Discours de clôture lors de la conférence nationale du 8 février 2009, marquant le coup d'envoi de la campagne du Mouvement Démocrate pour les européennes.

De nombreux sujets évoqués : la situation politique, économique et sociale française, les fausses réponses et les "abus de pouvoir" du président en place, l'enlisement de sa politique, l'oubli de la Guadeloupe et de la Martinique, sa volonté de réintégrer le commandement de L'OTAN, sa main-mise sur les médias, sur la Justice, bref, sa surdité face à la majorité des français.

La crise permet à notre nabotléon d'excuser sa politique, mais aucunement de l'envisager différemment. Il devient le propre commentateur et théoricien de son impuissance. Et Bayou s'impose plus que jamais comme étant un espoir pour après - et dès à présent avec les Européennes.

Très bon discours.