marc_machin_le_jour_de_sa_liberation_358Marc Machin est sorti de la maison d'arrêt de Rouen ce mardi matin. Que ressentir lorsque l'on sort de prison après sept années pour un crime que l'on n'a pas commis ? La joie ou la colère ? L'espoir ou le désespoir ? Marc Machin lui "n'a jamais perdu espoir". Ce jeune homme de 26 ans a à peine 20 ans lorsqu'il est confondu avec un autre homme pour le meurtre de Marie-Agnès Bedot sous le pont de Neuilly en décembre 2001. Il avouera le meurtre lors de sa garde à vue et finira par se rétracter et nier les faits qui lui sont reprochés.
L'homme innocenté ne montre aucun signe de colère : "Je ne parle pas beaucoup. Je préfère démontrer que je peux être quelqu'un de bien". Pourtant il reconnaît avoir traversé des moments de "grande détresse". Il clame son innocence en 2004, et fait appel de sa première condamnation. Mais la Cour d'assises des Yvelines rejette l'appel en 2005 à son plus grand désespoir.
Aujourd'hui, c'est "plus serein", il souhaite chasser de sa tête ses années de cauchemars ainsi que "le bruit des clés dans les serrures". "Je veux m'insérer dans la société, passer mon permis de conduire et suivre une formation pour travailler avec les chevaux. Et profiter de ma famille. J'ai 26 ans et ma vie à construire." déclare-t-il. Démarrer une nouvelle vie passe avant tout selon lui par sa "réhabilitation"dans la société. Car Marc Machin ne bénéficie pour l'instant que d'une "suspension de peine". Il souhaite désormais que sa condamnation soit officiellement effacée et ainsi jouir à nouveau de ses droits de citoyen.

Tiens, je ne savais pas qu'il était incarcéré à Rouen, à un kilomètre de chez moi. Comme un certain André Kaas tiens...
Eh bien, j'en avais déjà parlé il y a quelques mois, mais je suis bien content qu'un jeune homme innocenté sorte de prison, après près de sept ans de vie gâchée. Il va de soi que la Justice ( désolé pour la majuscule ) n'y est pas pour grand chose, mais elle aura au moins eu le mérite de reconnaître ce tort. C'est tellement rare. J'espère que ce cas sera le premier d'une longue et grande série, qu'il y aura des enquêtes sur les interrogatoires et la manière dont on obtient des aveux erronés ( d'autant qu'il n'avait pas expliqué les faits en détail, pas top comme investigation, même si tout semblait l'accabler ), que les tests ADN ne serviront pas qu'à arrêter les voleurs de scooter présidentiels, que des dossiers seront rouverts plus facilement, et qu'on aura droit à d'autres libérations.
Et aussi des incarcérations plus justes. Non, je ne parlerai pas ici de Pasqua, même si la tentation est grande. Mais après tout, puisque le fils purge enfin sa peine, pourquoi ne pas faire un regroupement familial et mettre directement le grand Charles en prison, au nom de la présomption de culpabilité ? Pas forcément pour l'Angolagate, mais déjà tout simplement pour avoir triché au Monopoly des Hauts-de-Seine. Et pas dans une cellule de base où des violeurs te regardent pisser, mais en quartier VIP ( vous croyez pet que le fils Pasqua connaîtra les mêmes cellules que celles de Marc Machin ? A ce propos, je précise qu'à Rouen il y a eu deux prisonniers tués par leurs codétenus en tout juste un an )
Et puis des poivrots qui ont tué après avoir bu du Ricard, y en a une bonne poignée aussi... Comment ça je m'éloigne ? Moi j'appelle ça de la complicité de meurtre. Bon allez okay, j'exagère, mais j'ai comme l'impression qu'il ne fera pas un seul jour de taule, et qu'il y a une justice à dix vitesses. Pourquoi pas un tribunal arbitral pour sa gueule, comme pour Tapie ? Pourquoi pas des indemnités pour plaintes abusives, comme pour Jean Sarkozy ? Ou pour harcèlement moral ? Parce qu'avec toutes les affaires dans lesquelles il est en cause... Ah ouais, un  ancien ministre de l'Intérieur en prison, ça casserait un peu l'image, c'est sûr... Mais je crois qu'on accepterait calmement l'idée, finalement c'est assez logique, quoi de plus intérieur qu'une cellule, même tout confort ?
Et je crois aussi qu'il va falloir s'y habituer...