Bain de soleil aux Jardins de Saint Ouen avec Fabien, et Marlen, qu’on a croisée. On s’allonge sur la pelouse, au milieu de dizaines d’autres groupes, et on ne dit rien, pendant une heure ou deux. Le soir, je suis invité à un barbecue chez J-B. Dans son jardin, qui descend vers les quais, il a installé une guirlande d’ampoules au-dessus de la table. On se croirait à Argenteuil, au siècle dernier, dans un tableau de Monet. C’est très agréable, et le temps est doux, tout comme le vin et la musique qui filtre par la fenêtre ouverte du salon. Plus tard, quelqu’un s’installe au piano, orné de deux candélabres, et nous joue quelques improvisations jazzy. S’il fallait rajouter quelque chose, je crois que ce serait une fille qui m’aime à mes côtés…
 Fabien et moi finissons la soirée chez Marlen, après la fermeture. Pour délirer, on la porte pour aller chercher du dentifrice dans une pharmacie encore ouverte à trois heures. Fabien se sent très en vaine pour nous narrer les pires inepties, juste pour la faire rire. Elle est vraiment bien.