Samedi 29

On va prendre un café au Lagon, yeux dans les yeux, puis on fait une balade au Jardin des Plantes. On rentre manger, et Laura rentre, plus tôt que prévu. On remonte dans ma chambre, Laura dans la sienne. Elle envoie un texto : elle ne supporte pas qu'Alice soit là. J'essaie de m'expliquer avec elle, elle me demande si je veux quelle déménage. Oui. Si elle m'a quittée, et qu'elle n'accepte pas que j'ai une nouvelle copine, autant qu'elle s'en aille. Puis Alice doit partir, Raf et Camille viennent la chercher.
J'appelle Eric pour savoir si je peux passer la nuit chez eux avec Alice, dans la chambre chinoise. Ils sont d'accord. Après une petite sieste, je passe chez eux prendre la clef. 21h22 « Où en es tu? Je vais manger un morceau chez filou et je descends normalement ». Je la rappelle : j'ai les clefs de chez un ami. Comme elle n'a plus beaucoup de batterie, je lui demande de m'envoyer le numéro de sa soeur. Fabien me rejoint chez Eric.

Dimanche 30

Elle appelle vers minuit, ils sont au Tibar. On les y rejoint. Je discute avec Camomille, qui fait des études de sage-femme et qui veut aller au Mexique avec Raf après. On bouge au Bateau Ivre où il y a un concert de rock à billy ringard. Je discute avec Noémie, Sharleen, une amie de Tuno, Véronique la femme de Boule, Simon le guitariste, Claire, une amie de Thibault mignonne, comédienne, et Ramon. Fabien nous ramène.
Nuit dans la chambre chinoise. Je passe de très beau moments avec elle, je me sens bien, c'est très surprenant qu'elle soit avec moi, j'aimerais que ça dure un peu. A plusieurs reprises, elle lâche un "saloperie", en souriant, signifiant par là que je n'étais pas prévu au programme, mais aussi que cela ne lui déplaît pas totalement...
Raf passe la prendre à 14h à l'église. Café au PMU, puis je retourne faire une sieste dans notre lit de cette nuit, avec son odeur, jusqu'à 16h. Je rentre et je compose toute la nuit.

Lundi 31

Message d'Alice 16h00 « Ce soir je vais manger avec et chez un pote du duo infernal. Après je sais pas. Et toi que fais tu ? » Je ne sais pas. Je t'ai juste répété cent fois que je voulais être avec toi... Fabien m'apprend qu'il y a une soirée chez Mathieu, on ira, puis peut-être chez Eric après. 16h47 « Je commence par une soirée rue de Constantine. Après je veux être avec toi »
Je vais donc avec Fabien chez ses amis, et je m'emmerde comme c'est pas permis. Pourquoi est-ce que je ne suis pas tout simplement en train de passer une bonne soirée avec elle ? Je ne comprends pas.

Mardi 1 Janvier 2008

Vers minuit, on va chez Eric et Milou. Alice appelle peu après : on va la chercher rue Eau de Robec. Quand elle rentre dans la voiture, je lui glisse "j'ai envie de passer cette année avec toi", elle ne répond rien. On retourne chez Eric. Là aussi, on se fait chier, on se sent de trop, et on a envie de se retrouver tous les deux. On ne peut pas dormir ici, les amis d'Eric dorment déjà là. Elle me propose donc d'aller chez elle. "Jusqu'à quand ?" "Jusqu'à ce que tu te réveilles". J'aurais préféré une autre réponse, mais bon, soit. Fafa et Juliette, qui sont venus en camionnette, nous déposent, avec mon vélo, devant le Captain. On va récupérer son vélo rue Eau de Robec, et on fait le trajet jusqu'à chez elle. C'est long, et ça monte pas mal sur la fin, on est crevés en arrivant.
Je découvre sa maison, une belle maison, avec vue sur le port. Elle se sert un verre de vin, elle me dit qu'elle ne peut s'en passer. Elle a trois vices : l'alcool, la clope, et le sexe. Mouais, moi ce n'est pas vraiment dans cet ordre-là, et l'alcool arrive très loin derrière. Je regarde la bibliothèque de son père : il adore le Nouveau Roman ( il y a pléthore de Robbe-Grillet, "La Route des Flandres" de Claude Simon, elle me dit avoir lu "La Modification" de Michel Butor ). Je lui demande si elle a lu le Hermann Hesse qu'il possède. "Non" "C'est mon écrivain préféré" "Pourquoi ?" "Parce qu'il a écrit ce que j'aurais aimé écrire" " Non, pourquoi ?" "Je ne sais pas, pas plus que je ne sais pourquoi je t'aime..." Je sais bien en disant cela sans trop y penser, que j'ai dû faire une gaffe. Elle va s'imaginer que je tiens à elle..
On va dans sa chambre. Il y a des Gaston Lagaffe sur le lit. Je plaisante « c'est comme ça que tu bosses ? ». Il y a un tableau, que son père vient de lui offrir, ça ressemble à du Hopper : un grand appartement new-yorkais très sombre ouvert sur une terrasse, où un homme joue de la clarinette. Elle a eu cette même impression en le découvrant. Elle me dit "Ca me fait bizarre que tu sois ici"
On fait l'amour. Elle me dit qu'elle voudrait qu'on fasse l'amour sans préservatif. Oui, je serais assez d'accord pour envisager cette chose une prochaine fois. Puis elle s'endort et je suis pris d'une angoisse. Je me sens seul et vulnérable. Je me lève et me rhabille. « Tu m'abandonnes? » glisse t-elle dans un demi-sommeil. « non, c'est toi qui m'abandonnes », mais je doute qu'elle ait entendu.

Il est 5h, je rentre, alors que je n'ai aucune envie de rentrer. Je voulais passer la nuit avec elle... mais ma phobie a repris le dessus quelques instants, et ça a suffit pour tout rompre. Mais après tout, elle m'avait dit de rester jusqu'à mon réveil, et comme je ne parvenais pas à m'endormir... J'aurais dû prendre un Lexo et me calmer, car il semble que cet incident l'ait incité à ne plus vouloir me revoir...

Lorsque je me réveille, je vois qu'elle a appelé ce matin, à son réveil. Je lui envoie "Tu m'en veux ? Je suis navré, j'aurais voulu rester avec toi, mais ma phobie a repris le dessus". 18h57 "Je ne t'en veux pas. Mais je réfléchis. Les choses sont compliquées autant de mon côté que du tiens je pense" 18h57 "Et ça nous empêcherait d'être bien ensemble ? Ce serait trop bête. J'ai envie d'être avec toi" Comme elle ne répond pas, j'envoie 21h30 "Ok tu m'en veux. Bon je te laisse réfléchir. Tiens moi au courant du fruit de tes réflexions."

L'année commence bien...

* * *

Voila, c'était il y a trois mois.
Maintenant, comme prévu, je peux l'oublier.

Depuis lors, j'ai ressassé et ruminé cette histoire, tenté de comprendre.
J'aurais préféré une seule phrase d'elle qui m'explique, mais rien n'est venu.
J'ai envoyé quelques messages, essayé de reprendre contact, mais sans réponse.

Au revoir Alice, tu me plaisais bien.
Désolé d'avoir cru en nous deux...