Eh bien moi, contrairement à Renaud Revel, qui déplorait l'absence d'intervention de Frédéric Taddeï lorsqu'il laissait Mathieu Kassovitz s'exprimer, je déplore le fait que Paul Amar soit juge et partie dans cette émission, qu'il anime, et qui ressemble davantage à un procès qu'autre chose.

D'un côté certains veulent réviser, vérifier certains faits, et de l'autre le vrai et grand journaliste supérieur aimerait bien infliger une petite correction au vilain garnement à la pensée divergente. Navrant. Il y aurait d'autres choses à dire ( notamment sur les pauvres arguments de la chroniqueuse, qui s'inspire de l'enquête d'une rare mauvaise foi de Maleterre ), mais là je suis agacé. J'y reviendrai peut-être plus tard.

Et que vient faire la petite évocation finale de Dieudonné là-dedans ? Comment mettre le révisionnisme, le négationnisme, l'antisionnisme et l'antisémitisme du même côté en un coup de cuillère à pot. Ca m'écoeure.