( Comme je n'ai pas écris mon journal la semaine précédente, je ne me souviens plus des textos. Je pense que j'en avais envoyé un pour savoir ce qu'elle faisait ce vendredi soir. Je ne me souviens plus non plus de sa réponse. )

Vendredi 14

Je vais à la soirée chez Isabelle. Je lui envoie un texto : « Dommage, j'aurais bien aimé te revoir ». J'attends en vain une réponse toute la soirée, portable à la main, et je rentre vers 23h. Je ne m'amusais pas, je me faisais chier tout seul, je pensais à elle. Je n'arrête pas de penser à elle, qui doit être en ville, et que je ne peux pas voir, pour je ne sais quelle raison, parce qu'elle ne répond pas. Je suis en parfaite condition pour retravailler certains chapitres tristes, du coup j'écris toute la nuit.

Samedi 15

Rêve : je suis dans un bar très sombre, tout en longueur, assis au comptoir, en train de rouler un joint discrètement, mais tout le monde a l'air de faire de même. Une charmante jeune fille m'observe, longuement et fixement. Je finis mon collage et je vais m'asseoir près d'elle : elle semble disposée à faire beaucoup de choses avec moi ( on dirait la rencontre avec Alice ). On se sert dans les bras et je sens qu'elle veut finir la nuit avec moi. Je l'embrasse dans le cou, et le rêve s'achève là... Il y avait un autre rêve où j'étais dans un grand hall, et je devais libérer quelqu'un, peut-être Camille, comme dans "Titanic", enfin c'est flou, je ne sais plus très bien.

Levé vers 15h. Je vais me balader au Jardin des Plantes avec MIO. Je me sens complètement amorphe, vide, sans aucun désir, si ce n'est de la revoir. Je mets un message sur mon blog qui témoigne de mon humeur. Quelques minutes plus tard, je reçois un texto d'Alice : « T'es dans le centre ce soir ? » - « Non, j'attendais un signe. Pourquoi, tu veux bien me revoir ? Je n'y croyais plus ». Je sors pour attendre sa réponse, mais rien ne vient. Pourquoi me demande t-elle ça dans ce cas ? Au bout de dix minutes d'attente, je la relance « T'es où ? ». Toujours aucune réponse. J'ai peur de ne recevoir ses réponses que le lendemain. Qu'est-ce qu'elle a comme problème avec le téléphone, merde ?! Encore une bonne vingtaine de minutes à attendre, puis j'envoie « Bon, je ne dis plus rien. A part, bonne fête. » Je travaille sans trop y croire, je vérifie mon portable toutes les cinq minutes, et je finis par m'endormir vers 4h du mat.

Dimanche 16

Rêve : je suis en voiture avec Tuno, dans la campagne ensoleillée, et on finit par arriver sur le tournage de son nouveau court-métrage. On est dans le centre de la France, et c'est comme si j'avais dormi durant tout le trajet et que je réalisais : je commence à gueuler, j'ai un rendez-vous le lendemain ( je mens bien sûr) avec une fille ( Alice) et ils ne rentrent que le surlendemain, je fais le dégoûté, mais au fond de moi, c'est comme si j'étais soulagé de m'éloigner de Rouen et d'une éventuelle rencontre avec elle.

Levé vers 16h. J'écoute de la musique avec MIO. Café près de chez Valérie. Je l'appelle pour lui proposer de me rejoindre, mais elle refuse : ça tombe bien, je n'avais pas envie de la voir. A 20h09, je reçois un texto : « Désolée pour hier soir. Je te remercie d'avoir pensé à ma fête. A vrai dire je ne m'en rappelais pas :) Si tu sors la semaine prochaine tu me fais signe si tu veux. Bonne soirée à toi » Mouais, je ne vois pas trop pourquoi elle me demandait si j'étais en ville pour ne pas vérifier la réponse, et ne pas donner suite à mes messages. J'aurais pu la rejoindre...

20h15 : « Je serai tous les jours au Palais de la Bière en face de l'église St Sever à 16h, si tu veux me revoir » Je lance ça comme ça, parce que j'ai envie de la revoir le plus tôt possible, mais je sais pertinemment qu'elle ne viendra pas. Et à la fin de la semaine, où sera t-elle, comment faire pour la voir ? Pas évident dans ma situation. Le mieux serait de se voir le jour, près de chez moi, chez moi même, mais pour cela il faut qu'elle veuille me voir, ce dont je me permets de douter moultement. Elle n'a pas l'air très pressée de me répondre, de me revoir. Bref...

Lundi 17

Pas dormi de la nuit. Lagon, dès 10h, pour bosser mon roman. Puis je vais au rendez-vous au Palais de la Bière, sans y croire une seconde. Pas d'Alice. Je reste jusqu'à 16h15. Comme ça, si elle passe quand même – on peut rêver non ? – elle m'appellera.

Mardi 18

Lagon, roman. Palais : pas d'Alice. Je reste jusqu'à 16h20. Chaque jour, je reste un peu plus longtemps. Sur le trajet, je me mets un morceau de Satriani « The Meaning of Love », un thème douloureusement beau qui colle parfaitement à mon état d'esprit actuel.

Mercredi 19

Lagon, roman. Palais : pas d'Alice. Je reste jusqu'à 16h30. Le soir, Lise veut absolument aller au concert au Bateau Ivre, mais on ne trouve personne pour nous y emmener. Elle hésite à prendre la voiture d'Eric, mais comme elle sait qu'elle aura envie de boire, on n'y va pas. Peut-être qu'Alice y était, elle doit être du genre à apprécier le reggae... Sur mon blog, je mets un message subliminal pour elle, puisqu'elle est susceptible d'y passer ( j'avais donné l'adresse à Raf le soir au Tibar )

Jeudi 20

Palais : pas d'Alice. Puis Lagon avec Laura, Lise, Louis, Gigi, Milou, Thierry, et Fabien. On veut bouger en ville, Lise et moi, mais impossible de motiver Fabien. Du coup chacun rentre chez soi. Je bosse toute la nuit : bien évidemment, comme en ce moment j'écris des passages plutôt mélancoliques, qui font appel à mes souvenirs les plus sensibles, je fais le rapprochement avec la situation actuelle. Il y avait un échange de textos plus réguliers, mais là, en semaine, plus rien. Depuis ma proposition de rendez-vous, aucun signe de sa part. Je commence à mieux comprendre pourquoi elle a un copain depuis deux ans qu'elle ne voit qu'une fois par mois. Je sens que ça ne va pas être facile tout ça.

Vendredi 21

Réveillé vers 15h. Je ne vais pas au rendez-vous, ça ne sert à rien. Je reste au chaud à regarder une comédie idiote, pour me changer les idées, lorsque Kelly appelle : elle est au Lagon. Je la rejoins. Elle est avec un certain Gaël, son ex et actuel patron. Sympa. Puis ils rentrent. Vers 18h30, j'appelle Louis pour les accompagner à la répète, mais ils sont déjà en route. Bon, pas grave. Lagon avec Lise et Milou, puis Juliette. J'envoie un texto à 19h : « Que fais-tu ce soir ? ». Elle répond à 20h14 : « Je ne sais pas encore. Je te rappelle quand j'en sais plus. Bonne soirée » Bon, eh bien du coup je pars en ville avec les filles vers 21h30. On va au Captain. Je vais ensuite tout seul aux Trois Pièces voir ce que donne le concert de jazz. C'est du vieux jazz standard, pas trop mon truc, mais je tombe sur Bénédicte. On remonte discuter un peu. Je viens à peine de lui parler de ma rencontre avec Alice quand celle-ci appelle : elle sort d"un resto avec ses amis et projette d'aller au Tibar ou au Captain. Je lui dis que je vais au Captain, elle me dit qu'elle me tient au courant. Cool, je ne pensais plus qu'elle m'appellerait. Mais elle semble favorable à l'idée de me revoir, je suis trop heureux. J'arrive au bar : Eric et Louis reviennent de leur répète, et ils vont rentrer. Comme elle n'arrive toujours pas au bout d'une heure et que je n'y crois plus, je pars avec eux. Je mange chez Louis et Gigi, puis je rentre.

Samedi 22

Elle appelle peu après, vers 2h. Elle n'est pas passée au bar, elle n'a pas « réussi à motiver les foules ». Elle me demande ce que je fais demain. Rien. Bon bah on essaiera de se revoir, enfin. Elle a l'air d'y tenir vraiment. Je suis sidéré, je n'y croyais plus du tout. D'autant plus sidéré qu'elle m'apprend qu'elle était au Palais de la Bière, cet après midi vers 17h, alors qu'elle accompagnait sa soeur à St Sever ( et que je me plaignais auprès de Kelly de ne pas avoir de ses nouvelles ). Elle aurait pu m'appeler putain ! Mais bon, déjà d'être passée, c'est énorme. Elle veut me revoir, vivre quelque chose avec moi... Je la remercie de penser à moi, elle me dit que « bien sûr » elle pense à moi. Saloperie d'agoraphobie !! Comment surmonter mes angoisses et vivre une nouvelle histoire avec ça ? Allez, je vais la revoir et passer un bout de temps avec elle. On verra bien comment je réagirai... Je la rappelle ( première fois que je l'appelle ) pour lui proposer d'aller au Bateau, mais je tombe sur son répondeur. Je ne veux pas l'ennuyer, je ne retente pas, je ne laisse pas de message. J'ai bien aimé, tout à l'heure, lorsqu'un de ses amis est venue la voir et qu'elle a dit « je suis au téléphone là, excuse-moi ». Me donner quasiment plus d'importance qu'à un de ses amis, ça j'apprécie. J'apprécie tout en fait : ré-entendre sa voix au bout du fil, qui s'adresse à moi, un peu intimidée ai-je cru déceler, bref, j'aime ce moment qui s'installe avec cette jeune fille. J'ai hâte de vivre la suite.