saddam_happiertimesIl y a eu hier deux très bons discours de Jean-Claude Sandrier puis de Jean-Marc Ayrault devant l'Assemblée Nationale - lors des discussions sur l'envoi de troupes françaises supplémentaires en Afghanistan - dans lesquels il était rappelé combien les états-uniens multiplient depuis des décennies des guerres inutiles et coûteuses, notamment en vies humaines, et que nous ne devons pas nous enliser avec eux dans ces échecs successifs. Il est de notre devoir d'aider au redressement du pays, d'assister au renforcement de son gouvernement élu, de trouver des solutions au terrorisme taliban et au narcotrafic qui ravage le pays, mais en aucun cas de servir les intérêts états-uniens et leur nationalisme va-t-en-guerre. D'autant - dois-je le rappeler ? - que "nos caisses sont vides" ( et elles vont l'être encore davantage après la caution payée à notre ami Idriss Déby ).

"Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre l'Afghanistan" a dit G.W. Bush, citant son ami Sarkozy. Bah non, bien sûr, ça la foutrait mal, elle aurait une drôle de gueule la tenaille Afghanistan/Irak pour envahir l'Iran dans quelques années. Mais, au prix de combien de morts et de sacrifices français ? Non, il est inacceptable que cette décision soit prise, et sans vote au Parlement. Mais après le Traité de Lisbonne passé en douce il y a deux mois, on commence à s'y faire...

Sur le même plan, il faudrait peut-être s'inquiéter dès à présent du projet de notre nabotléon d'établir une base militaire dans le port d'Abu Dhabi, aux portes du détroit d'Ormuz, face à l'Iran. Cette idée n'est rien moins qu'un message envoyé aux iraniens, afin qu'ils nous considèrent bel et bien, et dès l'année prochaine, comme des ennemis inévitables. Certes, notre pétrole provient principalement d'Iran, mais il faudrait peut-être qu'enfin on envisage d'autres politiques et d'autres solutions que celles employées par les amis états-uniens de notre gouvernement. Notre autonomie et notre refus de la guerre doivent être clairement affichés. Mais j'ai bien peur qu'on n'en prenne pas le chemin : le 25 septembre 2007, lors de son discours aux Nations-Unies, notre nabotléon  plaidait pour un Nouvel Ordre Mondial...

Comme le précise justement Jean-Marc Ayrault, "la décision d'envoyer de nouvelles troupes a peu à voir avec l'Afghanistan et beaucoup avec l'obsession atlantiste du président Sarkozy. Nous refusons cet enlisement dans un conflit sans but et sans fin. Nous nous opposons à la décision du président Sarkozy parce qu'elle exposera inutilement la vie de nos soldats, qu'elle transformera les unités françaises en forces combattantes de première ligne et qu'elle demande à la France de supporter en Afghanistan le fardeau américain de la guerre en Irak", a-t-il expliqué. En prenant cette décision "seul, sans information du Parlement et semble-t-il contre l'avis d'une partie de l'état-major des armées, le président de la République bouleverse la nature de l'engagement français et le consensus national qui l'entourait. Du discours devant le Congrès américain au discours de Westminster, de l'engagement renforcé en Afghanistan à la négociation pour revenir dans le commandement intégré de l'Otan, est en train de s'opérer un alignement stratégique global. Voilà pourquoi la rupture qu'est en train d'opérer le président est inacceptable, elle brise le consensus national sans aucun débat", a-t-il dit en condamnant "l'affront sans précédent" fait par M. Sarkozy aux parlementaires français en réservant la primeur de l'annonce aux parlementaires britanniques. Il y a "un exécutif et des exécutants", a-t-il tempêté. Le patron des députés PS a annoncé officiellement le dépôt d'une motion de censure, qui sera débattue mardi prochain à 15h, mais qui n'a bien évidemment aucune chance d'aboutir.