Je vais coller tous mes poèmes, dans l'ordre chronologique, au fur et à mesure.
Les poèmes intéressants ( selon moi ) arriveront donc beaucoup plus tard.

Là, j'avais seize ans, je ne pouvais pas échapper à la lourdeur des débuts.
Je crois n'avoir jamais commis poème plus piteux que celui-ci...

14k27005A Judith...

Dans un grand jardin ténébreux
Où se perd l'ombre des étoiles,
Une étincelle papillonne

Elle demeure à jamais au creux
D'une statue qui se dévoile,
Mais qui ne regarde personne

L'éclat aveugle de ses yeux
Croise celui d'un enfant pâle
Allongé devant elle, en sueur

Comme il a renoncé au jeu,
L'enfant retrouve son mal,
Trempant la lame dans son cœur

- Le silence tourne autour d'eux.
Seule la nuit entend leur râle,

Le chant que fredonnent leurs âmes...

Décembre 1991