bayroubendit

Après le piteux spectacle donné lors de son émission, elle aurait pu faire amende honorable, prendre sa part de responsabilité. Tu parles. En bonne professionnelle de la communication, Arlette Chabot estime qu’elle n’a rien à voir avec le fait que ce qui devait être un débat sur les européennes ne tourne à la foire d’empoigne. Insultes comprises. Interrogée par Lepoint.fr, la directrice de la rédaction de France 2  :  « Je n'ai jamais vu ça, confie Arlette Chabot au point.fr. C'est la culture banlieue qui entre dans le débat politique. Tous les coups sont permis.» « Certains ont envie de cette confusion et ne font rien pour que le débat soit plus clair. Il y a un côté cour de récré »   a-t-elle ajouté sur Europe 1. Rompue à l'animation de débats politiques, son expérience n’aura servi à rien pour éviter de monter un des pires débats politiques de l’histoire de la télévision. Huit invités, quatre prioritaires, quatre « seconds couteaux » déjà gonflés à bloc par la scénographie arbitraire de l’émission. Sans compter les non-invités, comme Nicolas Dupont-Aignan ou Nathalie Arthaud… Des débats qui partiront tous en vrille. Et « la journaliste-d’expérience-spécialiste-des-débats » n’y serait pour rien, invoquant l’irruption de la « culture banlieue dans le débat politique ». Il fallait l’inventer.

Sur le forum de l’émission,  les téléspectateurs ne sont pas de cet avis et rejettent largement la faute sur Arlette Chabot : « Après avoir regardé le débat hier soir, la prestation la plus remarquable est celle d'Arlette Chabot ! Mis à part Xavier Bertrand, Martine Aubry et Besancenot, elle n'a laissé s'exprimer aucun candidat sans les interrompre systématiquement comme pour brouiller leur message. Faut-il y voir de l'incompétence ou de la connivence  et dans ce cas avec qui ? Je vous fais grâce de mon opinion » estime Corali40.  « Arlette Chabot a manqué de respect envers tous hier, à commencer par les électeurs eux-mêmes. Agressive, coupant la parole, donnant son avis... Elle ne mérite pas de présenter une telle émission, surtout avec le dédain qu'elle affiche ouvertement envers certains de ses invités et le manque d'intérêt qu'elle porte elle -même au débat! Elle n'a d'ailleurs pas manqué de souligner en conclusion, le peu d'intérêt que peuvent trouver les gens à son émission ! » poursuit Adaboville.  Lyansam la joue ironique : «Madame Chabot a très bien fait son boulot. Laisser parler librement le représentant de l'UMP, couper constamment ses opposants , accorder d'avantage de parole aux petits favoris du président , invectiver la représentante du FN. Du travail de pro de journaliste de service public». Bobedon suggère à Arlette Chabot de se concentrer sur ses activités de chef des informations : « Le concept de l'émission est parfait, mais, de grâce, laissez la gestion des débats à un journaliste capable de les gérer! On se croirait dans la cour de récréation de la maternelle ! ».

Abcd72 met les pieds dans le plat : « Madame Chabot je viens de regarder votre émission sur l'Europe, je vous suggère de démissionner pour laisser votre place à une personne plus compétentes, aujourd'hui vous êtes complètement « has been », incapable de poser les bonnes questions, incapable de laisser répondre vos invités sans leur couper la parole, incapable de faire vivre un débat instructif (…) ». Le sénateur Jean-Luc Mélenchon a, lui aussi, clairement mis en cause la journaliste de France 2  : « Le service public de l'audiovisuel se comporte d'une manière indigne depuis le début de la campagne » a-t-il déclaré sur RMC. Il a accusé la journaliste Arlette Chabot, qui était « comme une boule dans un flipper », d'avoir organisé le débat de telle manière qu'il a tourné à « la foire d'empoigne ». « On a donné la part belle aux grandes formations: nous, on nous a mis derrière le rideau parce que, nous, on est les pauvres, on vient pour le café, parce que les têtes d'oeuf du coin ont décidé que nous on était les petits », a-t-il lancé. Les sondages créditent chaque petite formation d'un score ridicule, donc les chaines de télévision ne les invitent pas et ils restent éternellement dans la catégorie des petits candidats. Un système qui convient parfaitement aux partis en place. C'est bien là l'essentiel. Que rien ne bouge.

Régis Soubrouillard in Marianne2.fr