"Si seulement" de Gil JUNGER - 2004
Un film très inégal. Autant l'ensemble est traité de manière très légère, pour en faire une romance sentimentale assez basique dans sa forme et même franchement nunuche ( c'est relativement fréquent dans le genre, pourtant ça ne lorgne pas vers la comédie ), autant l'histoire permettait de belles choses, plus dramatiques et moins édulcorées, qui ne sont qu'esquissées. Le sens qu'on donne à sa vie, nos choix face à elle, l'amour plus fort que la mort, le rêve prémonitoire, la fatalité...
Un mix entre "Groundhog day" et "Pile et face", cela dit avec une actrice beaucoup moins charismatique, et un héros agaçant, je ne sais plus pourquoi. J'aurais adoré voir l'histoire se prolonger avec la deuxième facette de la pièce, mais le scénariste préfère finir avant de se compliquer la tâche. Dommage. Ah, et le côté passionnée de musique classique qui nous sort de la soupe, pas terrible. Un peu trop propre et "guimauve" pour sonner "vraiment vrai" et faire ressortir la force "possiblement possible", mais pourtant une belle petite surprise troublante. Mon petit coeur fera toujours de moi un piètre critique...
10/20 ( A moi d'achever le scénario dans ce style "amour a-temporel" qui me fascine tant )

"Un Conte de Noël" d'Arnaud DESPLECHIN - 2008
Beaucoup de choses dans ce film. Peut-être même trop. Et trop appuyées. Trop de douleurs, de tensions et d'aigreurs agglutinées. Trop d'histoires emmêlées, qui ne cherchent pas à se démêler d'ailleurs. Tous semblent vouloir perpétuer la souffrance des autres et la leur. Trop peu d'espace pour respirer ( hormis l'histoire entre Chiara et son amoureux secret ). Je n'ai pas vu une lueur d'espoir ( le père, oui, totalement détaché, on se demande ce qu'il fout là ), une note d'humour, si ce n'est dans le désespoir du personnage d'Amalric. Trop d'entrées de plans en rond, comme chez Chaplin. Deux trois plans totalement ratés. Et un film trop long aussi. C'est habituel chez Desplechin, mais là c'était pas indispensable. Du coup, j'ai moyennement apprécié. Il aurait fallu alléger un peu, revenir à des choses moins lourdes, moins de personnages. En tout cas c'est loin d'être un contre de Noël. C'est plus du Dickens là, c'est Kierkegaard et Dagerman.
9/20

"L'Orphelinat" de Juan Antonio BAYONA
Un beau film, très bien réalisé ( cadre, lumière, musique, montage ), sur un scénario sans surprise ( on pense aux films plus intimistes de Del Toro ), mais avec une belle intensité dramatique, sur l'amour d'une mère pour son enfant adoptif, jusqu'à choisir la mort.
Encore une très belle interprétation de Belen Rueda, après "Mar Adentro".
12/20

"Asylum" de David McKENZIE - 2005
Au début, une belle histoire d'amour qui s'amorce, même si on peut regretter le manque de dialogues entre les deux amants. Puis on tombe dans les affres de la jalousie et de l'amour vache, et finalement dans la manipulation d'un psychiatre qui vit la passion amoureuse par procuration. La deuxième partie est donc un peu trop dramatique et tombe dans un pathos exagéré. Un drame triste, donc.
6/20

"L'échange" de Clint EASTWOOD - 2008
Un beau film, encore une fois, d'après une histoire vraie. Le combat d'une mère ( très belle Angelina Jolie ) pour retrouver son fils, qui se retrouve internée par la police qui cherche à camoufler ses échecs. Le film finit sur une partie tribunal un peu longue, mais l'ensemble est cohérent et touchant. On a presque droit à un happy end, puisque les méchants flics et les méchants psys sont punis.
10/20

"La chambre des officiers" de François DUPEYRON - 2001
Un beau film sur les gueules cassées de la première guerre mondiale. Une belle lumière sépia, quelques zooms malheureux, de beaux moments dramatiques, d'excellents comédiens, de charmantes actrices, bref, ça se regarde sans déplaisir. Dommage qu'il n'y ait pas de suite à l'histoire avec la jeune Clémence croisée au début ( Géraldine Pailhas )
10/20

"Le premier jour du reste de ta vie" de Rémi BEZANCON - 2008
Un bon petit film sur une famille, sur une dizaine d'années. J'ai bien aimé. Il y a plein de petites choses, et même un jeune homme romantique solitaire guitariste chevelu raté en phase régressive dans lequel je me suis bien reconnu.
C'est simple, léger et grave, équilibré et sans excès, sans défauts majeurs, je recommande.
11/20

Une très belle pièce, "En toute confiance" de Donald MARGULIES, avec Barbara Schulz ( que j'adore ), Jean-Pierre Liorit ( que j'aime beaucoup ) et Jean-Pierre Malo ( très bon )

Regardé "Horton" avec le petit-fils de ma voisine.
C'est sympa, rigolo, une belle petite leçon de vie.

Vu aussi la première pièce en direct sur le nouveau service public, "Le temps des cerises" de Niels ARESTRUP, avec Eddy Mitchell et Cécile de France, en bossant. J'ai pas été emballé, surtout après celle d'hier soir, qui traitait mille fois mieux de l'art et de ses vicissitudes. Mais la petite est mignonne...

Ces derniers jours, j'ai regardé les treize épisodes de la série américaine "Day Break".
Un scénario intéressant, une idée de départ qui me plait beaucoup, mais bon, il y a quand même des erreurs, et ça devient un poil compliqué pour rien à la longue. Et puis c'est quand même tout sauf plausible, donc un peu facile finalement. Sympa néanmoins.

"Wanted" de Timur BEKMAMBENTOV - 2008
Ce qui est sûr, c'est que le réalisateur est bon, et aussi qu'il tourne toujours autour de la même histoire ( j'ai vu son "Day Watch" le mois dernier, plus sombre et plus complexe, mais en gros le même délire ). C'est donc un film d'action très efficace, avec la transformation d'un jeune paumé angoissé en tueur sans failles. Ca finit par tuer un peu beaucoup et à oublier de remettre un peu d'histoire sur la fin, mais au moins il y a Angelina Jolie, donc ça se laisse regarder très facilement. Mais il n'en reste rien.
7/20

Vu la saison 4 de "Prison Break", et je crois qu'ils se lassent eux-mêmes d'écrire une suite à rallonge, parce que y vraiment pas que du bon. A la fin, j'ai même un peu envie de rigoler tellement c'est idiot, tellement on s'y attend, et tellement ça contredit les saisons précédentes. Bref...

"It's a boy girl thing" de Nick HURRAN - 2006
Un teen-movie qui se laisse regarder. La rencontre d'un branleur et d'une coincée qui se retrouvent dans le corps de l'autre et apprennent à s'aimer. Tout le côté teen-movie est donc naze, mais l'histoire d'amour est mignonne.
6/20

"Ma vie n'est pas une comédie romantique" de Marc GIBAJA - 2007
Une pâle copie de "Quand Harry rencontre Sally", mais avec des éléments superficiels rajoutés, et la magie en moins. Du coup, ça gâche énormément le plaisir. Mais putain, Marie Gillain, qu'est-ce qu'elle est "bonne", surtout déguisée en Meg Ryan...
8/20 ( pour Marie Gillain )

"Vicky Cristina Barcelona" de Woody ALLEN - 2008
Alors certes les deux demoiselles ( puis trois ) sont très séduisantes, le ton estival, chaud et lascif nous entraine dans une belle petite vacance des sens, mais au début seulement. Lorsque le couple se forme et que madame Cruz apparait, c'en est fini du charme et des troubles. Tout semble préfabriqué, il n'y a plus de sincérité. Selon moi, l'invitation qui ouvre le film aurait dû tenir le film sur sa totalité, avec la différence entre les deux filles et le mystère de leur hôte et du pays. mais nous n'avons qu'un bon début pour un film certes plaisant mais bâclé je trouve.
10/20 ( parce que quand même c'est un ton très sensuel et "ouvert" que j'apprécie )

'tain, il ne tournera pas son prochain film à Paris...
Bon, il l'a déjà fait, mais j'aurais bien aimé qu'on le laisse tourner comme il le souhaitait dans notre belle capitale.

 
Vieux films

"Les Yeux cernés" de Robert HOSSEIN - 1964
Les fameux "beaux yeux" de Michèle Morgan, dans un polar étrange, mais sans grand intérêt. La petite Marie-France Pisier avait un charme insolent et sort du lot.
7/20

"Les Diaboliques" de Henri-Georges CLOUZOT - 1954
Un bon film construit sur une intrigue intéressante, en deux parties : l'élaboration du meurtre, puis la recherche du cadavre. Cela dit, on devine assez vite comment le film va finir, et cette fin est un peu idiote d'ailleurs ( si le commissaire a deviné, il peut empêcher le meurtre, enfin bref. Faudrait revoir le remake, dont la fin est différente, et dont je ne me souviens plus - si quelqu'un se souvient... ).
Une réalisation soignée, malgré quelques zooms en trop et un montage parfois un peu approximatif. Une Simone Signoret impeccable, froide. Une Véra Clouzot qui en fait un peu trop ( et avec sa robe de nuit transparente, c'est sexe pour l'époque, il est coquin ce Clouzot de mari. Tiens, fait étrange, elle meurt quelques années après, comme dans le film ). De bons Meurisse et Vanel. Un moment agréable, mais pas un chef d'oeuvre. Le film prend trop de temps à ne pas dire grand chose...
10/20

"Bonne chance" de Sacha GUITRY - 1935
Le premier film du bonhomme : une petite comédie romantique légère et enjouée, très "Belle Epoque", désinvolte et fraîche. Quasi lubitschienne. Où un peintre amoureux de sa jeune voisine lui porte chance, jusqu'à ce qu'elle ne puisse se passer de lui. En gros. Mais elle l'aime aussi depuis le début. Bref, c'est plaisant.
9/20

"Le cas du docteur Laurent" de Jean-Paul Le CHANOIS - 1957
Un film sur la libération des femmes, notamment sur l'accouchement sans douleur, introduit par Gabin dans un village perdu des Alpes. Finalement, chacune des villageoises finit par s'émanciper du poids des traditions.
8/20

"Sous le signe du taureau" de Gilles GRANGIER - 1968
Euh, c'est totalement creux et insignifiant. Pourtant, Grangier et Gabin, mince, ils ont fait de bonnes choses ensemble... La seule chose intéressante, c'est la partie tournée à la gare de Rouen et à Duclair ( près de chez moi donc - d'ailleurs juste après j'ai fait un rêve dans cette gare, comme par hasard )
4/20

Pas vu beaucoup de films en Février. Allez, du coup, j'illustre avec une pièce de théâtre qui m'a beaucoup plue...

entouteconfiance