DoisneauUne étude tout ce qu'il y a de plus sérieux explore les motivations cachée de cette pratique commune à 90% de l'humanité. Un domaine de recherche encore peu exploré, regrette une de ses trois co-auteurs, Susan M. Hughes, du département de psychologie du Albright College, dont l’étude comprend pourtant une cinquantaine de références à d’autres recherches sur des thèmes environnant. Les auteurs de l’étude ont interrogé plus d’un millier d’étudiants de l'université d'Albany (capitale de l'Etat de New York). C’est un biais, concèdent-ils. Vu l'âge de la population de référence, leur travail ne prend pas en compte la fonction du baiser chez les couples mariés. Par ailleurs, préviennent les auteurs, les travaux s’appuient sur du déclaratif plutôt que sur "des observations directes et des manipulations expérimentales" (quel dommage). En découvrant leurs conclusions, on apprend qu’on s’embrasse dans 90% des cultures humaines. (Les autres? Ils se soufflent dans la figure, se frottent le visage…) Et que les animaux, au moins les bonobos, s’embrassent aussi avec la langue.
Pourquoi donc s'embrasser ? Les auteurs de l’étude ont répertorié trois types de raisons pour lesquelles on embrasse :

1. Parce que c’est bon.
Non, ça c’est pas vrai, on l’a rajouté pour rire.

2. Pour sélectionner son partenaire.
"Au moment d’un baiser, se produit un échange incroyablement riche d’informations, venant de l’attitude, du toucher, ou d'indices chimiques" qui peuvent aider à évaluer le partenaire potentiel. Or la bouche est l’endroit parfait pour une détection maximale d’informations, approuve une chercheuse extérieure à l’étude interrogée par le Washington Post: "Des gens se sont fait poignarder sans s’en rendre compte, mais le plus léger passage d’une plume sur vos lèvres et vous le sentez intensément." Les femmes percevraient mieux ces informations (goût, odeur, informations sur notre état de santé). L’homme pourrait inconsciemment repérer la fertilité de la femme en embrassant. Car, dit l’étude, pendant l’ovulation, la salive de la femme contient des molécules particulières, indicateur de fertilité que les hommes pourraient détecter en embrassant (beaucoup). Mais parce que les hommes détectent toutes ces informations moins bien que les femmes, ils doivent augmenter leur capacité de détection. Ce serait la raison pour laquelle ils sont plus nombreux à dire préférer les baisers "plus" (bouche plus ouverte, plus de salive, plus de langue…).

3. Pour "établir un lien"
"Si vous acceptez un baiser, vous prenez le risque d’attraper une maladie", autrement dit vous vous exposez et vous créez un lien avec la personne. Cette fonction tiendrait, "consciemment ou non", un rôle d’indicateur de l’état de la relation en quelque sorte et de l’implication ou non du partenaire. Toujours selon la même étude, les hommes éviteraient d’embrasser pendant des relations courtes pour éviter de développer ces liens. Le baiser est aussi un outil de résolution de conflit: “Embrasser en geste de réconciliation s’observe chez d’autres primates.”

4. Une stratégie pour augmenter ses chances d’avoir des relations sexuelles.
Les hommes sont plus nombreux (plus de la moitié) que les femmes (15%) à envisager d’avoir des relations sexuelles sans avoir embrassé d’abord. Mais ils le feront probablement parce que, plus que les femmes, ils croient qu’un baiser débouchera sur une relation sexuelle.

Guillemette Faure, in rue89

C'est vrai qu'il y aurait fort à dire sur les raisons d'un baiser, le pourquoi d'une attirance physique, les mécanismes biologiques qui sous-tendent les relations humaines et suscitent les rapports sexuels. C'est pourquoi je ne m'y aventurerai pas ce soir...