"Jusqu’à l’enfer"
Avec Bruno Solo et Delphine Rollin, très bons tous les deux. Le scénario tient la route, j'ai été baladé jusqu'au bout, mais on s'éloigne quand même beaucoup de l'univers simenonien typique. Néanmoins, une bonne adaptation.

"Les Infiltrés" de Martin SCORSESE - 2006
Revu pour vérifier, et toujours pas convaincu. C’est juste un bon polar, pas un grand film.

"La Môme" de Olivier DAHAN - 2007
Très belle interprétation ( malgré le maquillage ) de Marion Cotillard, mais comme je n'ai jamais vraiment aimé Piaf, et que c'est trop décousu chronologiquement ( ils ont voulu faire un Lelouch ou quoi ? ), j'ai eu du mal à rentrer dedans, et d'ailleurs j'en suis sorti au bout d'une heure. J'aime bien le début, avec Emmanuelle Seigner, c'était horrible ce moment où elle est récupérée par son père. A voir en entier dans longtemps, quand j'aurai une copine...

"Monsieur Ripois" de René CLEMENT - 1956
J'ai bien aimé, c'est parfait pour Gérard Philipe, superbement enfantin, et ça tend vers le drame sans jamais y sombrer vraiment. Comme le personnage, qui se raconte sans que l'on sache s'il est sincère ( on en doute quand même énormément ), il plane un mystère sur ce film, filmé façon Nouvelle vague précoce. Intéressant donc.
10/20

"Les Femmes de ses rêves" des frères FARRELLY - 2007
C’est sympathique, notamment grâce aux charmes des belles Malin Akerman et surtout Michelle Monaghan, mais c’est aussi amplement gâché par cet humour pipi caca gamin imbécile qui caractérise les deux frangins réalisateurs.
7/20

"Les Amants de l’ombre"
Avec Julie Debazac et Anthony Kavanagh. Un peu gentillet et simpliste, mais il est toujours bon de rappeler le sort des soldats noirs.

"Le Drapeau noir flotte sur la marmite"
de Michel AUDIARD - 1971
D’après Fallet, mais on est très loin des « Vieux de la vieille ». C’est même le petit garçon qui donne son charme au film, qui outre cela navigue vers le Audiard ronflant.
6/20

"Elle cause plus elle flingue" de Michel AUDIARD - 1972
Mouais, sans commentaires… si ce n’est que le Jésus il a une belle perruque toute pourrie.
0,2/20

"Samson et Dalila" de Cecil B. De MILLE - 1949
Déjà vu. Si on a un peu d'indulgence pour le genre péplum, c'est acceptable.
6/20

"Very bad trip" de Todd PHILLIPS - 2009
Une comédie loufoque, avec quelques bons moments délirants. Et la belle Heather Graham.
7/20

"Le Bourgeois gentilhomme" de Pierre BADEL - 1968
Une adaptation filmée, avec Serrault, Varte, Ceccaldi, Creton, Darras, Carrel, Hiegel, Torrens. Serrault est parfait, mais les scènes de danse sont trop nombreuses et ennuyeuses, et les femmes ne sont pas très attirantes. Tant pis pour cette version.

"Entre deux ombres" de Pierre VENAULT - 2009
Un téléfilm qui vaut pour l’ambiance hivernale et la belle Anne-Lise Hesme, très bien, mais qui ne parvient jamais à intriguer vraiment, encore moins à passionner.

"Un printemps à Paris" de Jacques BRAL - 2004
Je craignais le pire avec le début, mal fichu, puis ça se laisse regarder, notamment grâce aux charmes de Pascale Arbillot, puis Florence Darel et Anne Roussel dans de trop brèves apparitions. J’aime beaucoup revoir des actrices de mon adolescence. Sinon, le polar est bien - même si on ne saura jamais où il veut en venir avec son « printemps » et les quelques plans poétiques de nature - et Sagamore Stévenin maîtrise jusqu’au bout son rôle de truand implacable et juste.
7/20

"Dialogue avec mon jardinier" de Jean BECKER - 2007
Un beau film, de bons moments, de bons dialogues justement. Darroussin est très bien.
10/20

"Indigènes" de Rachid BOUCHAREB - 2006
Je ne vois pas de prix d’interprétation masculine là-dedans, mais bon, comme c’était plus démago et gage de bonne conscience qu’autre chose, pourquoi pas. C’est dommage pour les deux ou trois femmes du film quoi ( dont la sublime Mélanie Laurent ). Sinon, c’est un film juste, puisqu‘il pointe son lot d‘injustices. Par contre, la dernière heure baisse de rythme et ça devient très ennuyeux, d‘autant que c‘est l‘attente d‘un massacre annoncé, avec son injustice ultime : tout cela ne servait à rien.
7/20

"Beauté fatale" ( d’après « Le miroir à deux faces » d’André CAYATTE ) - 2009
Téléfilm vu uniquement pour Claire Keim, et comme d’habitude, c’est pas terrible. Ici, l’héroïne s’appelle Alice, et celui qui la sauve Laurent, je n‘ai réalisé qu‘à la fin. D’ailleurs, elle ressemble à Céline, un ancien amour, et son personnage de pianiste soliste la rapproche d’Hélène Grimaud, une des rares femmes qui me fascine ( enfin… pas que physiquement disons ). Sinon, ça ressemble un peu à « L’Enfer » de Clouzot/Chabrol, mais on passe une première moitié à attendre l‘opération, puis les rebondissements de la seconde ne captivent jamais vraiment.

"Livraison à domicile" de Bruno DELAHAYE - 2003
Une comédie gentillette, avec l’excellent Thierry Frémont et l’excellente Barbara Schulz, qui hélas tourne peu au cinéma, ou dans ce genre de films secondaires qui ne lui rendent malheureusement pas honneur.
6/20

"Ma super ex" de Ivan REITMAN - 2005
Pour Uma Thurman, qui se prénomme Jenny, et qui ressemble plus que jamais à ma Jenny, en galeriste à lunettes. Elle m‘a toujours fait penser à elle et que c‘est en grande partie pour ça que je l‘aime. Après, ça ressemble au film des Farrelly, où la fille idéale se transforme en plaie intégrale sitôt conquise - ici, jalouse et autoritaire Sinon, c’est quasi intégralement et profondément stupide.
6/20

"Le Plaisir" de Max OPHÜLS - 1952
C’est charmant et bien réalisé. C’est dommage qu’il y ait trois sketches aussi inégaux, mais l’ensemble se tient néanmoins. Et ça permet de finir sur cette phrase « le bonheur n’est pas gai ». Le plus marquant reste la réalisation, très ambitieuse et par conséquent trop visible ( Il aurait quand même pu se passer de plans par trop alambiqués et souvent un peu cahotants. Mais certains sont intéressants, comme le plan d’ouverture de La Maison Tellier )
9/20

"On va s’aimer" de Ivon CALBERAC - 2006
Une très bonne comédie sentimentale moderne sur les trentenaires parisiens ( avec des passages chantés, à la "On connaît la chanson", qui lui était axé sur les quinquas ). Et puis le charme de Mélanie Doutey fonctionne à plein.
9/20

"Le Capitan" d’André HUNEBELLE - 1960
C’est toujours agréable de revoir un bon vieux film de cape et d’épée.
7/20

"Happy Feet" de George MILLER - 2005
Mouais, c’est mignon. Mais on finit par se désintéresser très vite.
4/20

"Secret Agent" d’Alfred HITCHCOCK - 1936
Des espions de pacotille, une intrigue inutile. Un bien piètre Hithcock
6/20

"Loin de la foule déchainée" de John SCHLESINGER - 1967
Un beau film avec la magnifique Julie Christie, Peter Finch, Terence Stamp et Alan Bates, bref, pas des mauvais. Une réalisation très élégante, un drame romantique autour des atermoiements sentimentaux de la magnifique Julie Christie. Un peu long sur la fin ( le film dure 3 heures ). Mais il n’est jamais désagréable de découvrir un bon drame romantique avec la magnifique Julie Christie.
12/20

"Comme une image" d’Agnès JAOUI - 2004
Eh bien justement c’est peut-être un peu trop sage, le chant lyrique baroque, les péripéties familiales sans grande originalité ni profondeur, la souffrance d’une jeune femme qui vit mal son excès de poids, et le dédain de son père, bon, d’accord mais c’est loin d’être passionnant.
7/20

Far_from_madding_crowd