien en découvrir d'autres aussi réussis, avec la petite larme au bout.
12/20

La Folle journée de Ferris Bueller – John HUGHES – 1986
Déjà un brin plus amusant que « Seize bougies pour Sam ». L'insouciance datée des années 80, l'ancien adolescent type Matthew Broderick, la patte John Hughes quoi.
7/20

Les Enfants d'Orion – Téléfilm en deux parties de Philippe VERNAULT – 2008
On a une espèce de truc noir à la Lost qui tue les gens dans la forêt, et puis en plus eh ben la fille du chasseur disparu elle a le sang des chasseurs millénaires qui coule dans ses veines, elle est trop triste avec ses yeux et y a trop de mystère en elle, surtout quand elle joue trop bien du violoncelle et qu'elle pleure à l'intérieur, parce qu'elle connaît le secret du monde des esprits de la chasse. Le truc noir eh ben en fait au début c'est trop un fantôme noir et à la fin en fait plus du tout : c'est trop son frère jumeau qu'elle connaît pas qui revient venger leur père, alors c'est pour ça que « c'est pas lui et c'est lui ». Et puis le jeune flic eh ben lui aussi il a de la souffrance en-dedans parce que les gens morts eh ben ils ont tué ses parents y a longtemps, alors du coup eh ben il est vengé aussi alors y s'aiment tous les deux et y font du bruit en se faisant des bisous tout nus en bougeant les jambes. C'est dingue non ? En tout cas moi je me suis bien fait chier.
4/20

Le Dahlia bleu – George MARSHALL - 1946
Pas emballé comme j'aurais aimé l'être, mais un bon polar qui arrive à maintenir le suspens jusqu'au bout, avec de bonnes fausses pistes successives. Et puis c'est toujours agréable de découvrir un bon film avec la ravissante Veronika Lake. Dommage que le fin mot ne revienne pas au héros, baladé de bout en bout, et qu'il n'y ait pas d'histoire plus torride entre l'intègre Ladd et la belle blonde.
10/20

*Opération Crossbow – Michael ANDERSON – 1965
Revu ce film de guerre qui m'avait plu, enfant, lorsque j'étais fasciné par cette époque.
8/20

La Brigade héroïque – Raoul WALSH – 1954
Rien de bien passionnant dans cette épopée de l'armée canadienne confrontée aux querelles avec et entre indiens. Et puis la musique, avec ses variations de « A la claire fontaine », ça ne relève pas vraiment la qualité de l'ensemble.
5/20

Le Tigre du Ciel – Gordon DOUGLAS - 1955
Un film très ennuyeux.
3/20

Le Bonheur est pour demain – Irving PICHEL - 1944
Un beau mélo. L'histoire d'une jeune femme sourde soignée par un jeune médecin amoureux d'elle depuis l'enfance. Alan Ladd et Loretta Young sont parfaits dans leurs rôles, et le scénario de Chandler est brillant, pour une fois parfaitement compréhensible.
12/20

Tonnerre sur Timberland – Robert WEBB – 1960
Il a drôlement mal vieilli le petit Ladd, ici en patron de bûcherons rejetés par des villageois. Bon, c'est un film sans intérêt, si ce n'est qu'au début il a une affreuse chemise rouge, et qu'à la fin c'est son meilleur ami/ennemi qui en porte une. Reste le sourire parfait de Jeanne Crain.,
6/20

L'Aigle solitaire – Delmer DAVES - 1954
Alan Ladd est chargé par le président de faire la paix avec les indiens, menés par Charles Bronson. Je n'en retiens que la petite critique de la religion catholique, à la fin, et son « paradis pour les blancs », lorsque le chef indien va être pendu.
7/20

*Révolte à bord – John FARROW - 1944
Le film commence par trois plans-séquence de bon aloi. Puis le rythme s'accélère une fois le navire en mer. Un bon film du genre, avec la dure vie des marins persécutés par un capitaine tyrannique et son lot de déboires. Dommage que la fin soit bâclée en une minute. Mais l'ensemble est de très bonne facture.
10/20

La Chasse – William FRIEDKIN – 1980
Euh, c'est assez horrible comme film, surtout pour moi qui suis hétéro pur jus. Je ne comprends pas le héros, ses motivations, et on dirait même que tout est fait pour qu'on le croie au fur et à mesure gay et meurtrier. La seule chose de bien est le titre : un chasseur et tueur de gays qui est chassé par Pacino. Ca fait pas beaucoup pour un film...
4/20

Ca chauffe au lycée Ridgemont – Amy HECKERLING - 1982
Tiens, curieux, du sexe entre adolescents, en mots et en images. C'est franchement osé pour l'époque, je trouve, pour un film destiné aux jeunes. Mais le ridicule est omniprésent lui aussi. Pour résumer : les filles sont mignonnes ( dont Phoebe Cates ) et les mecs sont idiots.
6/20

Veronica Mars ( Saison II, épisodes 5 à 22 )
Une bonne saison. Rien n'est encore définitif dans chacune des intrigues, donc vivement la dernière saison pour connaître les aboutissants. Sinon, entre les épisodes 19 et 20, les cheveux de Kristen Bell ont poussé de vingt centimètres. Ce qui est de plus en plus agréable à regarder...
10/20