Bon, puisque cette histoire avec Alice semble belle et bien finie, je vais pouvoir l'écrire. Ca me prendra moins de temps que mon roman sur Camille... ça me changera. D'ailleurs, ça a tout changé, tout chamboulé. Je ne m'attendais pas à ce que ça s'achève aussitôt la première semaine ensemble écoulée. Je n'arrive plus à penser à autre chose, je n'arrive plus à travailler, à écrire, à lire, à composer. Je ne pense qu'à elle. Chaque jour, j'attends un signe, un geste d'elle vers moi. Mais non, rien. Elle ne m'a pas dit explicitement qu'elle me quittait, ni pourquoi, mais il est évident qu'elle a mis le plus de distance et de silence entre nous. Nous deux. Elle est partie. Et moi, j'attends toujours, sur le bord du trottoir, sous la pluie, la clope au bec, en essayant de me remémorer son visage tourné vers moi, ses yeux dans les miens, et ses paroles, ces paroles qu'elle m'adressait et qui témoignaient d'un certain intérêt, d'un amour naissant. J'attends. J'attends de pouvoir reprendre ma vie, que l'année commence. Trois semaines après notre dernière nuit, j'en suis toujours au même point, du fait de ne pas savoir ce qui lui passe par la tête, de ne pas connaître les raisons réelles de ce départ, de cet éloignement imposé. La dernière fois, elle semblait sous-entendre qu'on se reverrait, que ce n'était qu'une pause, qu'elle avait besoin de prendre du recul et de réfléchir, mais en fait tout est clair pour elle : elle ne veut plus de moi et a réussi à m'éjecter tranquillement sans que je m'en inquiète véritablement. Comme elle ne répond jamais aux textos, et que je ne voulais pas paraître collant, je n'envoie plus rien. Je n'appelle pas non plus. Bref, plus de son, plus d'image. Mais tout résonne encore en moi de manière plus éprouvante à mesure que je creuse pour chercher les raisons de cette rupture subite. Que je subis. Il me faut donc peut-être, comme souvent, écrire cette histoire pour en faire le deuil, et dépasser le stade du dépit et du désespoir. Ecrire pour déterrer ce que je n'ai pas compris, et pour enterrer mes sentiments pour elle.

Texte à venir, donc...